Au CES Las Vegas, le Sud mise tout sur le vert

Elles seront trente à s'envoler pour l'incontournable salon Tech en janvier. Et pour vraiment faire la différence, Provence-Alpes-Côte d'Azur a choisi de jeunes entreprises qui innovent en green tech, blue tech et en intelligence artificielle. Et surtout capables de proposer une solution concrète.

2 mn

(Crédits : DR)

Grand rendez-vous pour les startups techno, le CES Las Vegas l'est aussi pour les Régions. Pour la prochaine édition du salon BtoB qui se déroule en janvier prochain, la Région Sud emmène trente jeunes sociétés. "Nous avons fait le choix d'une délégation un peu plus resserrée (elles étaient une cinquantaine d'entreprises l'an dernier NDLR) pour avoir un meilleur accompagnement", explique Françoise Bruneteaux, vice-présidence déléguée à l'Economie numérique et aux nouvelles technologies. Les trente startups heureuses sélectionnées sont issues des départements des Bouches-du-Rhône, du Var et des Alpes-Maritimes.

De l'innovation en pré-industrialisation

Pour la Région, l'enjeu est de gagner en visibilité. Cela a d'ailleurs été l'un des critères de sélection. "Nous avons choisi selon les conditions du CES, qui se sont resserrées, et de nos ambitions pour la visibilité du territoire sur les secteurs de la green tech, la blue tech et l'intelligence artificielle", détaille la vice-présidence qui ajoute aussi le critère de "équité territoriale"... malgré l'absence de startups issues du Vaucluse, des Alpes-de-Haute-Provence et des Hautes-Alpes. "Nous n'avons pas forcément eu de candidats et les entreprises de ces territoires sont davantage sur d'autres domaines", répond Françoise Bruneteaux.

"Nous avons choisi ces thématiques parce qu'elles sont recherchées et ont vraiment un critère différenciant pour notre territoire", embraye-t-elle. La vice-présidente souligne également l'importance d'avoir des entreprises qui présentent une véritable innovation et sont time in market. Comprendre, qui ne viennent pas trop tôt mais sont des acteurs quasiment en phase de pré-industrialisation. "Nous avons reçu une délégation chinoise récemment, ils veulent rencontrer des startups qui sont sur les thématiques que nous avons sélectionnés, mais nous devons être capable de leur vendre quelque chose de concret", avance Françoise Bruneteaux.

Un coaching efficace

Reste désormais à préparer au mieux les startups sélectionnées. L'accompagnement pour la presse internationale va notamment être renforcée. "Le coaching que nous avons reçu lors du CES nous a beaucoup aidé", témoigne Hubert Jeannin, cofondateur de Boarding Ring. La start-up originaire du Var qui propose des outils pour lutter contre le mal des transports s'est rendue deux fois à Las Vegas. La première fois, elle y a validé son marché et la deuxième elle a gagné en visibilité affirme son dirigeant. De retour en 2020, de son propre chef, elle prévoit de "signer des contrats", prévient Hubert Jeannin. Aux nouveaux participants, le chef d'entreprise conseille vivement "de ne pas s'arrêter de pédaler après le CES pour que votre projet puisse marcher".  Et c'est bien là tout l'intérêt...

2 mn

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.