Quelle stratégie pour Salade2Fruits après la reprise de Canavèse ?

La PME basée à Maillane, spécialisée dans la distribution de fruits et légumes pour la restauration, a pris du poids avec le rachat du groupe familial leader dans la fourniture de fruits, légumes et produits frais à destination de la restauration collective. Une acquisition qui valide surtout l'approche très digitalisée de son organisation ce qui lui permet de se différencier sur le segment des grossistes. Une acquisition qui lui laisse entrevoir des perspectives de développement qui pourraient bien intéresser le BtoC.
(Crédits : Pixabay)

C'est un peu le petit qui mange le gros. Même si l'image est exagérée, l'acquisition -  la barre du tribunal de commerce de Marseille - du groupe Canavèse par la très discrète Salade2Fruits raisonne comme la preuve - encore une fois ? - que ce sont les modèles les plus digitalisés qui s'en sortent le mieux.

Née en 2009, Salade2Fruits décide de se spécialiser dans la fourniture de paniers de fruits et légumes au particulier. Bonne idée mais bien trop en avance sur le marché. "Ça ne marchait pas vraiment", reconnaît Fabien Deurrieu, qui co-fonde l'entreprise avec Yannick Tissot. Si le segment BtoC ne semble pas emballé, il en va autrement du BtoB et plus précisément des restaurateurs qui, de plus en plus, se montrent intéressés par l'approche et les compétences de Salade2Fruits.

Digitalisation de l'organisation interne

Car c'est bien la façon d'adresser le marché de la fourniture de fruits et légumes frais qui distingue la PME provençale : une "grande réactivité", revendique Fabien Deurrieu, 700 références en stock en permanence, la capacité de passer commande jusqu'à minuit... "Tout cela, les restaurateurs ne le retrouvent pas chez les fournisseurs en GMS".

Et ce qui permet à Salade2Fruits de véritablement faire la différence tient à... son système d'organisation. "Nous avons développé un outil en interne qui permet de gérer tous les pans de notre activité, avec une application pour chacun de ces pans : la vente, l'achat, la comptabilité... Ce système d'information est la colonne vertébrale de l'entreprise. Lorsque nous l'avons créé, c'était pour répondre à notre besoin. Nous l'avons construit de A à Z. On n'appelait alors pas cela digitalisation", souligne Fabien Deurrieu rappelant que "l'informatique tout seul ça ne sert à rien", s'il n'est pas adapté aux usages.

A la façon d'Amazon

La souplesse de la PME lui permet également de se revendiquer comme le "Frigo-"cloud de ses clients, un néologisme qui doit faire comprendre que la PME peut aussi être un frigo déporté, c'est-à-dire offrir des capacités de stockage pour ceux qui n'en disposent pas suffisamment en interne. "Ce que nous offrons aux restaurateurs ce sont des outils de meilleure gestion de leur stock", rappelle le PDG de la PME.

Qui voit Salade2Fruits se positionner "entre le grossiste et le e-commerçant. Nous faisons du BtoB à la façon d'Amazon".

Ce petit "truc" digital, c'est peut-être d'ailleurs ce qui a manqué au groupe Canavèse, qui, il faut le rappeler, possédait 49 % du capital de Salade2Fruits et qui était désireux de se transformer. Mais les difficultés liées à la crise, à l'approvisionnement des agrumes d'Afrique n'ont pas aidé. La reprise par la PME d'un groupe très implanté géographiquement au-delà des frontières régionales est une opportunité de changer de taille très vite. Vincent Canavèse, l'un des fils de Gérard Canavèse, le PDG du groupe familial, a été associé très vite au projet de reprise, dès le mois de mai. "Nous additions nos forces et nos compétences : nos profils sont différents mais ils sont complémentaires".

Inventer le métier du futur

Salade2Fruits triple ainsi sa taille, reprenant 237 salariés soit 96 % de la totalité des employés de Canavèse et est désormais présente de la frontière espagnole à la frontière italienne, de Bordeaux à Annecy en passant par Lyon, "avec la même enseigne, la même qualité et la même image" et un chiffre d'affaires consolidé de 95 M€ pour 430 employés. Elle intègre également à son catalogue, les produits carnés et les produits de crèmerie que proposait Canavèse et dispose au total de 11 plateformes logistiques réparties sur le territoire. Désireuse de grandir encore, l'entreprise provençale ne s'interdit pas d'autres opérations de croissance externe. Et regarde un nouveau segment de marché, celui qui avait initialement toute son attention : celui de la livraison au particulier. "Nous possédons le site, le système informatique. Il nous manque l'humain, il nous faut trouver un manager de catalogue. Nous sommes prêts", indique Fabien Deurrieu. "Nous voulons passer du métier de grossiste au métier du futur".

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.