La solution d’Acwa Robotics pour éviter les fuites

Née en Corse et accompagnée par la pépinière Cleantech à Aix-en-Provence, cette startup développe des robots autonomes capables de détecter les failles des canalisations et ainsi d’éviter les fuites. Deux expérimentations en Corse et en Provence doivent prochainement avoir lieu, pour perfectionner la solution et convaincre de potentiels clients.

4 mn

(Crédits : DR)

Il fut un temps - pas si lointain - où l'eau potable était gratuite et semblait être une ressource inépuisable. Les temps ont changé et l'accès à cette ressource est au cœur d'enjeux tant humanitaires de géopolitiques. Ainsi, on estime que d'ici 2030, le déficit mondial en eau potable sera de 40 %. La faute aux dérèglements climatiques mais aussi au gaspillage lié aux fuites des réseaux de distribution. Fuites qui laissent échapper 20 à 40 % de l'eau potable qui y transite.

Pour minimiser ce gâchis, de nombreuses entreprises investissent pour détecter et traiter les fuites dans les meilleurs délais. "Mais plus on dépense pour cela, moins on peut investir sur la prévention et la rénovation du réseau. C'est un cercle vicieux", constate Jean-François Guideroni qui a co-fondé l'entreprise avec Jean-François Rossi.

Pour rompre ce cercle, les deux entrepreneurs ne voient qu'une solution : aller à l'intérieur des canalisations. "C'est le seul moyen d'avoir de bonnes données qui soient exhaustives". Et qui de mieux qu'un robot pour accomplir cette mission ?

"Nous développons un robot qui agit en eau et en pression car on ne doit pas avoir besoin d'interrompre la distribution d'eau pour le faire fonctionner. Il doit par ailleurs être autonome".

C'est là tout le défi technique. Le robot doit être en mesure de réaliser une cartographie du réseau, de rapporter sons, images, et vidéos sans être connecté au monde extérieur, ni par Wifi, ni par GPS. "Il doit gérer les courants, les mouvements et être suffisamment intelligent pour prendre des décisions en cas de réduction du diamètre ou d'obstacles".

Un premier prototype bientôt à l'essai

Le réseau français de canalisations étant d'une grande diversité, la startup envisage de créer une série de robots aux caractéristiques variées. Pour l'heure, elle a conçu un premier prototype baptisé Crowller, dédié à des canalisations relativement larges, "200 millimètres ou plus".

Celui-ci lui a valu plusieurs distinctions et l'accès à des financements qui lui ont permis d'embaucher trois salariés. Dans les prochains jours, une première expérimentation sera lancée auprès de la Régie des eaux de Bastia. Un test en grandeur réelle soutenu par la Banque des territoires qui est par ailleurs un des financeurs des services des eaux. "Cela montre que le besoin est important", pense Jean-François Guideroni.

Si les services des eaux sont les clients finaux de la startup et ses partenaires d'expérimentation, elle envisage à terme de distribuer sa solution par le biais des bureaux d'étude techniques qui en sont les prestataires. Pour toucher ces clients au delà de la Corse et des frontières françaises, la startup a fait le choix d'intégrer le technopôle de l'Arbois. "Cela nous rapproche en même temps du Canal de Provence qui est un partenaire stratégique puisqu'il s'agit d'une des plus grosses structures de gestion d'eau en France. Être ici nous permet également de recruter plus facilement les profils ingénieurs que nous recherchons".

Un an pour passer du prototype à la série commerciale

Cette présence en Provence lui a aussi permis de bénéficier du soutien de Région Sud Investissement qui l'accompagne pour sa première levée de fonds. « Elle est en cours. Nous discutons avec différents investisseurs et espérons la clôturer d'ici fin décembre ». Objectif : 900 000 euros qui serviront à passer du premier prototype à la série commerciale pour une mise sur le marché d'ici un an. Ce qui nécessite d'améliorer encore la robustesse de l'outil et sa résistance à la pression.

Dans les prochains mois, Acwa Robotics devrait aussi démarrer une seconde expérimentation auprès du Canal de Provence où il s'agira de réaliser de la cartographie. Un besoin prégnant tant certaines canalisations sont anciennes et difficiles à localiser. "Le Canal de Provence a par ailleurs un laboratoire aux Milles où l'on va réaliser des tests en faisant varier la pression, le type de canalisations, les virages...". Un terrain de jeu idéal pour perfectionner le premier prototype et mieux préparer le lancement du suivant, dédié à de plus petites canalisations.

4 mn

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.