Quand BAM amène les archis sur la toile

Créée à Marseille en 2015, la plateforme BAM, pour Because Architecture Matters, caresse une ambition : conférer à ce secteur davantage de visibilité via la digitalisation. Elle aborde une nouvelle phase de son développement avec le lancement d’une levée de fonds, actuellement en cours.
(Crédits : DR)

Cette plateforme de mise en relation entre clients et professionnels a été créée en 2015 dans la cité phocéenne. Une de plus ? Pas forcément. Car celle-ci a de spécifique qu'elle s'est attaché à un secteur jusqu'ici jamais vraiment touché par la digitalisation des rapports commerciaux. Mathias Boutier a en effet donné le jour, avec son associé Boris Lefèvre, à BAM ou Because Architecture Matters. Sa vocation : rapprocher les particuliers et les entreprises ayant un projet de construction ou de rénovation avec le monde des architectes. Avec la volonté évidente de conférer un plus de visibilité à ce dernier, souffrant d'un déficit d'image... et éprouvant la nécessité de revoir son positionnement : les appels d'offres publics se raréfiant, les cabinets d'architectes doivent plus que jamais gagner des parts de marché dans le domaine de la construction privée... mais pour cela, ils doivent être clairement identifiés.

Offres personnalisées

"Le monde de la construction est vaste et il est souvent difficile de s'y retrouver. Nous sélectionnons les professionnels les plus talentueux et les plus pertinents pour les projets de nos clients", explique Mathias Boutier. Car à l'inverse des plateformes de mise en relation classiques, les fondateurs de BAM ne laissent pas les transactions se réguler d'elles-mêmes et propose deux offres personnalisées. La première consiste en une consultation, puisqu'ils réalisent en amont pour chaque demande "une sélection qualitative" de professionnels dont le profil est le plus adapté au type de projet envisagé. La seconde se rapproche davantage d'une mise en concurrence, un concours au cours duquel les architectes candidatent en exposant leurs intentions architecturales. En termes de modèle économique, les fondateurs de BAM se rémunèrent ensuite via commission sur le montant des honoraires de ces architectes.

Accompagnés par le Réseau Entreprendre

Concrètement, ils sont près de 270 à avoir rejoint BAM, basés dans 12 régions de France, mais principalement concentrés en région parisienne (70 % d'entre eux). Depuis la création du site en août 2015, "nous comptons près de 40 projets signés, une cinquantaine en cours, quelque 250 mises en relation", énumère Mathias Boutier. En volume, 80 % des projets sont ceux de particuliers, les 20 % restants étant portés par des entreprises.

Mais l'heure est à la quête des leviers de croissance. Les deux fondateurs, accompagnés par le Réseau Entreprendre Provence, ont lancé dans cette optique une levée de fonds. "Nous nous sommes fixés l'objectif de 200 000 €. Nous avons déjà récolté la moitié de la somme, dont un prêt d'honneur du Réseau Entreprendre de l'ordre de 30 000 €. Et il est indéniable que celui-ci nous a servi de levier pour attirer d'autres investisseurs", analyse Mathias Boutier. L'utilisation future de ces fonds : recruter 3 nouveaux collaborateurs en 2017, puis 10 en 2018, principalement des profils commerciaux qui rempliront le rôle de chargés de clientèle. Mais aussi, peaufiner le digital et adjoindre de nouvelles fonctionnalités à la plateforme. Une stratégie positionnée sur le déploiement des ressources humaines et techniques qui devrait permettre aux deux fondateurs de tenir leurs objectifs en termes de chiffre d'affaires. Mathias Boutier et Boris Lefèvre tablent en effet sur un prévisionnel de 300 000 € en 2017.

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.