Optis poursuit sa croissance

Les solutions de prototypage virtuelle de celle qui est implantée à Toulon viennent à nouveau d’être plébiscitées. Et cela se traduit par l’acquisition d'un nouveau client de l’autre côté de l’Atlantique, Diode Dynamics.
(Crédits : DR)

Nouvelle satisfaction chez le leader mondial des solutions de prototypage virtuelles : Optis vient de signer un contrat avec l'américaine Diode Dynamics, spécialisée dans le design, la fabrication et la distribution de produits lumineux à LED destinés au marché des accessoires automobiles. Laquelle compte bien s'appuyer sur la plus-value que va lui apporter la Toulonnaise pour renforcer sa croissance. "Nos solutions sont des systèmes lumineux performants et innovants", explique le PDG Jacques Delacour. "Nous créons des images de synthèse, avec ceci de spécifique que nous sommes les seuls capables d'afficher à quoi va ressembler l'objet en question lorsqu'il sera éclairé. Nous nous différencions donc par notre capacité à maîtriser la lumière, à appréhender l'interaction entre cette lumière et la matière. Il y a bien sûr quelques concurrentes américaines sur cœur de métier, mais nos fonctionnalités sont uniques. Nous avons fait l'effort de nous mettre à la portée de notre utilisateur". Ainsi, Optis a notamment intégré ses solutions dans le soft en CAO. Son logiciel, Speos, étant dans Solidworks. "Ce qui lui permet de s'intégrer directement dans les process de l'utilisateur. C'est l'une des raisons qui ont décidé Dyode Dynamics a nous choisir parmi nos concurrentes".  L'Américaine s'est donc appuyé sur la Française afin de développer des produits innovants, ce plus rapidement et à moindre coût, puisque les prototypes virtuels d'Optis permettent d'éviter la fabrication et d'appréhender les résultats plus vite.

95% de l'activité à  l'export

Diode Dynamics est représentatif de la clientèle majoritaire d'Optis, puisque le secteur de l'automobile tire l'activité vers le haut et représente 50% de son chiffre d'affaires.

"C'est un secteur qui vise les économies d'échelle, engage beaucoup d'argent dans le prototypage et qui a besoin d'aller vite». Suit ensuite l'électronique, à 20% . «Nous pouvons simuler les effets lumineux du moindre appareil, notamment des téléphones, dont les fabricants sont de gros utilisateurs de nos solutions. Mais aussi des capteurs optiques, des caméras..."

Citons aussi l'aéronautique, à 20 % également. Le reste étant dévolu aux luminaires, objets lumineux et la cosmétique. Et tout cela, à 95 % à l'export. "Une orientation qui a été prise dès le départ, lors de la fondation de l'entreprise en 1989. J'ai pris conscience de suite que pour exister dans un marché tel que le mien, il fallait viser l'international. Les premiers voyages en Europe se sont amorcés très vite, puis les USA et le Japon sont entrés dans notre viseur", raconte Jacques Delacour. Aujourd'hui, ce sont des filiales qui ont élu domicile aux Etats-Unis à Détroit (automobile) et San Francisco (véhicules du futur autonomes), mais aussi au Japon, qui concentre un tiers de l'activité du groupe, en Chine, en Angleterre, en Allemagne, en Italie et en Suisse. "60 % de notre effectif est en France et 40 % à l'étranger. Soit 230, dont 130 sur l'Hexagone". Une stratégie qui a été payante : Optis a augmenté son activité annuelle de 30 % par rapport à l'année dernière et double d'effectif tous les trois ans.

Croissance externe

Bref, une croissance fortement poussée par l'innovation. Et ce n'est pas terminé. "Nous sommes en train de lancer une nouvelle offre ciblée sur la réalité virtuelle, mais en y ajoutant la lumière. Ce seront de nouveaux logiciels qui viennent compléter l'offre. Ils s'intégreront également aux solutions existantes". Sans compter les apports que peuvent leurs conférer les opérations de croissance externe. En 2015, Optis a en effet fait l'acquisition de l'aixoise Genesis. Ce qui lui permet d'ajouter à ses solutions toute la dimension sonore. Pas d'autres opérations dans le viseur pour l'instant, même si Jacques Delacour reste aux aguets. L'idée maîtresse : cibler les entreprises qui permettent une approche industrielle complémentaire.

A suivre en direct dès 9h15 - Aix-Marseille Zéro Carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.