En levant 100 M€, CVE renforce son capital… et sa stratégie

Présent sur les marchés du solaire, du biogaz et de l'hydroélectricité, le producteur d'EnR basé à Marseille accueille un nouvel actionnaire tout en conservant son indépendance. Une nouvelle étape pour l'entreprise qui marque une phase pivot dans son développement. Les objectifs à 2025 étant notamment de multiplier par 8 la capacité installée, aussi bien en France qu'à l'international.
(Crédits : DR)

Il y a des phases dans le développement d'une entreprise qui sont davantage significatives que d'autres. C'est exactement ce que vit actuellement Cap Vert Energie. Installée à Marseille, la PME s'est positionnée voici une décennie sur la production d'énergies renouvelables, en pariant à la fois sur le multi-énergies et sur la consommation en proximité. A l'époque, le sujet ne déclenchait pas l'attention dont il bénéficie aujourd'hui mais CVE a été précurseur au moment où les mentalités s'ouvraient tout juste à l'auto-consommation et aux EnR.

Effet multiplicateur

En accueillant ICG (Intermediate Capital Group) via son activité d'investissement dans les infrastructures, Cap Vert Energie marque son ambition. Celle de "planifier sa stratégie", comme le dit l'un de ses co-fondateurs et dirigeants, Pierre de Froidefond. Il s'agit en effet de renforcer les fonds propres de la PME, d'accélérer par voie de conséquence ses efforts d'investissements, tout cela pour financer un plan de développement dessiné sur 5 ans, qui doit voir, d'ici 2025, la multiplication par 8 de la capacité installée. Alors que le chiffre d'affaires doit quant à lui être multiplié par 10, pour atteindre 295 M€.

Un plan qui se déroule selon la stratégie de CVE, c'est-à-dire qui passe par l'international, "à 50 %", précise Pierre de Froidefond et par les pays où CVE est déjà présente, soit le Chili, les Etats-Unis et l'Afrique, "ainsi que de nouvelles zones".

Positionnée multi-énergies, CVE entend ainsi profiter de l'évolution des différents marchés. Ainsi le biogaz, qui représente 2 %, du chiffre d'affaires, verra sa part progresser jusqu'à 25 %. L'hydro-électricité également verra sa part prendre du poids, avec le développement d'un projet qui enclenche cette dynamique.

L'hydrogène comme le solaire

A l'écoute de l'innovation, CVE s'intéresse aussi à des solutions telles que les centrales solaires flottantes. "C'est une innovation que nous regardons", confirme Pierre de Froidefond. "Mais nous voulons être prudents et nous sommes soucieux des impacts. Nous allons peut-être conduire un pilote".

Sur l'hydrogène, Pierre de Froidefond jette un regard intéressé, rappelant que s'il n'a pas encore prouvé sa rentabilité, pour autant, cela était aussi le cas du solaire il y a dix ans. "L'hydrogène atteindra sa maturité technologique et économique d'ici 2030", prédit le dirigeant marseillais, rappelant que "notre cheval de bataille, c'est l'hydrogène vert et pas l'hydrogène décarbonné".

Pourquoi ICG ?

Le choix d'ICG s'est fait semble-t-il en toute logique. "ICG est un fonds qui est très sensible à l'investissement dans la durée, nous sommes dans un temps long, et nous souhaitions un investisseur qui s'inscrive dans la durée. Nous voulions créer une entreprise à impact, créer une richesse économique, environnementale, sociétale, humaine", détaille Pierre de Froidefond. "Dans le développement des EnR, il y a plusieurs voies, dont la voie des projets décentralisés, des circuits-courts. ICG a souscrit à cette vision stratégique.

D'ici 2025 donc, la capacité installée de CVE devrait atteindre 2,3 GW. La PME, co-fondée par Pierre de Froidefond, Hervé Lucas et Christophe Caille en 2009, emploie 185 personnes et a réalisé en 2019, un chiffre d'affaires de vente d'énergie de 33 M€.

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.