Fréquentation, réservations, investissement locatif : la montagne, levier économique confirmé dans le Sud

Elle est l’une des contributrices à la conjoncture touristique en période hivernale et même si le littoral a souvent tendance à être davantage regardé, la station de ski demeure un levier d’attractivité. Confirmé pour cette saison 2022-2023, autant en termes de fréquentation durant la trêve des confiseurs que pour les mois à venir, le secteur de la montagne retrouve une appétence qui n’exclut pas de revoir aussi les stratégies de développement.
(Crédits : DR)

« La montagne, ça vous gagne » peut paraître un slogan émoussé, pour autant il va parfaitement avec la conjoncture de Provence Alpes Côte d'Azur.

Et c'est d'abord l'Observatoire des stations de montagne qui le dit. Ou plutôt les données publiées qui démontrent que même si le taux de remplissage pour les vacances de Noël est en léger retrait - de 2 points par rapport à la même période en 2021 dans les Alpes du Sud, à 45% - les perspectives pour l'ensemble de la saison sont de bon augure. On notera que le meublé et les stations de basse altitude sont privilégiés, de façon globale.

La montagne, appétence retrouvée

Un début de saison hivernale de nature à donner du baume au cœur aux professionnels d'autant que janvier 2023 se profile dans une dynamique rassurante, puisque, toujours selon l'Observatoire, 2/3 des stations, toutes régions confondues, estiment le niveau de réservation satisfaisant, avec un +6 points qui rassure et qui fait même mieux que la période 2018-2019. Un taux d'occupation qui devrait être en hausse de 7 points si l'on considère les stations des Alpes du Sud.

Un plébiscite pour les stations qui suit deux années compliquées suite à la crise sanitaire. Et les raisons sont aussi bien l'évolution des services, le niveau et la forme d'activités et d'animations proposées, l'affichage d'un modèle durable, que les actions de communication menées, celles sur les réseaux sociaux particulièrement. Ce qui ne doit pas être pour autant l'arbre qui cache la forêt : bien sûr que les notions de coûts liés à l'énergie rebattent les cartes - comme les difficultés de recrutement qui n'exonèrent pas la montagne.

Autre point d'insatisfaction, la présence moins soutenue de la clientèle internationale, celle originaire d'une zone hors Europe principalement, ce qui aurait beaucoup à voir avec le calendrier, réduit sur 2 semaines contre 3 habituellement.

Lire aussiQuelle diversification pour l'économie de la montagne dans le Sud ?

La montagne, investissement rentable

La montagne qui conserve donc une attractivité certaine, ce que confirme les tendances de l'investissement locatif. Et sur ce point, c'est une étude, menée par Prello, spécialiste de l'accès à la propriété, qui démontre qu'investir en montagne est synonyme de rentabilité. La montagne qui est redevenue attractive pour les investisseurs, un regain d'intérêt ayant été mesuré depuis juillet 2021, donc période post-Covid, avec des transactions en hausse, jusqu'à +21%, alors que les prix dans les stations ont augmenté de 8,6%. Parallèlement, la demande pour les locations en stations a progressé de 20% en un an, avec un report de l'hôtellerie vers le locatif. Et une préférence pour la location longue durée, c'est-à-dire supérieure à un mois.

Et il semblerait que le taux de rentabilité ne soit pas forcément en accord avec le degré de notoriété de la station. Ainsi, dans les Alpes du Sud, selon Prello c'est Molines-en-Queyras, dans les Hautes-Alpes, où il est intéressant d'investir, le taux de rentabilité étant évalué à 13,97%. Il est de 12,26% à Montclar les Deux Vallées, dans les Alpes de haute-Provence. Plus connue, Vars, dans les Hautes-Alpes s'arroge la troisième place du podium avec un taux de rentabilité de 11,97%. Chaillol et Vars, toutes deux également dans les Hautes-Alpes, affichant une rentabilité de l'ordre, respectivement de 11,69% et 9,47%.

2023, l'année charnière ?

Une bonne dynamique qui est aussi le discours distillé par le Comité régional du tourisme Provence Alpes Côte d'Azur, lequel annonce +9% d'occupation des hébergements marchands dans les Alpes du Sud pour la période des vacances de Noël, à 60% et une progression des réservations de l'ordre de 20% pour janvier 2023. Des Alpes du Sud plébiscitées aussi par la clientèle internationale, davantage présente à hauteur de 26%. Un bon comportement qui s'explique selon le CRT par la multiplicité de la destination, les Alpes du Sud étant complétées par la Provence et la Côte d'Azur, un tout qui joue effet attractivité redoublée par rapport aux autres destinations, surtout sur les marchés lointains, dont ceux extra-européens.

Une bonne conjoncture qui n'exclut évidemment pas les sujets de durabilité, de renouvellement et d'allongement de l'offre - de plus en plus de stations investissent sur leurs infrastructures pour être également « consommables » en période estivale - de contexte inflationniste aussi. Pour rappel, le tourisme, de façon globale génère 143.000 emplois et 213 millions de nuitées, représentant 13% du PIB régional.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 28/12/2022 à 10:25
Signaler
Encore un championnat du monde se ski qui se déroule sur une montagne sans neige en ce moment, où l'on voit les caméras qui essayent de ne pas nous montrer le paysage aride tandis qu'ils n’emploient que de la neige artificielle. Ce sport risque de co...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.