Comment Sunpartner Technologies établit sa preuve de concept

En intégrant son composant photovoltaïque dans une montre, la startup implantée à Aix-en-Provence ajoute un axe de développement à sa stratégie, alors même qu'elle poursuit son implication dans le bâtiment intelligent.
LunaR intègre Wysips Reflect, la technologie développée par Sunpartner Technologies.
LunaR intègre Wysips Reflect, la technologie développée par Sunpartner Technologies. (Crédits : DR)

Il en va souvent ainsi pour les jeunes pousses et Sunpartner n'échappe pas à cette quasi règle : ce n'est pas toujours sur les marchés préalablement identifiés que se font les preuves de concept. Pour la startup aixoise, qui ciblait avec son composant photovoltaïque invisible baptisé Wysips, le secteur du bâtiment intelligent notamment, des opportunités de démontrer tout le potentiel de sa technologie dans d'autres secteurs se sont rapidement présentés.

Amplifier les capacités d'autonomie

S'il y a d'abord eu, dès l'origine, la recharge des téléphones portables, c'est dernièrement en équipant la liseuse de Bookeen, l'un des spécialistes des solutions de lecture numérique, que Sunpartner a montré les capacités d'applications de sa technologie. Et voici désormais, les montres connectées. Un autre marché que la pépite créée par Ludovic Deblois n'avait pas préalablement identifié mais qui se révèle prometteur à l'instar de ce partenariat lié avec MED, fournisseur de technologies et de logiciels pour appareils connectés qui a donné naissance à LunaR.

Une montre connectée donc qui dispose de plusieurs fonctionnalités comme le double fuseau horaire, l'heure du lever et du coucher du soleil, le suivi des activités et des notifications via un indicateur LED RGB et qui intègre le module Wysips Reflect de Sunpartner. La plus-value est comme celle permise dans la liseuse de Bookeen, il est d'offrir une autonomie d'utilisation accrue, ici de 50 %.

S'adapter aux marchés

"Lorsque Sunpartner est né nous avions identifié prioritairement les marchés du bâtiment, du transport et du smartphone", rappelle Ludovic Deblois. Mais l'opportunité de s'engouffrer sur des marchés porteurs où la technologie pouvait être plus rapidement déployée, n'a pas été boudée par la jeune entreprise, même s'il a fallu parfois adapter sa technologie. Ainsi dans le cas de LunaR, un an de développement a été nécessaire. "Les montres connectées font désormais partie de nos marchés prioritaires", annonce le PDG de la startup qui s'est également rapproché d'autres fabricants de livres électroniques.

Quand le bâtiment va...

Et puis, il y a toutes les promesses offertes par le bâtiment intelligent, qui est "maintenant un marché mature". Avec Vinci Construction, la startup aixoise a mis au point un film opacifiant qu'elle rend autonome grâce à sa technologie, évitant ainsi le câblage habituellement nécessaire. "Nous y avons rajouté des objets connectés qui permettent d'avoir des capteurs, de mesurer les échanges thermiques..." Mais ce n'est pas tout. "Nous avons également mis au point des produits en propre, pour couvrir les façades de panneaux graphiques et colorés", explique Ludovic Deblois. Ça, c'est Wysisps Caméléon, disponible dès cet été. Et le but est bien évidemment "de permettre d'atteindre les exigences de la RT 2020 à propos du bâtiment à énergie positive". Dans ce contexte de multi-développement, Sunpartner, qui emploie 65 salariés, engage 45 recrutements. A noter que les premiers composants de Wysips Reflect seront produits au sein de l'usine provençale. L'objectif en terme de chiffre d'affaires est d'atteindre 10 M€ pour l'exercice 2017. Pour rappel, il était de 2,4 M€ en 2015.

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 13/01/2017 à 10:17
Signaler
Effectivement, après vérification Saint Gobain commercialise déjà son produit opacifiant "SageGlass", Sunpartner ne fait qu’utiliser le produit de Saint Gobain et ne la pas mis au point! Il serait bon qu'en tant que journaliste, vous vérifiez les ...

à écrit le 11/01/2017 à 7:42
Signaler
"la startup aixoise a mis au point un film opacifiant [...]". Petite correction : la partie opacifiante du vitrage présentée par Vinci et Sunpartner est fournie par Saint Gobain (technologie SageGlass) et n'a pas été inventée par Sunpartner...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.