Open Map ou quand l'Université Côte d'Azur mesure l'impact environnemental du Covid-19

 |  | 630 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Pixabay / CC)
De son nom complet Open Map of the Global Pause, cette cartographie veut inscrire dans le marbre – de façon numérique et collective – les conséquences positives de l'épidémie sur la santé de la planète. Pilotée par l'UCA elle est évidemment à considérer comme un outil pédagogique et pourquoi pas, de levier pour la recherche.

L'idée est née des milliers de messages, photos, témoignages postés ici et là sur les réseaux sociaux ou ailleurs, montrant preuves à l'appui que les conséquences de l'épidémie qui touche la planète entière sont parfois aussi positives. Il y a celles sur les réflexions du monde d'après et il y a aussi celle sur un monde, très concret, bel et bien là, appelé environnement.

Parce que donc la réapparition d'oiseaux dans les villes, la pureté retrouvée des eaux et notamment celle des canaux de Venise où une méduse géante s'y est perdue, un air plus respirable en sont des preuves concrètes, s'est concrétisé le projet de graver dans le marbre, en quelque sorte, ce phénomène aussi...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :