Côte d’Azur : Isart Digital, la brique jeu vidéo qui vient renforcer la filière des industries créatives

En installant un campus à Nice, l’école originaire de Paris vient apporter un cadre professionnalisant à une industrie en pleine structuration, riche de son héritage cinématographique mais qui doit offrir toutes les expertises nécessaires, dont les plus innovantes. Car si La Victorine veut revenir à ses premiers amours, à Cannes, on veut assemble peu à peu les briques nécessaires capables de placer le territoire dans une dynamique qui va avec les attentes des professionnels. D’autant que d’autres territoires sont performants, dont l’Occitanie voisine.
(Crédits : DR)

C'est une brique de plus qui vient compléter l'existant et son installation au sein de l'Eco-Vallée à Nice est le signal qui confirme que la volonté de faire des industries créatives un levier de compétitivité, levier qui était, fut un temps, assez complet mais qui a perdu de sa structuration, de son « chasser en meute »... laissant à l'Occitanie toute la place pour devenir un territoire hyper attractif de ce point de vue.

Si la structuration s'est quelque peu dissolue à l'échelle du département, les compétences sur le territoire sont belles et bien là. La Victorine, ses mythiques studios, sont en train de renaître de leurs cendres. A Cannes, depuis une dizaine d'années, le travail mené avec l'Université Côte d'Azur notamment mais aussi avec des acteurs majeurs du secteur comme Canal+, UCLA, Banjay... a vu naître en 2018 l'Institut du storytelling et plus largement le projet Cannes On Air qui vise à doter la Capitale du 7ème Art de tous les maillons qui constituent la chaîne de l'audiovisuel. Dont le campus Georges Méliès, installé au sein de la Bastide Rouge qui accueille des formations aux métiers de l'image et aux écritures créatives.

IA, recherche... l'écosystème en soutien

C'est donc dans ce contexte qu'Isart Digital arrive - à la rentrée 2023 - avec dans ses bagages des formations adaptées aux métiers créatifs de l'industrie, de management et de stratégie. Mais il n'y a pas que l'environnement propice aux industries créatives qui a mené Isart Digital à Nice, il y a aussi les compétences en intelligence artificielle, la présence de certains acteurs comme Polytech, Skema ou Centrale Méditerranée et l'Université Côte d'Azur avec laquelle un partenariat a été conclu. D'ailleurs, c'est du côté de la recherche que tout a commencé, il y a 4 ans, avec comme interlocuteur l'INRIA précisément, « sur des sujets de mécanique des fluides et de data, ce qui est très important pour le jeu vidéo », raconte Xavier Rousselle, le fondateur et dirigeant d'Isart Digital. « Nous avions commencé à mener des recherches, puis est arrivée l'Université Côte d'Azur, qui est dans une dynamique forte, que nous ne connaissions pas », dynamique instruite, dit Xavier Rousselle par celle qui en était alors la présidente, avant d'être ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal. Laquelle s'était particulièrement investie dans l'obtention de l'Idex, alors que Nice-Sophia-Antipolis a été, ensuite, l'un des quatre lauréats nationaux d'un Institut 3IA.

Compétences fournies, business aussi

Environnement et compétences qui ont joué le levier d'attractivité de Isart Digital. Pour la game business school, le sujet se situe aussi du côté business et notamment de la réponse aux besoins en compétences que connaît le secteur, un secteur en manque de managers formés aux techniques de monétisation, de stratégie marketing digitale innovante et plus largement de méthodes créatives qui correspondent aux jeu vidéo. L'idée étant aussi de donner les compétences qui permettent de passer du côté de la création d'entreprises, une autre façon de venir combler les besoins en expertises. Sur ce point, Xavier Rousselle revendique « 6 ou 7 projets devenus des entreprises. Nous avons également incubé un projet avec un éditeur qui a investi un million d'euros ». Une approche différenciante revendique son directeur qui se nourrit de la présence d'Isart Digital dans divers univers dont ceux jamais en retard d'innovation, que sont le Canada et le Japon, l'école française étant implantée à Montréal et Tokyo.

Nice plutôt que l'international

Isart Digital qui vient donc apporter la brique qui peut pousser la structuration de la filière des industries créatives, ou tout du moins venir la compléter. « Aujourd'hui, les nouvelles technologies concernant les effets spéciaux utilisent le temps réel, donc les techniques du jeu vidéo », explique Xavier Rousselle indiquant que les liens entre Isart Digital et La Victorine s'inscrivent dans ce cadre et que des projets communs sont déjà « bien ossaturés » dans le cadre de France 2030. Isart Digital qui sort même de son périmètre en ayant développé des prototypes pour le CHU de Nice. Xavier Rousselle qui avoue que l'installation à Nice se fait avec conviction, alors même qu'elle n'était pas prévue au plan stratégique, lequel prévoyait plutôt un développement à l'international. « Mais c'est une belle histoire, qui nous a permis d'être créatifs » estime son dirigeant. Isart Digital prévoit la création d'une vingtaine d'emplois directs et table sur un effet indirect, qu'elle ne chiffre pas. Elle dispose d'un portefeuille de 500 entreprises partenaires et a été élue deuxième meilleure école au monde par le site américain Gameducation.

A suivre en direct dès 9h15 - Aix-Marseille Zéro Carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.