Marie Grasse, gardienne du temple du sport

DÉCIDEURS. Marie Grasse s’est d’abord intéressée aux effluves des parfumeurs de Grasse avant de chausser les crampons du Musée national du sport qu’elle a accompagné de Paris à Nice, sa terre d’adoption depuis cinq ans. En pleine Coupe du monde féminine de football, rencontre avec une conservatrice pas tout à fait comme les autres…
Marie Grasse.
Marie Grasse. (Crédits : DR)

Dans le hall d'entrée du Musée national du sport, à Nice, un athlète grec figé dans son élan accueille les visiteurs, des enfants réunis en ateliers dont les rires résonnent dans les allées où déambulent quelques couples, cheveux gris, les yeux rivés sur ces maillots jaunes qui ont fait et défait les héros du Tour de France. Le calme observé en cette matinée ensoleillée de printemps tranche avec l'effervescence qui y régnait quelques semaines plus tôt. Ce soir-là, le champion du monde 1997 du 400 mètres haies, Stéphane Diagana, remettait les insignes de chevalier de l'Ordre national du mérite à Marie Grasse, directrice et conservatrice en chef de ce temple patrimonial de 5.000 mètres carrés qu'elle qualifie volontiers, sourire en coin, de « plus beau musée du monde ».

Sous son verbe, au débit accéléré, le stade Allianz Riviera où il s'est implanté en 2013 devient « l'écrin » d'une collection unique en France, regroupant 65.000 objets et 400.000 documents, dont 80% sont issus de dons ou de mises en dépôt. « Nous sommes le reliquaire d'épopées familiales qui dépassent souvent le cadre de l'objet. Ici, on est aussi dans l'humain. »

« Si Paris est le centre de la France, Nice est le centre de l'Europe »

Pour cette Franco-Italienne, titulaire, entre autres, d'une double formation en histoire et en histoire de l'art, il est des musées qui s'intéressent aux génies humains, et d'autres qui reflètent la société, donc l'homme. Le Musée national du sport, comme celui de la parfumerie de Grasse où elle a commencé sa carrière - cela ne s'invente pas ! -, sont de ceux-là.

« Ce qui intéresse les gens finalement, ce n'est pas tant le parfum ou le sport chez les Grecs, mais ce qui se passe là, maintenant. Ce sont des musées de société, vus par le prisme de la parfumerie pour l'un, de l'activité sportive pour l'autre. Car derrière les reliques, il y a des pratiques, des savoir-faire, des phénomènes historiques, économiques et sociétaux. C'est ce rapport au contemporain qui me parle. »

Elle se dit « curieuse » et « passionnée », prête à relever les challenges. Comme celui d'installer durablement le Musée, fréquenté par 63.000 visiteurs en 2018, sur la carte culturelle hexagonale et d'en faire « un musée phare pour les Jeux olympiques de 2024 ». Certes, le sport n'est pas une thématique majeure au pays des Lumières, mais il en faut plus pour la décourager.

« Si tout le monde ne fait pas de sport, tout le monde a quelque chose à en dire. Je suis optimiste. C'est un musée populaire et vivant, qui plus est, dans l'air du temps. »

Aux esprits chagrins qui en doutent, du fait de son éloignement de la capitale, elle rétorque : « Si Paris est le centre de la France, Nice est le centre de l'Europe. » Un atout qu'il s'agira d'exploiter, encouragé par la prochaine arrivée du tramway qui placera le musée à cinq minutes de l'aéroport et à moins de trente minutes du cœur de ville niçois.

Dans l'immédiat, des expositions itinérantes seront organisées cet été dans les neuf villes hôtes de la Coupe du monde féminine de football. À cet égard, « l'actualité nous porte et nous oblige ». Établissement public d'administration, placé sous la tutelle du ministère des Sports, le musée dispose d'une enveloppe budgétaire annuelle de 3 millions d'euros, définie selon un contrat d'objectifs et de performance (COP), qui fixe le cap pour les cinq ans à venir. Un peu à la manière d'une entreprise.

« C'est passionnant à faire et c'est un excellent outil de management. Si tous les musées adoptaient cette méthode de travail, cela donnerait à certains conservateurs un peu plus de peps. »

Ce dont, assurément, elle ne manque pas !

___

PROFIL

1994 : rejoint la direction des Musées de la ville de Grasse, comprenant le Musée international de la parfumerie (MIP), le musée d'Art et d'Histoire de Provence et la villa musée Fragonard.
2009 : directrice, conservatrice en chef du Grand MIP et des Musées de la ville de Grasse
2011 : directrice générale, conservatrice en chef du patrimoine du Musée national du sport à Paris, dont elle orchestre le déménagement, en 2013, à Nice
2014 : inauguration du Musée national du sport à l'Allianz Riviera

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.