Où va Christophe Castaner : à Marseille, Monaco ou en Haute-Savoie ?

L’ancien ministre de l’Intérieur sera-t-il le prochain président du Grand Port maritime de Marseille ? A moins qu’il ne soit celui d’Autoroutes et tunnel du Mont-Blanc ? A moins encore qu’il ne rejoindre le gouvernement de Monaco, prenant la suite, par la même occasion, d’un autre ex-marseillais, qui a été préfet des Bouches-du-Rhône et de région, Pierre Dartout ? Entre rumeurs, confirmations en off, suggestions, quel sera le futur poste de l’ancien élu des Alpes de Haute-Provence ?
(Crédits : POOL New)

C'est l'un des jeux de pistes qui mène à moins trois endroits différents. Un jeu de piste qui tente de définir - deviner ? - quelle sera la prochaine affectation de l'ancien ministre, ex-maire de Forcalquier, Christophe Castaner.

Un Christophe Castaner que la rumeur a, depuis plusieurs semaines, placé avec insistance à la présidence du Grand Port Maritime de Marseille. Il faut dire que le poste est vacant depuis deux années, suite à la disparition soudaine de Jean-Marc Forneri et la démission avant l'été d'Elisabeth Ayrault, qui en assurait l'intérim. Le président de conseil de surveillance c'est celui qui arrête le projet stratégique. Pas tout à fait un poste anodin, même si bien évidemment, le directoire est là pour assurer l'opérationnel. Le GPMM qui attend donc, avec de moins en moins de patience et le monde économique avec lui, un nouveau président. Pour se faire, manque plus qu'un arrêté publié au Journal Officiel. Un arrêté qui néanmoins, nomme au conseil de surveillance. Le choix du président se fait après élection au sein même de ce conseil. D'après nos confrères de Marsactu, nomination au JO de Christophe Castaner devrait rapidement intervenir. Mais sera-t-il élu président ? Car deux autres sièges restent également à pourvoir. Et si Christophe Castaner siégeait au conseil sans pour autant en être le président ? Car l'emploi est à titre bénévole et l'ancien ministre de l'Intérieur serait à la recherche d'un emploi rémunéré.

Lire aussiUn président du conseil pour Marseille-Fos, oui mais quand ?

Le Rocher, le plan B déjà démenti ?

Est-ce cela qui a amené la rumeur et une info de nos confrères du Point du côté de Monaco ? Là où un poste de ministre d'Etat pourrait l'attendre, puisque l'on dit Pierre Dartout, actuel chef du gouvernement monégasque, sur le départ d'ici l'année prochaine. Pour rappel, la constitution monégasque prévoit que le ministre d'Etat soit français, ce qui est resté vrai jusqu'en 2005, date à laquelle l'entrée en vigueur d'un traité de coopération entre les deux Etats, ouvre la possibilité que la nationalité du chef du gouvernement soit aussi bien monégasque que française. C'est le Prince de Monaco qui choisit après, néanmoins avis et aval du gouvernement français. Dans les faits, c'est donc possible de retrouver Christophe Castaner sur le Rocher. Dans la réalité, le choix se fait auprès de hauts fonctionnaires. Parmi les anciens ministres d'Etat français de Monaco, Jean-Paul Proust, ancien préfet de police de Paris ou encore Michel Roger ou Serge Telle, qui a précédé à ce poste, à Pierre Dartout. Pour l'heure Gilles Tonnelli est le seul Monégasque à avoir été ministre d'Etat, par intérim, de décembre 2015 à février 2016. Une fonction emblématique, qui plus est, fort bien rémunérée. D'après Politico, Christophe Castaner aurait démenti.

La question des compétences posée, à Marseille comme à Chamonix

Mais on dit aussi Christophe Castaner à la présidence d'un autre acteur économique et non des moindres, celle d'ATMB, autrement dit Autoroutes et tunnel du Mont-Blanc. Une possible arrivée qui, comme pour le Grand Port Maritime de Marseille, déplaît avant même d'avoir été confirmée. Si dans la Cité phocéenne, c'est la CGT qui est montée ouvertement au front menaçant d'en recourir à la grève, en Auvergne-Rhône-Alpes, c'est Europe Ecologie Les Verts qui, via un communiqué, pose la question des compétences de l'ancien ministre sur des sujets de pollution de l'air, de mobilité, de management ou de gestion de société.

Bref, Christophe Castaner semble être partout et nulle part à la fois. Son profil « politique » ne facilite pas son arrivée dans certaines instances, par crainte de cristallisation politique notamment. Si on imagine que son carnet d'adresses tout comme sa proximité avec l'Elysée et son locataire sont de nature à être perçus par certains comme un avantage non négligeable, reste que la notion de parachutage arrangé gêne les acteurs économiques, la plupart l'avouant en off. A Marseille, on craint le retour des crispations avec les syndicalistes portuaires alors que le tout est apaisé de façon durable depuis des années. A Monaco, on a du mal à imaginer le caractère de « Casta » être confronté au protocole monégasque... Un prochain conseil de surveillance du GPMM est prévu pour se tenir le 25 novembre prochain à Marseille. Avec lui, la fin du suspens ?

A suivre en direct dès 9h15 - Aix-Marseille Zéro Carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.