La coalition internationale menée par CMA CGM, un modèle pour accélérer les transitions ?

 |  | 473 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : DR)
Créée fin 2019 pour accélérer le développement des énergies et des technologies d’avenir capables de servir la mobilité durable, elle accueille désormais Airbus, Bureau Veritas et PSA International, renforçant de fait le regroupement de grandes entreprises déjà engagées comme Carrefour, Michelin, Faurecia ou Schneider Electric. Une coalition qui travaille sur des sujets d’hydrogène vert, de biocarburants, de plateformes multimodales, d’électricité verte ou GNL. Et qui promet du concret pour 2021. Au-delà des annonces, est-ce cette forme de coopération qui est la meilleure façon d’aller plus vite sur la décarbonnation ?

On le sait, l'impact environnemental est un sujet pour Rodolphe Saadé depuis longtemps, bien avant que cela devienne une thématique incontournable et alors que l'on regardait les transporteurs maritimes comme de mauvais élèves, peu concernés par la chose environnementale. Un sujet donc qui préoccupe suffisamment le PDG du groupe familial basé à Marseille pour inscrire le développement durable comme l'un des cinq piliers stratégiques du groupe.

ZEBOX, l'incubateur-accélérateur que CMA CGM est né en 2018, de la volonté de Rodolphe Saadé de regarder finement du côté de l'innovation, ce que les nouvelles technologies pouvaient apporter en matière de disruption de deux grands domaines, le transport, la logistique et les mobilités d'un côté, l'industrie 4.0 de l'autre.

Mais l'annonce faite officiellement il y a juste un peu plus d'un an, de créer une coalition internationale dédié à l'énergie de demain a rajouté une brique d'envergure au sujet. Car en rassemblant des industriels, venus d'horizons extrêmement différents - Carrefour, Total, Schenider Electric, Engie, Faurecia, le cluster maritime français - ce regroupement de grands groupes ou de grandes organisations permet de croiser, de mettre en commun les réflexions stratégiques, les besoins, de lever les éventuels freins et surtout de regarder tous ensemble dans la même direction.

Travail collectif

Le transport décarbonné, les mobilités vertes, les nouveaux carburants, le véhicule zéro émission... sont des problématiques, voire de vrais défis, qui concernent tous les secteurs, en transversalité. Cette sorte de mise au pot commun, d'apport d'expertises venus de milieux qui n'ont pas grand-chose à voir les uns avec les autres, peut être une façon d'aller plus vite sur la question des transitions.

D'abord parce que les industriels ont une envergure qui est de nature à pouvoir faire bouger les lignes. Ensuite, parce que plusieurs industriels d'envergure ensemble, cela pèse encore plus. Et c'est sans doute la meilleure façon d'avancer, peut-être pas vite car il y a dans les sujets de décarbonnation des sujets de R&D, par nature, de temps long, mais sans doute bien, c'est-à-dire avec des standards, des capacités à jouer sur un effet d'entraînement des autres acteurs.

L'aérien, le nouveau domaine de CMA CGM

On notera parmi les trois nouveaux entrants, qui portent à 14 le nombre de membres, figure Airbus. Un acteur de l'aérien qui rejoint la coalition imaginée par un acteur du maritime prend encore plus de sens, maintenant que ce même acteur du maritime s'intéresse à l'aérien, puisque CMA CGM a annoncé se lancer dans le fret aérien mi-février. On sait déjà que d'autres industriels rejoindront la coalition. Pour rappel, l'objectif est d'atteindre des résultats mesurables et tangibles à horizon 2030. Autant dire que c'est déjà demain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :