Comment le réseau Glastint, spécialiste du vitrage pour automobile, s’ancre sur les enjeux environnementaux

Avec la crise environnementale, les vertus écologiques du film pour vitrage automobile et bâtiment gagnent en visibilité et séduisent une nouvelle clientèle que le réseau installé à Monaco et ses 68 centres en France entendent bien capter. L’enseigne, qui signe une année 2021 record, ouvre ce printemps de nouveaux marchés, à commencer par celui du véhicule électrique et hybride.
(Crédits : DR)

Fondée en 1983, reprise en 2007 par Nicolas Guiselin et Laurent Nogrette, l'enseigne monégasque Glastint signe une année record. Le réseau spécialiste du film pour vitrage automobile et bâtiment a clôturé l'exercice 2021 sur un chiffre d'affaires de 12,9 millions d'euros, en progression de 21,67% par rapport à 2020 et de 20,46% par rapport à 2019, année de référence pré-Covid. "Nous récoltons avec un peu de retard les fruits de notre stratégie de retournement amorcée en 2017", explique son dirigeant, Nicolas Guiselin, qui poursuit : "Cela se lit aussi dans les demandes de devis qui ont bondi de 16%".

Diversification des activités

Il faut dire qu'à l'époque, Glastint doit composer avec l'entrée en vigueur d'une évolution réglementaire relative au surteintage des vitres avant des véhicules. Celle-ci impose une transparence de 70%. Comment le marché va-t-il réagir ? Devant cette inconnue, l'enseigne s'attelle à diversifier son activité. Elle fait entrer à son capital le fonds institutionnel monégasque, la SACDE, intègre à son activité historique de pose de film teinté pour vitrage automobile, la réparation et le remplacement des vitres et pare-brise, et élargit ses films de protection à la carrosserie et aux jantes. Le réseau pousse également son activité bâtiment (38% de son chiffre d'affaires) sur des enjeux de sécurité et d'écologie. "Le tout vitrage est une hérésie environnementale car c'est par là que la chaleur entre et sort. Le film devient donc un isolant thermique supplémentaire", relève-t-il. Glastint cherche ainsi à faire évoluer son concept et à se repositionner sur "des enjeux majeurs", préférant à l'argument esthétique jusqu'alors prisé des consommateurs les vertus écologiques des films pour vitrage.

Vertus écologiques

"Ces quatre dernières années, nous avons éduqué notre marché et notre clientèle aux avantages écologiques et de santé du film, notamment en matière de filtration d'UV et de chaleur", avance le dirigeant. Qui précise : "Votre voiture, quand les rayons du soleil entrent dans l'habitacle, fonctionne comme un micro-ondes. Or, avec les films, nous divisons par trois l'énergie solaire qui pénètre dans le véhicule, réduisant d'autant la chaleur". Une performance qui intéresse particulièrement les propriétaires de véhicules électriques et thermiques soucieux d'économiser leur batterie fortement sollicitée par la climatisation (deuxième source de consommation après le déplacement). "En filtrant les rayons du soleil, nous délestons la clim", résume Nicolas Guiselin qui lance, ce mois-ci, une nouvelle gamme de films dédiée à ce marché. Concernant le secteur du bâtiment, le réseau, jusqu'alors tourné vers le tertiaire, élargit sa cible aux particuliers "avec des produits permettant de diminuer l'éblouissement, les apports thermiques et le vis-à-vis".

Incertitudes

Le réseau Glastint s'ouvre ainsi de nouvelles lignes de développement dans un contexte incertain. "Avec les problématiques de matières premières, la baisse attendue du marché automobile, l'inflation galopante et les inquiétudes politiques, internationales et sanitaires, j'ai dû mal à penser que 2022 sera une année de croissance. L'idée consiste donc, avec le lancement de nos nouveaux produits, à maintenir l'activité au même niveau que 2021", précise le dirigeant. Qui admet : "Il y a encore quatre ou cinq ans, nous pouvions imaginer des stratégies à deux, trois ans. C'est désormais terminé. Aujourd'hui, nous barrons à six, douze mois. C'est un exercice de style où il s'agit de changer de cap régulièrement de manière à naviguer au plus juste et à trouver les vents porteurs". Un défi de plus pour le réseau de 68 centres en France et de 210 salariés, qui poursuit par ailleurs son maillage géographique qu'il estime optimal à 110 centres sur l'Hexagone.

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.