Apprenons à danser sous pluie plutôt qu‘à geindre sous l’orage !

OPINION - Observateurs éclairés, commentateurs respectés, politiques nationaux, journalistes, tous semblent jouer dès les éditions du matin le requiem d’une France exsangue, tous dessinent à longueur de colonnes le destin tragique de notre économie usant de superlatifs d’une redoutable efficacité. L’anxiété étant contagieuse, ils diffusent dans le pays un climat qui met à mal le moteur essentiel de toute économie : la confiance. La question n’est pas de nier l’évidence d’une situation internationale à tout le moins inquiétante, encore moins de contester le retour d’une inflation qu’on croyait rangée dans le rayon des mauvais souvenirs. L’idée est plutôt d’en appeler à la lucidité et j’ose le mot, à une forme d’optimisme collectif ! Par Colette Weizman, présidente de l’Ordre des experts-comptables Provence-Alpes-Côte d’Azur.
(Crédits : DR)

En soulignant d'abord que nous venons de traverser une crise sanitaire sans précédent et que Vladimir Poutine, en décidant d'envahir l'Ukraine a stoppé net la période de croissance à 2 chiffres qui s'annonçait. La France se portait donc très bien, on peut imaginer qu'elle a les ressources et les moyens de résister.

En rappelant que les entreprises de notre territoire ont fait preuve de résilience, d'agilité et d'imagination pour rebondir pendant la crise du Covid. Elles vont sans doute douter, tâtonner, mais parions-le, elles parviendront à résister à l'augmentation du coût de l'énergie, du carburant, des matières premières et la pénurie de main-d'œuvre. A l'heure qu'il est, le nombre des procédures collectives ouvertes dans les Tribunaux de commerce ne traduisent pas un effondrement de notre tissus économique.

En notant que le gouvernement parvient encore par des mesures de soutien exceptionnelles - que certains jugent bien sur insuffisantes et d'autres évidemment trop dépensières- à amortir les conséquences de l'augmentation des prix de l'énergie.

En se disant que les efforts demandés à chacun d'entre nous - limiter la température à 19° dans nos logements, fermer le robinet quand on se brosse les dents, éteindre les pièces en les quittant, faire tourner le lave-vaisselle en heures creuses, privilégier le TGV à l'avion, et le char à voile au jet privé... - ne sont pas de nature à occasionner des traumatismes définitifs chez les citoyens responsables que nous sommes.

S'appuyer sur la force collective

Pourquoi ne pas regarder le verre à moitié plein plutôt que celui à moitié vide ? Pourquoi ne pas apprendre à danser sous la pluie plutôt que d'attendre que l'orage passe en geignant ? Pourquoi ne pas avoir confiance en notre force collective ?

J'entends déjà le concert des sceptiques me reprochant un plaidoyer stérile pour un optimisme béat. Face à une montagne de difficultés, la méthode Coué serait la solution à tous les maux.

En vérité, la confiance se nourrit de lucidité et de nuances. Les chefs d'entreprise que les experts-comptables accompagnent en font preuve au quotidien dans la gestion de leur structure.

La lucidité qui permet d'analyser les situations au regard d'éléments tangibles, mesurables, comptabilisables, de se comparer à d'autres pour observer ses forces et pointer ses faiblesses. Et de le faire en écartant les dogmes et les charges émotionnelles qui orientent le raisonnement et le plus souvent, déforment la pensée.

La nuance, parce qu'elle est la grande perdante du débat public en général et des mondes médiatique et numérique en particulier. Sur les plateaux de TV ou sur les réseaux sociaux, où toute idée doit être délivrée en 40 secondes ou 140 caractères, les nuances n'ont plus leur place. La « punchline » remplace le raisonnement élaboré, le monde doit être noir ou blanc mais surtout jamais gris, ce qui serait trop long à justifier !

Au nom de cette exigence de lucidité et de nuance, il convient d'admettre que certaines entreprises ne sortiront pas indemnes des vents mauvais qui soufflent actuellement. Mais dans bien des secteurs, d'autres auront réussi à rebondir, grâce aux aides publiques, à leur créativité, à leur capacité d'adaptation. Les crises ont ceci de particulier qu'elles offrent des opportunités. Nous avons tous été ébranlés, secoués, chamboulés par cette succession de crises, mais si nous restons solidaires en achetant français, en aidant nos entreprises locales, nous ferons chacun notre part et nous sortirons vainqueurs de cette nouvelle épreuve, tous ensembles.

A suivre en direct dès 9h15 - Aix-Marseille Zéro Carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.