Eric Champ : « Quand on décide de se lancer comme entrepreneur c'est que l'on est un compétiteur »

Depuis presque 30 ans, Eric Champ ligne a raccroché ses crampons et posé son maillot de rugbyman pour enfiler le costume de dirigeant d'entreprises industrielles notamment dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Au grès des rencontres, il a commencé à partager ses expériences pour conseiller les entrepreneurs dans leur manière de gérer leur société et leurs équipes. Dans le cadre du concours Make The Choice, organisé par l'UPE 13, il partage en tant que membre de la direction du groupe Parlym sa vision auprès de porteurs de projets sur le point de se lancer.

2 mn

(Crédits : Pixabay / CC)

La Tribune : Après votre carrière dans le rugby, au sein du RC Toulon et de l'équipe de France, comment s'est fait la bascule vers l'industrie ?

Eric Champ : Avant de débuter dans le rugby, qui n'était pas professionnel à l'époque, j'avais suivi une formation au sein de la direction générale de l'armement puis je suis finalement rentré dans l'ingénierie au service de grands groupes en fin de carrière sportive. J'ai notamment intégré un petit groupe fondé par un ami, Studia, pour développer les activités avant qu'il soit vendu à Assystem où je suis resté 20 ans. A l'époque, on m'avait déjà demandé de parler de mes expériences et de faire du conseil mais c'est lorsque j'ai rejoint Sogeti (ndlr : filiale de Capgemini) que j'ai vraiment développé cette activité.

Quels conseils donnez-vous, a fortiori pour un public de jeunes entrepreneurs en devenir ?

E.C : Cela fait une dizaine d'année que je mène des conférences j'ai donc eu l'occasion de déjà croiser tous les types de publics, dans des écoles par exemple. L'exercice est bien sûr très personnalisé, cela dépend de l'audience, du secteur et de la demande. Là j'ai surtout voulu appuyer sur l'esprit de conquête. Cette rencontre a pour thème général "être leader et entrepreneur", or quand on décide de se lancer comme entrepreneur c'est parce que l'on est un compétiteur.

J'ai la prétention de dire que je parle du vestiaire et de comment je le mets au service de l'entreprise. C'est le fruit de 30 ans de carrière dans le sport et la gestion des collectifs, ce qui m'intéresse c'est de faire des allers-retours entre l'univers du rugby et celui des entreprises.

Le parallèle n'est pas si évident, sur quels éléments le faites vous ?

E.C : Quand je discute par exemple avec des équipes commerciales, nous abordons la gestion des divas et je leur explique que sans diva il n'y a pas de grandes équipes. Cela peut être la manière de rebondir après un échec, j'ai perdu une finale de Coupe du monde en France (ndlr : en 1987) ce n'est pas facile de se remotiver. Le changement est également un élément important, tout le monde en a peur et dans le sport j'en ai subi et je l'ai aussi mis en place. Enfin, il y a l'aventure humaine, il faut que cela soit cela avant tout d'être entrepreneur.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.