L’ambition startup academy de l’Université Côte d’Azur

Favoriser l’entreprenariat étudiant en apportant l’expertise, les bons conseils et le réseau qui va bien est certes une façon pour UCA de valoriser le lien entre l’académique et l’économique. Mais le programme de summer school actuellement en cours à Nice est aussi une façon subtile de promouvoir le territoire. Où il est question d’attractivité de talents.

3 mn

(Crédits : DR)

Depuis la labellisation Idex - confirmée le 1er juillet dernier - l'entreprenariat est devenu, pour employer le vocabulaire économique - un axe de développement. C'était la volonté de Frédérique Vidal lorsque la ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche était présidente d'Université. Aujourd'hui, la question ne se pose même plus de savoir si l'entreprise et l'académique vont bien ensemble : c'est une évidence, à Nice comme ailleurs.

L'entreprenariat étudiant est l'une des briques, la première marche d'ailleurs souvent, qui permet d'entamer le chemin de la création d'entreprise. Outre les programmes spécifiques qui existent comme Pépite, il y a aussi des initiatives plus larges. C'est le cas notamment du programme européen qui vaut à l'Université Côte d'Azur d'avoir concocté un programme de summer school. Un programme immersif qui vise à évidemment faire monter en compétences les projets naissants et à identifier celui ou ceux qui ont le potentiel pour donner concrètement naissance à une startup. Mais aussi à montrer quel point le territoire azuréen possède tout ce qu'il faut pour devenir terre d'accueil entreprenariale.

Valider la concrétisation

« Ce programme est un programme de préfiguration », explique Samira Karrach, directrice des projets Idex transversaux, un programme en test donc qui pourrait prendre une plus forte dimension européenne en 2022.

Un programme pensé pour creuser tout ce qui doit amener à la maturation d'un projet, aussi embryonnaire soit-il. Vision stratégique, utilisateur final, UX design, design thinking, business-modèle... « L'objectif est de nourrir la réflexion et de proposer des améliorations en termes d'images de marque, de modèle économique et de façon de pitcher efficacement face à des investisseurs ».

Un travail qui va voir assez profondément dans les entrailles des projets pensées par des étudiants venus de France et d'Europe et qui sera mesuré par un jury auquel participe le cabinet de conseil Rise Partners, basé à Sophia-Antipolis. C'est lui notamment qui accompagnera le projet lauréat pour mener à un POC ou une levée de fonds.

Comprendre l'intérêt du territoire

Au-delà de la maturation de projets entreprenariaux, cette startup academy a aussi vocation à montrer ce que vaut le territoire, d'un point de vue développement économique. C'est-à-dire mieux faire connaître les filières qui le structurent, les outils qui existent et continuent d'être des accompagnants pour les entreprises innovantes, telles l'INRIA, le CNRS ou encore l'Institut 3 IA. Cette valorisation territoriale c'est à Team Côte d'Azur, l'agence de développement économique, qu'elle revient. « Nous voulons montrer à ces jeunes entrepreneurs que la Côte d'Azur est un territoire d'accompagnement, une terre d'innovation adéquate pour s'installer et créer du réseau », souligne Samira Karrach. C'est distiller l'idée que Nice et son bassin économique sont attractifs pour qui veut entreprendre et innover. Le territoire, il est vrai, s'est aussi nourri de l'Idex, cette Initiative d'excellence qui a permis à l'Université comme aux entreprises de faire plus ample connaissance. C'est ce que le sénateur Laffitte, le père de Sophia-Antipolis, disparu il y a quelques jours, appelait la fertilisation croisée.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.