Avatacar ne freine pas son développement

 |  | 712 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
Le centre d’entretien automobile en ligne continue de vouloir convertir les garages de quartier à son modèle phygital qui entend les remettre au centre d’un marché trusté par les grandes chaînes et les pure-players. Un concept porteur en temps de crise sanitaire où les habitudes de consommation se digitalisent et qui confirme la pertinence du virage pris au mitan des années 2010 par le groupe familial Massa, spécialiste du pneu basé à Cannes.

Avatacar, c'est l'histoire d'un site e-commerce, transformé en centre d'entretien automobile en ligne, aujourd'hui tête de pont d'un réseau de 187 garagistes franchisés et 1 500 garages partenaires. Une success-story qui pèse 30 M€ de chiffre d'affaires et une enseigne qui se développe, selon ses dirigeants, à un rythme soutenu de dix nouvelles ouvertures par mois, hors confinement. A la manœuvre, la quatrième génération de la famille Massa. Depuis 2014 et la cession des 138 garages Massa Pneus à Continental, elle a engagé le groupe familial né à Cannes en 1908, grossiste en pneumatique et pièces détachées, sur une stratégie de développement digitale alliant le service de proximité au prix du web. Avec un objectif : remettre les mécaniciens et réparateurs automobiles de quartier au centre du jeu.

Triptyque gagnant

Il faut dire que depuis les années 2000, l'arrivée des pure-players et l'explosion du référentiel, "le modèle du garage classique avec ses problématiques de stockage et ses coûts fixes n'est plus compétitif, d'autant plus que les garagistes ont perdu le marché de l'entretien automobile au profit des grandes chaînes de centre auto", explique Cédric Massa, directeur général du groupe qui génère 200 M€ de chiffre d'affaires et emploie 250 personnes. L'idée d'Avatacar consiste donc à leur ramener cette activité en captant le consommateur final à travers les outils digitaux, une offre de pièces détachées à prix tout petit et le service associé délivré par un de ses garages partenaires ou mobiles. "La réussite de ce concept repose sur notre supply chain que nous avons optimisée en une dizaine de dépôts répartie de manière à livrer l'ensemble de l'Hexagone en quelques heures", souligne le dirigeant. Qui résume : "Notre avantage concurrentiel, c'est de répondre à un besoin de proximité et de services tout en conservant le prix attractif". Un triptyque "gagnant-gagnant, ajoute Magali Massa, directrice marketing du groupe, qui fait de nous un acteur unique sur le marché français". Et ce, dans un contexte qui plaide pour lui.

Niveau de service maintenu

Certes, la crise de la Covid-19 n'a pas accéléré le développement de l'entreprise. Celle-ci a marqué le pas, tout simplement parce que les véhicules roulent moins, donc s'usent moins. "Le marché du pneumatique, par exemple, s'est contracté de 20%", relève Cédric Massa. Pourtant, Avatacar, qui devrait finir l'exercice 2020 au même niveau "ou légèrement moindre" que celui de 2019, a bien marqué des points : "Nous avons réussi à maintenir un niveau de service performant, notamment en matière de délais de distribution, ce qui nous a permis de prendre des parts de marché sur nos concurrents qui connaissaient des problématiques de logistique", indique Cédric Massa. "Il y a aussi les habitudes de consommation qui sont en train d'évoluer, reprend Magali Massa. Il n'y a pas aujourd'hui d'autres alternatives à Internet pour acheter certains produits. Cela va nous servir, surtout sur un marché de l'entretien automobile en ligne qui ne pèse pas encore lourd en parts de marché. Le pas sera moins dur à franchir que ce qu'il était avant." Quant au recrutement des nouveaux franchisés, pour lequel une équipe de six développeurs réseaux va sillonner la France dès janvier, "le discours est plus facile : on leur apporte une nouvelle corde à leur arc avec une notion de e-commerce grâce à laquelle ils peuvent mieux se projeter vers l'avenir".

Objectif : 700 franchisés

L'avenir justement. Pour Avatacar, il s'agit de consolider son réseau avec l'objectif de réunir 700 garages franchisés d'ici à trois ans. "Nous souhaitons également développer l'offre de services à d'autres prestations d'entretien comme l'embrayage", avancent-ils. Et puis, il y a cette volonté d'accompagner les garagistes vers encore plus de digitalisation avec des outils de gestion qui permettent, grâce à une meilleure visibilité de l'utilisation de l'atelier, de raccourcir les délais de rendez-vous d'une part, et, de l'autre, d'apporter une expérience-utilisateur augmentée au consommateur qui peut ainsi suivre l'avancée des interventions à distance. Ces outils sont d'ores et déjà en cours d'expérimentation dans une poignée de garages Avatacar, pour un déploiement à plus grande échelle programmé à partir de 2021.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :