Christophe Courtin, le visionnaire

DÉCIDEURS. Créateur de Santiane, la toute première assurtech hexagonale, Christophe Courtin continue d’appliquer sa vision disruptive à l’immobilier de bureaux, désireux de bousculer l’offre de Sophia-Antipolis, première technopole d’Europe. Tout en gardant un pied dans l’innovation, endossant un costume de business angel aguerri et au regard bienveillant.
Assurtech, immobilier d’entreprise, activité de business angel… De son propre aveu, Christophe Courtin est « un entrepreneur dans l’âme ».
Assurtech, immobilier d’entreprise, activité de business angel… De son propre aveu, Christophe Courtin est « un entrepreneur dans l’âme ». (Crédits : DR)

Disrupteur un jour, disrupteur toujours. Voilà qui pourrait résumer l'état d'esprit de Christophe Courtin. En 2006, alors que les Gafa ne sont encore qu'un concept, il lance ce qui peut être considéré comme la première assurtech française en créant, à Nice, le comparateur d'assurances en ligne Santiane. Une idée innovante, à laquelle « très peu de personnes croyaient », se souvient-il.

Pour lui, en revanche, elle va de soi :

« Ayant eu mon premier ordinateur à 12 ans, en 1991, et Internet en 1999, j'ai été très tôt converti à cet écosystème. J'étais convaincu qu'Internet serait un canal prédominant de consommation. Cela paraît évident aujourd'hui, mais ça ne l'était pas en 2006 : les smartphones n'existaient pas encore, Facebook et Amazon étaient quasi inconnus... »

Au fil des années, Santiane grandit. Christophe Courtin en cède les rênes en 2015, avant de sortir définitivement du capital en 2018. Entre-temps, ce diplômé de Paris-Dauphine, qui a créé sa toute première entreprise en 1999, à l'âge de 20 ans, se tourne vers un autre domaine, pas vraiment tech mais qu'il entend bien chambouler aussi : l'immobilier d'entreprise. Un secteur qui l'a toujours passionné et « n'a pas encore été disrupté ». Pour deux raisons simples, analyse-t-il : un ticket d'entrée très élevé et des acteurs installés de longue date, pétris d'habitudes, qui doivent pourtant se réinventer face à l'arrivée des nouvelles générations et des nouveaux usages de travail.

Tant qu'à bouleverser le secteur, autant le faire sur la première technopole d'Europe, Sophia-Antipolis, réputée pour son aura en matière d'innovation... mais pas pour la qualité de ses bureaux ! « Il y a une vraie dichotomie à Sophia-Antipolis. D'un côté, elle est la première technopole européenne et l'innovation y est omniprésente ; de l'autre, la majorité des bureaux sont obsolètes et peu attractifs. Pourtant, de très grandes entreprises, certaines internationales, sont installées ici et disposent d'autres bureaux dans le monde bien plus modernes et adaptés, capables de développer la créativité des collaborateurs. J'ai pensé que nous devions leur proposer le même standard, et même davantage. Il ne faut pas oublier que ce sont majoritairement des activités de R&D qui y sont implantées. »

> Lire aussi : À 50 ans, Sophia-Antipolis, la pionnière des technopoles, redessine son avenir

Sa foncière, Courtin Real Estate, s'est spécialisée notamment dans la rénovation de structures existantes. Actuellement, deux programmes l'occupent, Centrium (13 .500 m2) et Naturae (6 .000 m2 ). Comme pour Santiane, Christophe Courtin déroule un plan de développement ciselé, avec un objectif précis de 60 .000 m2 rénovés d'ici à 2023 - 21 .000 m2 l'ont déjà été. À des endroits stratégiques de la technopole, bien sûr.

Un hyperactif dans le monde de la tech

Pourtant, même l'exigence du secteur immobilier, gourmand en énergie, ne suffit pas à contenter cet hyperactif qui endosse un autre costume, celui de business angel. Car peut-on réellement quitter le monde fascinant de la tech ? Sans doute pas ! Via Courtin Investment, il continue de veiller sur le monde des startups.

« Après la cession de Santiane, j'ai décidé de faire bénéficier de mon expertise d'autres entrepreneurs du numérique. À ce jour, j'ai investi dans une cinquantaine de startups comme Yuka, pour n'en citer qu'une, cette application utilisée par plus de 12 millions de Français. Je suis d'ailleurs très fier de son impact sociétal. »

> Lire aussi : Yuka, ScanUp... le succès des applis du bien manger bouscule le secteur agroalimentaire

Également investisseur au sein d'1Kubator, réseau présent à Nantes, Lyon ou Bordeaux, il déplore qu'en matière de capital-risque la France soit bien plus frileuse que les pays anglo-saxons.

> Lire aussi : Cécile Martin, directrice de 1Kubator, « slasheuse » du numérique rennais

Doit-on s'attendre à voir Christophe Courtin investir demain un autre secteur ? « Tout est possible car je suis un entrepreneur dans l'âme et j'aime relever de nouveaux challenges ! Mais, entre l'immobilier et mes investissements dans le digital, j'ai trouvé un excellent équilibre. »

___

MINIBIO

1999 Crée, à 20 ans, sa première startup, spécialisée dans l'e-learning, en parallèle de ses études

2001 Fonde Best-Price, revendue un an plus tard

2003 Quitte Paris, dont il est originaire, et s'installe à Nice

2006 Crée Santiane, le premier comparateur d'assurances en ligne, qu'il revendra en 2015

2015 Fonde Courtin Investment afin de poursuivre une activité de business angel

2018 Se tourne vers l'immobilier d'entreprise grâce à sa foncière Courtin Real Estate

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.