Oward se place en moteur de recherche des professionnels du cinéma

La start-up incubée au sein de la Belle de Mai, à Marseille, propose un site sur lequel elle réunit tous les corps de métiers nécessaires à la création d'un film. L'objectif est de permettre à des réalisateurs ou producteurs de constituer leur équipe le plus rapidement possible.

4 mn

(Crédits : DR)

Marseille n'a pas attendu le plan d'Emmanuel Macron pour se faire une place de choix dans le milieu du cinéma. Les frères Lumières ont bien réalisé leur premier film à La Ciotat. Un peu plus de 120 ans plus tard, la ville veut se positionner comme un lieu fort du 7e art derrière l'indétrônable capitale.  Plus que les strass et paillettes, ce sont les retombées économiques qui font saliver. Et si le discours du chef de l'Etat donne un coup de fouet aux ambitions cinématographiques locales, Marseille s'appuie déjà sur des structures bien implantées. A l'image du pôle de la Belle de Mai, dont l'incubateur accueille des jeunes pousses du secteur de l'audiovisuel.

"C'est le seul incubateur national public dédié aux médias et à la culture, il a également une forte demande en innovation", avance Romain Willerval, co-fondateur d'Oward. Cette start-up a rejoint la Belle de Mai en 2020 pour y démarrer son incubation. Elle propose un site internet qui joue le rôle de moteur de recherche des talents nécessaires à la création d'un film. "Lorsqu'on regarde un générique, il y a une liste interminable des personnes et sociétés qui ont contribué à un long-métrage. Les contacter et les réunir demande du temps, nous voulons réduire le temps de recherche", développe le dirigeant.

Réunir tous les corps de métiers

Officiellement mis en ligne en avril, le site revendique aujourd'hui 1.000 personnes inscrites. Qu'il s'agisse aussi bien de postulants ou de ceux en recherche de talents. L'objectif est d'atteindre les 8.000 à 10.000 contacts pour qu'une réelle émulation au sein de cette communauté prenne. Mais attention, Oward ne s'adresse pas à n'importe qui et se positionne sur "la composition d'équipe d'excellence". Une phrase qui ressemble à un slogan mais qui dans les faits se concrétise par la présence au sein du moteur de recherche d'un filtre par prix et sélection en festival. C'est de ce concept que la start-up tire d'ailleurs son nom.  "Nous vérifions les inscriptions et particulièrement les sélections déclarées", prévient Romain Willerval.

Le dirigeant souhaite attirer tous les corps de métier de la filière cinéma, ceux bien connus tels que réalisateur ou scénariste mais aussi ceux plus dans l'ombre comme les fabricants de matériels ou encore les pilotes de voiture caméra pour ne citer qu'eux. L'inscription elle n'est pas qu'un simple CV en ligne, elle comporte aussi des travaux en vidéo. Une condition qu'impose Oward. "Nous ne lisons pas des lignes, nous regardons des films", insiste le co-fondateur. Côté modèle économique, Romain Willerval défend un site en accès libre qui le restera dans le temps. "Cela permet de garantir de la visibilité aux inscrits ainsi qu'à nous, nous nous finançons sur l'adhésion et la publication". Oward se donne une vocation internationale, comme en témoigne sa version en anglais déjà disponible, bien que la première étape soit d'abord de recenser le plus de techniciens français.

Des évolutions dans les tuyaux

Avec moins d'un an d'existence, le site est voué à connaître des évolutions. La première sera la création fin janvier d'une messagerie afin de faciliter les échanges entre recruteurs et recrutés mais aussi de protéger les adresses personnelles. A terme, cela doit évoluer en messagerie d'équipe sur un modèle similaire à ce que propose Slack ou Discord. L'intérêt pour Oward est aussi de mieux mesurer l'efficacité de son interface, pour l'instant la start-up ne peut mesurer que le nombre de clics sur le bouton "contact". Mais pas si cette interaction aboutit à une collaboration.

 Autres ajouts prévus, le référencement de tous les évènements liés au cinéma ainsi qu'un onglet "films". Ce dernier doit permettre à certains longs métrages sélectionnés de gagner en visibilité quand ils sont souvent déclassés rapidement sur les plateformes de VOD. Concrètement, une personne qui chercherait un décorateur pour un film sur une période historique donnée pourrait grâce aux filtres obtenir une liste de ce qui a été tourné selon ces critères. Ensuite, Oward lui propose des liens vers des services vidéo où le film est accessible. Le travail d'un vrai moteur de recherche en somme.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.