Gandee, la startup qui sécurise le modèle de cagnotte solidaire, lève des fonds pour fortifier son maillage régional

Spécialisée dans l’organisation de cagnotte solidaire, autant pour les particuliers que les entreprises, la startup née à Paris et désormais présente à Nice, a construit son concept en permettant la sécurisation et la traçabilité des dons faits aux associations. Une approche qui se veut aussi en proximité avec les territoires, d’où un plan de développement qui pose son premier jalon dans le Sud et vise à être finalisé d’ici un an.

3 mn

(Crédits : DR)

Le principe de cagnotte solidaire n'a plus à démontrer son appétance. Mais en revanche, comment être certain que les dons effectués parviennent vraiment au destinataire ou à la cause plébiscitée ? C'est précisément ce point qu'adresse Gandee en organisant et surtout en sécurisant l'ensemble de l'opération, notamment en créant un compte séquestre qui offre la traçabilité et la sécurisation qui manque tant aux autres modèles de cagnottes solidaires.

Tiers de confiance

C'est en janvier 2019 que Gandee est créé par Layticia Audibert, ancienne avocate d'affaires internationales, œuvrant dans la gestion d'actifs, ex-CEO d'une entreprise basée au Luxembourg. L'objectif de la startup est d'offrir un cadre sécure, cadré. « Nous présélectionnons les associations, nous créons les comptes séquestres et chaque participant reçoit le reçu fiscal afférant à son don », explique la dirigeante. « Nous agissons ainsi comme tiers de confiance ».

Gandee s'adresse aussi bien aux particuliers qu'aux entreprises, principalement les startups, PME et ETI, « les grands groupes étant généralement bien structurés pour gérer les opérations RSE ».

Team building, lancement de produit, assemblée générale, pot de départ, don sur salaire... sont autant d'événements que Gandee organise. Ce qui inclut aussi la communication interne et externe qui accompagne ces opérations. Une dimension non négligeable dans un contexte où les entreprises ont besoin de faire connaître leurs actions RSE autant en termes d'image employeur qu'image de marque.

Toujours dans le sens de sécurisation, Gandee s'est associée avec SGS, l'un des leaders de la certification afin de créer un label - qui examine 30 points de contrôle - dédié aux associations de taille moyenne, leur apportant ainsi une assurance, et aux donateurs, une réassurance.

Le business-modèle de Gandee repose sur une rémunération au pourboire concernant les particuliers et à hauteur de 4% concernant les entreprises. Des formules d'abonnements permettent aussi à ces dernières de s'inscrire dans la durée.

Nice, premier laboratoire régional

Accompagner les associations de taille moyenne, cela signifie aussi accompagner celles présentes en région. D'où la création d'un établissement secondaire à Nice - une région dont Layticia Audibert est originaire - qui marque le premier pas d'un maillage régional que Gandee envisage de compléter en un an. « Nous voulons créer la confiance, aider le milieu associatif à se structurer », dit Layticia Audibert. « Nice constitue le premier laboratoire pour mesurer l'appétance du milieu associatif local ». Pour l'heure, Gandee accompagne cinq associations et compte également beaucoup sur les entreprises du territoire pour s'impliquer véritablement auprès des associations locales. Où l'on retrouve une certaine notion de l'écosystème.

Le choix de Nice - même si Layticia Audibert en est originaire - s'est fait après une phase où Gandee a fait l'objet de sollicitations de la part de plusieurs territoires, dont Marseille et Bordeaux. « Team Côte d'Azur (l'agence de développement économique NDLR) m'a accompagnée dans la rencontre avec les différents acteurs économiques, de la Métropole Nice Côte d'Azur comme de Sophia-Antipolis et cela m'a permis de constater que le territoire prend en compte l'impact RSE et possède une vraie envie de solidarité ».

Le plan de développement régional prévoit de couvrir l'ensemble des régions hexagonales d'ici l'année prochaine. Bordeaux devrait être la prochaine étape. C'est pour fortifier cette stratégie que la startup est engagée dans une levée de fonds, pour un montant de 500.000 euros auprès de divers business angels. Gandee prévoit d'atteindre un chiffre d'affaires de 3 millions d'euros à horizon 2023 et de 5 millions d'euros d'ici 2026.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.