Spécialiste de l’IT, La Home Sweet Company se déploie dans les territoires et crée une première filiale dans le Sud

Originaire d’Ile-de-France, le groupe de services IT, notamment axé sur le big data, le cloud et la cybersécurité, fait face à un marché à la fois de plus en plus concurrentiel et qui s’élargit avec des PME, désormais elles aussi attentives aux sujets liés à la donnée et à la gestion de celle-ci. Déjà active dans le Sud, dont Monaco, l’entreprise veut désormais mailler plus fortement sa présence en région, ce qui passe par la création de filiales. Ce qui doit porter aussi la croissance.
(Crédits : DR)

La question de la donnée est majeure et ce n'est pas la crise, traversée depuis plusieurs mois, qui dire le contraire : la nécessité d'avoir accès de la data enrichie - récoltée mais surtout analysée -, protégée, accessible, s'est renforcée.

Le big data, le cloud et la cybersécurité constituent le cœur de métier de La Home Sweet Company, ESN crée en 2011 par Laurent Besson et Christophe Bonnet, et qui revendique un portefeuille constitué des 500 plus grandes entreprises françaises. De grandes entreprises également présentes en région et c'est précisément cela qui pousse l'entreprise basée à Neuilly-sur-Seine à vouloir s'ancrer davantage dans les territoires, via la création de filiales.

Il faut dire que le côté extrêmement concurrentiel du marché oblige aussi les acteurs de services à se rapprocher de leurs clients, tant la réactivité et la capacité à intervenir au plus vite sont des qualités encore plus regardées depuis la crise. Si Laurent Besson précise bien que « nos clients sont présents partout en France », dans le Sud, ceux-ci sont aussi bien installés à Monaco qu'à Nice, Marseille ou Marignane, l'ESN collaborant avec le gouvernement monégasque, Onet, Docapost ou Airbus Helicopters.

Volonté de cloud hybride

Cependant, si « nous avons adressé historiquement des grands comptes », précise Dragomir Colić, en charge de la BU Grand Sud, installée à Nice, l'hyperspécialisation de La Home Sweet Company lui permet désormais de s'adresser aussi aux PME et entreprises intermédiaires. Et là encore l'effet de la crise - qui a mis sur la table le sujet de la souveraineté numérique - joue considérablement, avec une volonté affichée de s'affranchir des GAFAM. « Certains de nos clients basculent sur du OVH », note Laurent Besson, « rarement à 100% cependant, souvent avec de l'hybride ». Avec une appétence pour les applications redirigées vers le cloud et plus globalement le click to cloud.

Autre sujet mis en exergue par la crise, celui de la cybersécurité révèle que nombre d'entreprises moyennes se trouvent encore fort dépourvues face aux possibles cyberattaques qui souvent, ne sont pas, a contrario des grands groupes, des attaques personnalisées mais des attaques touchant par vague.

Autant d'éléments de conjoncture et de contexte qui avalisent la volonté d'un maillage plus proche des territoires, volonté confortée par des études menées qui révèlent « qu'il existe une vraie demande à laquelle nous pouvons répondre », ajoute Dragomir Colić, en évoquant le territoire de Provence Alpes Côte d'Azur, terre d'IT et qui a été accompagnée dans son installation par l'agence de développement économique, Team Côte d'Azur.

L'exode urbain, enjeu de développement et de fidélisation

Mais à cela s'ajoute un autre phénomène, celui de l'exode urbain de certaines grandes métropoles vers des métropoles où la qualité de vie est considérée comme meilleure et qui est aussi, une conséquence de la crise. Pour Laurent Besson, l'implantation d'une filiale en région est un moyen d'accompagner cet exode. « Cela nous permet de proposer de nouveaux plans de carrière à nos collaborateurs », souligne le co-dirigeant de l'ESN, pour qui cela est également un moyen de fidéliser des compétences.

Ce qui ramène, indirectement, au nom de l'entreprise, rebaptisée après sa création La Home Sweet Company, car, explique Laurent Besson, « nous avons voulu donner du sens à notre entreprise. Home signifie la maison, ici le mobilier n'est pas du mobilier traditionnel d'entreprise mais du mobilier comme chez soi, afin de signifier le foyer, la notion d'accueil. Sweet rappelle la douceur, celle que nous voulons pour nos salariés. Et Company parce que nous restons tout de même une société ».

Si le Grand Sud représente un premier déploiement dans les territoires, La Home Sweet Company, qui prévoit un chiffre d'affaires de 50 millions d'euros pour l'exercice en cours -

 compte dupliquer le modèle à trois autres régions notamment dans le Nord et l'Est de l'Hexagone. Qui dit déploiement dit recrutements. Une campagne en ce sens sera lancée d'ici quelques jours sur LinkedIn, avec deux axes, l'un visant un recrutement sur place, l'autre s'appuyant sur cette migration urbaine. L'objectif est d'intégrer 45 nouveaux experts d'ici 3 ans pour le Grand Sud quand l'effectif actuel, de 340 personnes, devrait atteindre 400 salariés à horizon 12 mois.

« Le mouvement de l'économie c'est plus d'IT », appuie Laurent Besson. Qui indique aussi que la guerre en Ukraine aura des conséquences, certes en figeant certaines décisions à court terme mais surtout en incitant à davantage de data, de cybersécurité et de renforcement des infrastructures. « Le mouvement vers le cloud est irréversible ».

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.