Ephrem Fusion veut "décloisonner" le four à bois

 |  | 460 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : DR)
La PME, fabriquant de fourneaux en béton réfractaire, installée à Villeneuve dans les Alpes de Haute-Provence, fort d'une nouvelle direction, entend accroître sa visibilité auprès des professionnels. L'objectif est de diversifier certes, ses revenus mais aussi encourager l'usage de cette méthode de cuisson par comme les autres.

Le "premier fabricant de four à bois en France" se trouve dans les Alpes-de-Haute-Provence. C'était en tout cas le slogan d'Ephrem Distribution qui affiche une production annuelle de 1.000 unités. La situation a tapé dans l'œil de Sylvain Pesce et Virginie Boerie Pesce qui ont acquis l'entreprise en octobre 2019 et l'ont renommée Ephrem Fusion.

"Nous cherchions une société à reprendre et l'Union des entreprises du département nous a orienté vers eux. Le cédant nous a ensuite suivi pendant un an", raconte Virginie Boerie Pesce. "La situation économique était très saine avec une activité qui marchait bien sans véritablement de développement commercial", précise-t-elle. Le couple y voit un potentiel.

Moderniser l'activité

A commencer sur la vente en BtoB pour la restauration et les boulangeries. "Il y avait une forte demande qui n'était pas traitée, ne serait-ce qu'en y répondant nous avons pu développer les fours auprès des professionnels", explique Virginie Boerie Pesce. En un an, le chiffre d'affaires a grimpé de 30% pour atteindre 950 000 euros. Surtout, la part provenant du BtoB se situe désormais entre 35 et 40% contre 20% l'année précédente.

Pour continuer le développement de cette clientèle, la dirigeante travaille sur le renouveau de l'image de l'entreprise. "Nous allons faire une refonte des visuels, du site, des accessoires de décoration et de l'habillage, avec de nouveaux designs", liste-t-elle. "Notre priorité est de moderniser l'activité".

Ces projets doivent permettre de diversifier les revenus de la PME qui emploie actuellement huit personnes, en plus des deux propriétaires, et qui dépend aujourd'hui beaucoup des ventes aux particuliers, via des distributeurs comme Leroy Merlin, Samse ou des négoces de matériaux. Le format en kit des fours est d'ailleurs un argument qui séduit les clients.

Elargir la cible des particuliers

"Nous souhaitons pérenniser ce volet", prévient Virginie Boerie Pesce. Pour passer des paroles aux actes, Ephrem Fusion compte "décloisonner" le four à bois. Que cela soit géographiquement, la distribution a principalement lieu aujourd'hui dans le Sud-Est, que dans l'usage. La vente en ligne est une piste étudiée. Mais l'ambition est surtout de changer les habitudes.

"On associe souvent cet outil à la pizza mais on peut cuisiner autre chose. Nous réfléchissons à des projets d'ateliers culinaires sur notre site pour faire vivre ce lieu", détaille Virginie Boerie Pesce. En plus de la production, les trois hectares sur lesquels se situe l'entreprise pourraient accueillir en plus de la manufacture et de la ferronnerie... du public. L'idée serait de transformer le showroom pour pouvoir organiser des ateliers autour par exemple de la cuisine paysanne ou à travers des partenariats avec des acteurs locaux. Un moyen d'inciter à se mettre aux fourneaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :