Spécialiste de la réparation navale, Nautech fait de l'ingénierie intelligente le moteur de sa croissance

La société de réparation navale basée à La Ciotat profite pleinement de la reprise économique du secteur. De quoi nourrir les ambitions de Nicolas Bruni, son dirigeant depuis six ans, dont l'objectif est le doublement du chiffre d'affaires.
(Crédits : Nautech)

A la tête de Nautech depuis 2016, Nicolas Bruni ne cache pas sa satisfaction d'être à La Ciotat qu'il qualifie comme " un poumon majeur du refit de yacht dans le monde". C'est en tout cas la place que veut occuper le chantier naval situé en lisière des calanques. Et forcément, l'entreprise de réparation navale compte bien accompagner le développement de cette structure. D'autant plus qu'elle connaît depuis six un regain de croissance basé sur le yachting.

Née en 1996 à Villefranche-sur-Mer, la société déménage à Marseille pour bénéficier des formes de radoub dédiées à la réparation du port. C'est donc vingt ans après sa création que Nicolas Bruni se positionne pour reprendre cette entreprise. Le nouveau dirigeant qui arrive alors aux manettes de l'entreprise, n'est pas un novice. Il s'appuie sur son expérience dans la marine nationale militaire et notamment au sein de ce qui est aujourd'hui Naval Group. C'est lors d'études menées pendant cette période sur des potentielles activités civiles, qu'il identifie le marché du yachting comme "un axe important de diversification". C'est en quittant son entreprise puis après des rencontres avec le responsable d'alors de Nautech qu'il décide de voler de ses propres ailes. "A l'époque, la société était dans une phase calme, j'ai donc cherché des voies de diversifications", raconte-t-il.

Ingénierie intelligente et coût maîtrisé

Ce virage passe par une arrivée à La Ciotat. "Nous essayons de garder une approche d'une entreprise à taille humaine avec un collaborateur dédié pour un bateau", explique Nicolas Bruni. La relation client est l'élément clef de la stratégie de Nautech. "Nous essayons d'adapter notre méthodologie à chacun", avance le dirigeant. Il revendique notamment une approche au cas par cas avec la possibilité pour les propriétaires, ou gestionnaires de flotte, et la possibilité de connaître l'état d'avancement des réparations et le détail du coût.

L'ambition est de chercher la meilleure solution possible, sur l'aspect technique et économique. "Un bateau qui navigue depuis 20 ans doit normalement refaire ses moteurs, celui que nous traitions avait peu pris la mer nous avons donc démonter tout ce qui était autour des moteurs pour créer de l'espace et pouvoir simplement réaliser un contrôle", illustre Nicolas Bruni avec fierté. De "l'ingénierie intelligente" et une opération moins coûteuse pour le client se satisfait-il.

Continuer d'investir

Sur son chantier, Nautech s'occupe de deux aspects. La "logistique" d'abord, à savoir tout ce qui permet l'accueil et la préparation des travaux. Ensuite la "production" qui est plutôt dédiée à la petite mécanique et à l'accastillage. Pour le reste, l'entreprise d'une trentaine de salariés fait appel à des sous-traitants. Pour ce qui est des bateaux, ceux de 50 à 70 mètres sont son "cœur de cible" mais elle s'occupe également de ceux plus petits ou plus grands à l'image d'un 140 mètres accueilli récemment.

Pour gagner en espace, Nautech travaille également à la Seyne-sur-Mer. "Ce n'est pas vraiment un site, nous y sommes installés depuis un an quand nous manquions de place à La Ciotat", explique Nicolas Bruni. Un lieu de complément, bien que le dirigeant ne soit, bien sûr, pas opposé à un développement au sein du port situé dans la rade de Toulon. L'ambition est "d'investir pour continuer à développer de nouveaux outils" ainsi que de doubler les effectifs. D'autant plus que 2022 repart fort après deux années marquées par la crise sanitaire. En 2019, Nautech a généré un chiffre d'affaires de 7,3 millions d'euros lequel atteint déjà, pour l'exercice en cours, 9 millions d'euros. "Nous espérons atteindre rapidement 15, 20 millions d'euros de chiffre d'affaires", prévient Nicolas Bruni. Et continuer à voguer vers une croissance économique qui fait du bien à tout un secteur.

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.