Binter connecte Marseille aux Canaries et voit plus loin

La compagnie espagnole lance une liaison directe entre l'aéroport Marseille Provence et les îles au large du Maroc, son territoire historique. Au-delà, de l'aspect touristique de cette ligne, elle marque la volonté du transporteur aérien de sortir de sa région ce qui pourrait profiter à moyen long terme à l'AMP.

2 mn

(Crédits : Binter)

On aurait presque oublié que cela était possible. Après de mois durant lesquels les compagnies aériennes ont laissé leurs avions sur le tarmac, puis repris les vols très progressivement, le lancement d'une nouvelle ligne par Binter donne un goût de "vie d'avant". L'entreprise espagnole installée sur les îles des Canaries connecte depuis le 2 juillet avec un vol par semaine l'archipel situé au large du Maroc à Marseille, mais aussi Toulouse et Lille.

Une ouverture qui traduit les envies d'expansion de Binter. Peu connue en France, la compagnie existe pourtant depuis 32 ans mais avec une dimension commerciale régionale puisqu'elle n'assure que des connexions entre les sept îles des Canaries. "C'est en 2005 que nous avons commencé à proposer des liaisons à l'international avec des pays proches en Afrique ou le Portugal", explique Pablo Landrau, directeur du développement de Binter. L'achat de nouveaux avions capables d'assurer des trajets plus longs marque donc le début d'une stratégie tournée plus loin géographiquement avec des vols vers la France donc mais aussi l'Italie.

"Nous avons choisis des villes depuis lesquelles il n'était pas évident de voyager jusqu'aux Canaries, nous avons aussi pris en compte la population et la capacité économique du territoire", détaille Pablo Landrau. A Marseille, Volotea proposait aussi un vol. "Cela est complémentaire, il y a de la place pour tout le monde", balaie le directeur du développement estimant que "ça n'aurait pas de sens" que les deux compagnies proposent des vols sur les mêmes dates.

Augmenter les vols et les connexions

Pour l'instant, Binter ne propose qu'un vol par semaine mais ne cache pas sa volonté d'augmenter la cadence si les clients sont au rendez-vous. C'est aussi l'un des raisons pour lesquelles Marseille a été choisie, l'aéroport n'étant pas saturé et ayant des projets de développement de trafic. "C'est forcément un des facteurs de notre choix car cela nous permet de poursuivre notre stratégie", souligne Pablo Landrau.

Lire aussi 2 mnComment l'Aéroport Marseille Provence maintient son Cap

Au-delà des Canaries, l'ambition à moyen long terme est de "connecter notre réseau vers l'Afrique de l'Ouest à Marseille". Le trajet se ferait via l'archipel espagnol. "Il faut que nous puissions proposer une solution plus simple que ce qui existe déjà ou sur un autre jour", explique Pablo Landrau qui précise que le projet "est pour plus tard".

Il faut dire que pour le secteur aérien est particulièrement dans le flou depuis la crise sanitaire. Le vol entre les Canaries et Marseille a été envisagé il y a trois ans, validé un an plus tard avant que le Covid-19 ne ralentisse son lancement effectif. Si Binter a forcément été affectée, "la compagnie se trouvait raisonnablement bien financièrement, c'est arrivé à un bon moment pour nous", avance Pablo Landrau. Mais comme tous les acteurs du secteur, il attend le retour complet à la vie d'avant.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.