Christophe Courtin – Courtin Real Estate : « Ce sont les bâtiments serviciels qui feront la différence »

Implantée à Sophia-Antipolis, la foncière dirigée par l’ancien fondateur de l’assurtech Santiane est spécialiste des réhabilitations de bâtiments auxquels elle donne une envergure durable et énergétiquement green. Une double approche que valide le marché, à l’heure où le télétravail rebat les cartes et où la consommation de l’espace de travail ne se fait plus tout à fait comme avant.
Cor Natura, nom du programme que Courtin Real Estate développe à Sophia-Antipolis, sur l'ancien site de Dow Chemichal France.
Cor Natura, nom du programme que Courtin Real Estate développe à Sophia-Antipolis, sur l'ancien site de Dow Chemichal France. (Crédits : DR)

On dit bien de la crise actuelle qu'elle agit comme un accélérateur tout autant qu'elle est source d'opportunités. Pour Courtin Real Estate, c'est exactement ce qu'il se produit. La foncière créée et dirigée par Christophe Courtin voit son positionnement - pris il y à 4 ans, bien avant la crise - être un élément fortement différenciant dans le contexte actuel.

Le positionnement de Courtin Real Estate, rappelons-le, c'est la réhabilitation des bâtiments. Si aujourd'hui, on pousse à ne plus construire pour construire mais à retravailler, revoir et améliorer ce qui existe déjà, pour Christophe Courtin, cela a toujours été une évidence. Devenue une marque de fabrique, plébiscitée, si on s'en tient au nombre de projets en cours.

Ne pas étendre l'artificialisation des sols

Le dernier à être passé en mode actif, c'est le chantier de l'ancien site de Dow Chemical France implanté sur la technopôle. Acquis il y a 4 mois, via un joint-venture avec un autre professionnel du secteur, Valimmo, (Christophe Courtin en étant président, François Moison, le dirigeant de Valimmo, directeur général NDLR), cet ensemble de 4 hectares va être entièrement détruit pour être reconstruit. Un projet d'envergure, qui est entré en phase de désamiantage, opération qui prendra 4 mois, suivi de 4 mois de démolition, le tout étant finalisé pour l'été 2021. A terme, c'est-à-dire fin 2023, début 2024, l'ensemble aura vu deux programmes s'ériger, de 9 500 m2 chacun, l'un pour Courtin Real Estate, baptisé Cor Natura, l'autre pour Valimmo.

« Nous allons faire de ce site un site éco-responsable », résume Christophe Courtin, rappelant que la foncière a fait le choix de revaloriser des sites vieillissants, devenus obsolètes, en construisant ou reconstruisant sur l'existant, sans étendre donc l'artificialisation des sols. Ici, le solaire prendra place et la norme appliquée sera la RT 2012 -20 %.

Une stratégie que Courtin Real Estate a déjà déroulé pour ses précédents projets, que ce soit Nova Sophia, Naturae (sis sur l'ancien site de KPMG) ou Centrium, le village d'entreprises.

Une stratégie qui par ailleurs, correspond en tout point à ce vers quoi tend la nouvelle municipalité écologiste de Valbonne - l'une des cinq villes constituant Sophia-Antipolis. Forcément attentive à la qualité environnementale des projets qui se développent sur sa commune.

3,5 % de l'offre tertiaire en cours de réhabilitation

Ce nouveau chantier - comme la stratégie - place aussi Courtin Real Estate en tête des foncières actives. Actuellement, ce sont trois chantiers représentant 28 600 m2 que la foncière réhabilite, à comparer avec les 800 000 m2 de bureaux que contient la technopôle. « Nous réhabilitons 3,5 % de l'offre tertiaire de Sophia-Antipolis », fait remarquer Christophe Courtin. Et si on y ajoute les projets précédemment engagés, c'est même près de 6 %.

Réhabiliter, reconstruire dans un état d'esprit durable et green, c'est bien ce que demande le marché, en attente de produits en adéquation avec la politique même des entreprises, désormais extrêmement attentives aux caractéristiques des immeubles qui les accueillent. Les projets, d'ailleurs, devraient se multiplier et des opportunités émerger, la crise et ses conséquences, notamment sur la façon de « consommer » le bureau venant modifier sensiblement les habitudes ancrées, analyse Christophe Courtin, qui rappelle que jusqu'alors un poste de travail correspondait à un salarié, quand désormais, télétravail oblige, c'est un poste de travail pour 0,7 salarié.

Si Christophe Courtin prévoit également deux années à venir, « difficiles », crise oblige, d'autres acteurs emboîtent le pas à Courtin Real Estate, ce qui est « une bonne nouvelle » pour son dirigeant, estimant qu'il s'agit d'un mouvement capable de faire monter en gamme l'offre tertiaire d'une technopôle toujours considérée comme innovante mais dont le bâti ne colle plus forcément à cette image. Car Christophe Courtin ne cesse de croire au potentiel de Sophia-Antipolis, où, dit-il, une filière sanitaire innovante devrait se constituer, la présence des laboratoires tels l'INRIA le CNRS et les startups constituant un écosystème tout à fait capable de se positionner sur les problématiques actuelles, liées notamment à la crise sanitaire.

Élément d'attractivité

« A condition de bien travailler son attractivité Sophia-Antipolis peut, dans le contexte actuel qui voit des entreprises quitter la Capitale pour la région, faire venir à elles des entreprises exogènes », malgré, il est vrai, une connectivité via l'avion moindre au vu du trafic aérien encore perturbé. Et disposer d'une offre de programmes prime, green, avec terrasses est un atout dans la politique d'attractivité, d'autant que « peu de bâtiments prime se développent en région ». Et l'élément fondamental, alors que les schémas traditionnels sont modifiés, c'est le service. « Si le service n'est pas intégré dans l'offre, les salariés ne viendront pas au bureau. Il faut pouvoir avoir accès à des services du quotidien, à une mobilité douce. Ce sont les bâtiments serviciels qui feront la différence ».

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.