Reprise par ses cadres dirigeants, Mathez Freight & Compliance renforce sa stratégie de marque

 |  | 1030 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : DR)
Elle est l’une des plus entreprises de transports internationaux les plus solidement installées sur son marché. A 70 ans, cette PME installée à Nice et présente également à Lyon, Paris et Rouen, entame une nouvelle étape de son histoire, entre transfert du contrôle du groupe à quatre de ses cadres et structuration de ses différents métiers en deux pôles distincts. Où il est question de répondre encore mieux au marché et à ses attentes, le sur-mesure confirmant être une valeur ajoutée.

On peut avoir dépassé allégrement la cinquantaine d'années d'existence et redémarrer une nouvelle phase de son histoire, sans rien renier des fondamentaux mais en adaptant la stratégie au contexte marché.

C'est exactement ce que vit le groupe Mathez, né à Nice en 1950, porté sur les fonts baptismaux par Raoul Mathez, devenu au fil du temps un acteur des transports internationaux, mêlant réglementation et logistique. Un groupe demeuré capitalistiquement familial, doté de 15 agences en France, une à Monaco, 162 collaborateurs générant un chiffre d'affaires de 34,5 M€. Un groupe composé aussi de pas moins de 6 sociétés, constituées en fonction du développement et des besoins. Une richesse qui est clairement un atout en ce qu'elle concentre d'expertises, mais une richesse qui présente aussi un point faible, celui d'un manque de visibilité d'appartenance à un seul et même groupe.

D'où, en partie, la volonté de peaufiner la stratégie de marques.

Clarifier la stratégie de marques

Parce que le secteur du transport international est vaste et être visible dans son entièreté est primordial. Ainsi, désormais, Mathez devient Mathez Freight & Compliance, composé de deux pôles distincts Freight et Compliance. « Sur le sujet des marques, nous avons fait le constat que Mathez souffrait un peu du syndrome de la basse-cour », indique Frédéric Mercier, qui avec Alexandre Hiernaux, pilotera l'activité logistique. « C'est-à-dire avec des poussins que l'on retrouve un peu partout, de façon désordonnée. Certaines sociétés avaient des logos bleus, d'autres des rouges... En termes de notoriété, cela posait problème. Les liens entre les sociétés ne se faisaient pas naturellement de la part des clients ». Un chantier de réflexion a été mené durant deux ans, avec analyse des marques, des marchés, des usages... En interne, la volonté de conserver le nom de Mathez a été unanime. « Notre objectif était de clarifier une stratégie de marques ». Clarification faite.

Il faut dire aussi que le timing est parfait, le groupe dirigé par Pierre Mathez, Brigitte Mathez et Marc Fagnen étant dans une phase de cession de la direction de l'entreprise à quatre de ses cadres dirigeants.

Management « à l'instinct » et dans la confiance

Une phase évidemment extrêmement importante parce que structurante. Mais cette cession, Pierre Mathez l'a depuis longtemps envisagée et donc anticipée. Dès 2019, l'idée s'est concrétisée. Il faut dire que chacun des futurs dirigeants - la cession sera effective au 1er janvier 2022 - sont des salariés, présents dans l'entreprise pour le plus ancien depuis 1993 et pour le plus récent, depuis 2008. « Nous avons tous appris à travailler ensemble et à nous faire confiance », souligne Pierre Mathez.

Un management dans la confiance que confirme Frédéric Mercier. « Nous sommes une société sachant saisir les opportunités, qui se manage à l'instinct. C'est ainsi qu'elle a grandi. Tant niveau réglementaire que logistique, une certaine autonomie a toujours été laissée aux collaborateurs ». Et cela, dit aussi Pierre Mathez, parce que chaque agence est une structure de petite taille, agile par définition.

Reste désormais à maintenir cet état d'esprit. « Chaque décision à venir sera passée au tamis de cet état d'esprit », ajoute Frédéric Mercier.

Allier les expertises logistiques et réglementaires

Les nouvelles bases posées, qu'elles sont les ambitions et les enjeux ?

Répondre de façon plus structurée au marché notamment. « Nous allons pouvoir allier l'expertise logistique et réglementaire, ce qui est rare chez nos concurrents », explique Nicolas d'Asta, directeur des activités réglementaires. Des concurrents qui sont plutôt des gros du secteur et qui ne bénéficient pas de cette capacité à produire du sur-mesure. Or, le l'approche personnalisée c'est précisément ce qui est attendu.

Autre point essentiel, l'appartenance à un réseau mondial - en l'occurrence ici WCA, dont Mathez est co-fondateur et qui revendique aujourd'hui 9 524 membres - joue sur la présence internationale et la force de chacun, tous des indépendants. « Le réseau est devenu client de Mathez Freight & Compliance », précise Pierre Mathez. Surtout « l'aspect réseau est fondamental pour aujourd'hui et pour demain » renchérit Frédéric Mercier.

L'exploitation de la data et l'appui des nouvelles technologies est tout autant fondamental. Parce que c'est ce qui permet un tracking door to door ou encore de gérer depuis Nice, l'ensemble de la représentation fiscale TVA pour la partie réglementaire par exemple.

A cela s'ajoute un rapport étroit avec des prescripteurs tels que les experts-comptables ou les DAF.

Le pôle réglementaire devrait se doter à horizon de deux ans, d'une plateforme web, capable de récupérer l'information client.

Insister sur les marchés de niche

Le développement de Mathez Freight & Compliance passe aussi par les marchés de niche. Comme celui du transport d'œuvre d'art, une logistique où « on ne met pas un tableau dans un tube et le tube dans un tuyau », indique Frédéric Mercier, voulant appuyer sur l'indispensable notion du savoir-faire humain. Les produits réglementés, dont dépendent les professionnels des parfums et des arômes, constituent aussi un marché à continuer d'exploiter, un marché qui s'est particulièrement bien comporté depuis le début de la crise. Le nautique, avec la gestion des pièces nécessaires à la maintenance des méga yachts refités à La Ciotat est aussi un axe important de l'activité.

Mais c'est vraiment sur cette capacité à se présenter comme une seule entité, proposant des solutions globales facilitatrices des échanges internationaux, que Mathez Freight & Compliance compte se distinguer. Et comme tout projet de croissance, quel qu'il soit, celui-ci comporte aussi le renforcement de compétences, d'où le recrutement pour le pôle réglementaire de 5 postes dont un poste de digitalisation, alors que le fret recherche trois déclarants de douane et qu'un contrôleur de gestion devrait venir épauler Marion Sabatier, la quatrième cadre dirigeante, en charge de la direction administrative et financière. Consolider les bases avant de monter en puissance, c'est la meilleure façon de prendre de la vitesse sereinement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :