La Savonnerie du Midi renforce la stratégie industrielle de Prodef

Regroupant La Savonnerie du Midi, La Compagnie du Midi et Hygiène & Santé, le groupe piloté par Guillaume Fiévet, implanté à Marseille et Carros, aborde les marchés des produits écologiques et d'hygiène en valorisant une approche à la fois innovante et séculaire. Faisant même, avant l'heure, la preuve d'une réindustrialisation tout à fait possible.

3 mn

(Crédits : DR)

C'est évidemment une reconnaissance qui fait du bien, "surtout aux salariés" insiste Guillaume Fiévet. L'obtention récente du label EPV, Entreprise du Patrimoine Vivant, fait chaud au cœur du PDG du groupe Prodef mais aussi et surtout aux 40 employés que la Savonnerie du Midi emploie à Marseille. Une reconnaissance "émouvante" aussi parce que lorsque Prodef acquiert la Savonnerie du Midi, les chaudrons qui jadis avaient permis la production de savons, ne fonctionnent plus depuis 20 ans.

Artisanat industriel

L'idée est alors d'enclencher une rénovation pour 5 d'entre eux et d'établir parallèlement une stratégie de transmission du savoir. "Certains salariés ayant connu la saponification, nous avons renforcé notre équipe en recrutant un docteur en chimie, un maître savonnier et un apprenti maître savonnier", détaille Guillaume Fievet. Un investissement de 1,7 M€ vient renforcer le tout. Voilà qui constitue un acte de réindustrialisation avant l'heure, alors que le sujet fait actuellement partie des axes de la relance économique. "On parle beaucoup de réindustrialisation actuellement, mais il faut se replonger dans le contexte de l'époque. En 1998, lorsque les chaudrons stoppent leur activité c'est pour plusieurs raisons dont des questions de rentabilité. Lorsque nous avons décidé de remettre les chaudrons en route, le Made in France pointait tout juste le bout de son nez", tient à préciser Guillaume Fiévet.

"Avec le savon de Marseille, nous sommes sur une niche populaire, le nom est connu. Cette réindustrialisation était possible", poursuit le dirigeant qui explique aussi que la création d'un Musée attenant à l'atelier avait bien pour but de montrer les étapes - "longues, plus artisanales qu'industrielles" - de fabrication du précieux carré marseillais.

Et puis, l'obtention de label EPV fait aussi du bien en termes d'image. En France évidemment, ne serait-ce que pour les visiteurs - 5 000 personnes l'an dernier - du Musée, mais aussi à l'export. Prodef est en effet présente à l'international via des distributeurs, dans 38 pays. L'export qui a connu une croissance soutenue, représente 21 % du chiffre d'affaires - 10,7 M€ pour le dernier exercice, à hauteur de 2,2 M€ contre 500 000 euros en 2013.

Prodef 2

Renforcer le canal de distribution digital

Avec La Compagnie du Midi, basée à Carros, près de Nice, Prodef occupe aussi le segment des produits d'essuyage (éponges, textiles, récurants...), ce qui lui vaut, via son produit phare, La Nénette, une très bonne notoriété dans le domaine automobile. Si le confinement a mis l'activité en pause, la production et les ventes ont repris depuis le mois de juin. Depuis quelques mois, une stratégie de développement de la distribution digitale a été enclenchée, via un investissement renforcé sur les réseaux sociaux. "Nous possédions déjà un site d'e-commerce mais les circuits digitaux ont bien fonctionné pendant le confinement. Depuis juillet nous activons la relance digitale de La Nénette, avec l'objectif de nous adresser aux collectionneurs automobiles", indique Guillaume Fiévet. De quoi booster le chiffre d'affaires, attendu à 14,6 M€ à la fin de l'année.

Du BtoB et du BtoC

Basée en Côte d'Or, à Dijon, Hygiène & Nature constitue le troisième axe de développement du groupe. Employant 45 personnes, elle fabrique des produits d'hygiène et d'entretien liquides, empruntant une démarché eco-responsable, visant plus particulièrement les professionnels. Cependant trois gammes grand public sont venues nourrir le catalogue, La Droguerie d'Amélie (labellisée Ecocert) et 02 Essentiel, produits d'entretien pour la maison. Assainol, produits désinfectants pour la maison, est le dernier-né de la famille. "Nous avions préparé son lancement il y a déjà 18 mois lorsque nous l'avons mis sur le marché au printemps", précise Guillaume Fiévet, la crise sanitaire venant percuter le calendrier et Assainol venant ainsi rencontrer un besoin encore plus fortement exprimé.

Hygiène & Santé - qui aura produit d'ici la fin de l'année 4 millions d'unités - devrait atteindre un chiffre d'affaires de 11,5 M€. "Notre ligne directrice est de progresser sur nos différents segments", indique Guillaume Fiévet. Entre réindustrialisation, valorisation artisanale et innovation...

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.