Conserves Guintrand, le pari du local depuis 123 ans

Installée à Carpentras, cette PME familiale transforme des fruits et légumes frais qu’elle distribue essentiellement à des industriels et des grossistes, mais aussi aux particuliers. Pour se distinguer, elle a toujours fait le choix de matières premières locales dont elle maîtrise la maturité, gage de qualité. Dans le cadre du plan France relance, elle vient d’obtenir 500.000 euros de subventions pour doubler sa surface de production.

5 mn

(Crédits : DR)

Qu'elle soit motivée par l'éthique, la volonté de soutenir son territoire ou par des raisons purement gustatives, la consommation d'aliments locaux est depuis plusieurs années fortement encouragée et plébiscitée. D'après une étude Kantar de 2020, 64% des Français déclarent privilégier les produits locaux lorsqu'ils font leurs courses. Et la crise du covid-19 semble avoir amplifié, du moins dans les intentions, cette tendance. Le local, c'est aussi le cœur de métier de la PME familiale Conserves Guintrand. Et ce, depuis 123 ans.

Créée en 1898 à Caromb avant de déménager en 1910 à Carpentras, elle s'attelle à transformer des fruits et légumes frais cultivés en Provence (à l'exception de son cardon lyonnais). Un choix qui s'explique en grande partie par la recherche de qualité.

Ainsi, en plus de favoriser une relation de proximité et d'écoute avec ses fournisseurs, son approvisionnement en circuit court lui permet de maîtriser au mieux la maturité de ses matières premières grâce à des temps de transport et de stockage moindres. « De plus, nous sommes une petite entreprise de 10 salariés permanents auxquels s'ajoute une vingtaine de saisonniers l'été. Cela nous permet de décider précisément quel jour nous souhaitons transformer les produits, en fonction de leur maturité. Pour les poires par exemple, cela se joue à quelques jours. Il y a quelqu'un qui les tâte quotidiennement pour savoir quand elles sont prêtes à être transformées » assure Jean Witold-Damiron, directeur commercial de la société. Lors de la transformation, la PME veille à travailler selon des recettes les plus simples possibles, sans ingrédients superflus.

Du marché des professionnels à celui des particuliers

Une qualité qui lui a valu le label d'Entreprise du patrimoine vivant, de même qu'un certain succès auprès des professionnels, avec quelques produits-phares comme par exemple sa sauce tomate pour pizza, pizza-prêt. « On réalise 80 % de notre chiffre d'affaires auprès d'industries et de grossistes pour boulangeries, pâtisseries et restaurants ». Parmi ses clients, de grandes sociétés comme le spécialiste du surgelé Thiriet, des artisans comme le glacier parisien Berthillon, ou encore le grossiste Metro par lequel elle distribue ses cardons. « Certains meilleurs ouvriers de France utilisent également nos produits », se félicite Jean Witold-Damiron.

Et depuis une dizaine d'années, Conserves Guintrand s'ouvre au marché des particuliers avec des produits contenus non plus dans des boites métalliques comme ce qu'elle proposait jusqu'alors, mais dans des conserves. « Nous proposons des plats cuisinés provençaux comme des ratatouilles, des aubergines à la bohémienne, des compotes... » Des produits distribués au travers de deux marques.

La première, Guintrand s'adresse à la grande distribution et est présente dans de nombreuses enseignes, mais essentiellement dans le quart sud-est. La seconde, Yves Reynier (du nom de son ancien PDG) est quant à elle destinée aux épiceries fines.

Si le marché des particuliers est pour l'heure minoritaire dans l'activité de l'entreprise, celle-ci assure y consacrer « 80 % de ses efforts commerciaux » et n'hésite pas à recourir au digital pour monter en puissance. « On est présent sur la place de marché Pour de bon qui propose des produits en direct auprès d'artisans et de producteurs. On a aussi beaucoup investi les réseaux sociaux comme Facebook ou Instagram ». Certains produits sont en outre lancés d'abord sur ce marché des particuliers, à l'image de la fraise de Carpentras que l'entreprise propose depuis un an sous forme de confitures et compotes.

« S'adresser aux particuliers nous permet de gagner en visibilité ». Et Conserves Guintrand peut s'appuyer sur une demande croissante de la part de ce public. « Pendant longtemps, travailler des produits locaux ne nous a pas aidés. Les tomates de Provence sont chères par rapport à celles provenant d'Italie ou d'Espagne, si bien que parfois les grandes surfaces préféraient aller voir ailleurs. Mais la consommation de produits français revient au goût du jour. Et nous, on revient donc un peu dans la course ».

Doubler la surface de production

Et si la carte du local permet à la conserverie de s'imposer en France, elle est également présente à l'international où elle réalise 30 % de son chiffre d'affaires. « On exporte en grande partie en Belgique, mais aussi en Finlande, au Japon et en Allemagne ».

Dans les prochains mois, la PME souhaite agrandir son outil de production qui occupe pour l'heure 700 mètres carrés. « On travaille de manière très saisonnière dans un espace restreint. Cela nous oblige à constamment monter et démonter des machines en fonction des fruits et légumes que l'on transforme ». D'où la nécessité de s'agrandir. « On vient pour cela de bénéficier du plan France relance, soit une subvention de 500 000 euros qui nous permettra de doubler notre surface ». Un moyen d'améliorer ses conditions de travail pour poursuivre sa stratégie basée sur la qualité des produits proposés. « On n'a jamais couru après un développement considérable de notre chiffre d'affaires (celui-ci atteignait 1,3 million d'euros en 2020 NDLR). On n'a jamais dû tirer sur la qualité pour faire de la croissance. C'est justement cela qui nous a permis de nous différencier et qui a fait que nos clients nous suivent jusqu'aujourd'hui ».

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.