Alain Gargani : "La CGPME est un facilitateur"

Entre un reprise de l'activité qui se fait attendre, une flexibilité des contrats de travail ardemment souhaitée, et l'accompagnement des jeunes pousses, le président de la CGPME des Bouches-du-Rhône explique comment les TPE/PME tentent de relever le pari de la croissance.

2 mn

Le chef d'entreprise de TPE-PME doit participer à l'éco-construction estime le président de la CGPME 13
"Le chef d'entreprise de TPE-PME doit participer à l'éco-construction" estime le président de la CGPME 13 (Crédits : DR)

On évoque un frémissent de reprise de l'économie. Les TPE/PME du département le ressentent-elles ?

Clairement non. Nous sommes loin de l'embellie annoncée ces derniers mois. Au contraire, les chefs des très petites et des petites entreprises livrent un combat quotidien afin de faire perdurer leur activité. Les attentats du mois de novembre ont déclenché sur une partie de l'activité économique - celle qui concerne l'hôtellerie, la restauration, le tourisme... - un frein brutal. Mais nous voulons voir le verre à moitié plein plutôt qu'à moitié vide.

Quelles mesures pourraient aider à l'enclenchement de la croissance pour les TPE/PME ?

Nous ne sommes pas sur les bonnes mécaniques. Ce qui aiderait les TPE/PME c'est la flexibilité dans les contrats de travail. La facilité d'embauche et de désembauche. C'est l'allégement de charges car nous subissons déjà des charges indirectes ubuesques. Et je ne parle pas de la concurrence des salariés détachés... Les auto-entrepreneurs, en revanche, représentent un épiphénomène. Nous les accompagnons afin qu'ils deviennent des entrepreneurs pérennes. Ce statut permet de mettre le pied à l'étrier de l'entreprenariat. Comme nous accompagnons les jeunes pousses. Nous sommes là pour leur donner la main.

Vous avez organisé voici quelques jours votre convention annuelle sur le thème des réseaux. Dans quelle mesure font-ils partie de la vie du dirigeant de TPE/PME ?

Le chef d'entreprise ne peut pas rester seul. Il doit se mettre en relation avec les réseaux car cela lui permet de sortir la tête du guidon, d'être dans la co-construction de l'économie. Nous avons mené un audit pendant un an sur les problématiques des dirigeants. Les deux problématiques principales qui ressortent sont la trésorerie et le carcan administratif. Nous souhaiterions que la Région crée un bureau de l'économie, détache un permanent qui puisse régler les problématiques rencontrées par les chefs d'entreprises. Lorsque des mesures sont prises envers les entreprises, il faut prendre en compte l'ensemble des TPE/PME. La TPE/PME a l'agilité de sa taille, elle saura rebondir si le gouvernement envoie des signaux forts.

2 mn

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.