Ce que la toulousaine Satys prévoit pour son usine de Marignane

Spécialiste mondial de la peinture d’avion, le groupe industriel originaire de Toulouse ne cache pas son ambition de devenir leader également dans le traitement de surface. C’est cette expertise qui va être déployée dans les Bouches-du-Rhône et qui fait suite à la reprise de la marseillaise PMA et de ses 170 salariés. Et si c’est pour servir notamment Airbus Helicopters que Satys injecte 15 millions d’euros dans le projet, c’est aussi un écosystème qui a joué son effet attractivité.

4 mn

(Crédits : DR)

L'annonce avait été faite au Bourget. Puis il y a eu la crise sanitaire. Et la crise économique que l'on connaît. Mais malgré ce contexte tendu, Satys a confirmé la construction de son usine dans les Bouches-du-Rhône. Un projet hyper stratégique, tant pour le groupe industriel né à Toulouse que pour la région Sud.

Revendiquant la place de numéro 1 mondial pour la peinture d'avions, Satys affiche clairement ses ambitions sur le traitement de surface. C'est cette activité que va abriter la nouvelle usine que le groupe prévoit de construire à Marignane.

Se conforter sur le segment hélicoptère

Un investissement de 15 millions d'euros qui est loin d'être anodin dans la conjoncture actuelle. Un investissement qui accompagne aussi et surtout la reprise de PMA et de ses 170 salariés. Une PME installée au cœur de la Cité phocéenne et qui était menacée de fermeture mais qui apporte donc à Satys son expertise, ce qui « nous permet de compléter notre positionnement et de nous développer sur le segment hélicoptères », dit Grégory Mayeur, le directeur général du groupe toulousain.

Le traitement de surface est en effet un axe de développement pour Satys et ici il lui permet de servir un acteur majeur, Airbus Helicopters. Car si l'usine s'installe à Marignane, c'est bien pour être au plus proche du constructeur français. « Nous nous installons à Marignane car nous voulons rester dans le même bassin d'emplois, le traitement de surface est un métier de savoir-faire ».

Pôle d'excellence Acier

A Marignane c'est bien sûr une usine 4.0 qui va voir le jour. Même si le terme 4.0, « trop standard » agace Grégory Mayeur, qui aime bien la différenciation et préfère le 5.0. Quoiqu'il en soit, les 7 000 m2 seront « très digitalisés et nous avons des objectifs sans papier même s'il est difficile dans l'aéronautique d'être 100 % sans papier. Nous allons fortement automatiser les manutentions, les manipulations de pièces lourdes. Le traitement de surface s'y prête », détaille le directeur général du groupe qui rappelle aussi que certaines zones, extrêmement sensibles, ne permettent pas forcément l'automatisation. Pour autant « le maximum de tâches répétitives et pénibles seront automatisées et l'environnement de travail rendu le plus agréable possible ». Satys ne cache pas vouloir faire du site provençal un pôle d'excellence Acier et traitement spéciaux du groupe. « L'attente est forte sur le marché, par rapport aux clients et par rapport aux équipes », indique aussi Grégory Mayeur.

Consolider la supply chain

Concernant précisément PMA, si Satys reprend la totalité de l'effectif, soit 170 personnes, il est prévu le départ volontaire d'une cinquantaine de salariés, qui sera accompagnée par le groupe. Des départs qui se feront notamment par le recours à des ruptures conventionnelles.

Le contexte économique et la conjoncture de la filière aéronautique n'a pas facilité le tout. Grégory Mayeur ne s'en cache pas, le segment hélicoptère résistant mieux que l'avion, soit 15 % de baisse d'activité contre 40 %. Une diversification qui finalement permet aussi à Satys, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 190 M€ en 2020 et emploie 2 000 salariés, de ne pas souffrir davantage de la conjoncture. « Nous souffrons mais nous résistons. Et même si le contexte est compliqué nous pouvons être un consolidateur de la supply chain. Dans nos métiers, il y a sans doute des possibilités à explorer. La croissance c'est le mode vertueux de l'entreprise. C'est ce qui engage les salariés au quotidien ».

L'arrivée de Satys à Marignane est aussi un très bon signal pour l'écosystème industriel non seulement des Bouches-du-Rhône mais aussi de l'ensemble de Provence Alpes Côte d'Azur. Pour rappel l'industrie représente 426 000 emplois et la Région Sud porte par ailleurs une Opération d'intérêt régional dédiée à l'industrie du futur.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.