L’innovation pour compenser la dette industrielle, ce qu’en dit le cabinet Rise Partners

Son sujet, c’est le financement et l’accompagnement des entreprises en hyper-croissance. Basé à Sophia-Antipolis, le cabinet a noué alliance avec Advans Group, spécialiste de l’ingénierie des systèmes électroniques, logiciels et mécaniques pour mener un programme d’accélération de startups versées vers l’industrie. Car les solutions disruptives de décarbonation, de nouveaux process, sont aussi apportés aux acteurs existants par ces jeunes structures. Lesquelles doivent aller vite et bien pour répondre aux enjeux. Tout en étant pérennes.
(Crédits : DR)

L'industrie n'aura sans doute jamais été aussi appétente qu'en cette période qui - depuis la crise sanitaire - démontre clairement les problématiques d'approvisionnement et de souveraineté d'un secteur si essentiel à la bonne tenue d'un pays et à la bonne forme de son PIB.


De plans de réindustrialisation en décisions d'aides telles la baisse des impôts de production (un sujet cependant antérieur à la crise), beaucoup est fait pour combler un certain retard pris depuis plus de 30 ans et qui devient crucial pour l'économie tricolore. Sauf que bien sûr, décider de hâter le pas ne suffit pas pour retrouver le bon rythme de croisière. Entre temps, d'autres ont continué à avancer, la concurrence entre pays s'est accrue et la question d'une compétitivité industrielle est plus que jamais au centre de toutes les stratégies.

L'industrie, gourmande d'innovation

Si d'un point de vue macro-économique donc on essaie d'envoyer des signaux visant à encourager l'industrialisation, si possible innovante, d'un point de vue plus micro, certains acteurs, les mains dans le cambouis et dans l'opérationnel, sont confrontés au quotidien aux trous dans la raquette. Et de décider d'apporter une pierre à l'édifice réindustrialisation du pays.

C'est un peu le sens de l'initiative prise par Advans Group, spécialiste de l'ingénierie des systèmes électroniques, logiciels et mécaniques, basé également à Sophia-Antipolis, désireux de pousser les startups capables d'apporter des solutions qui répondent aux besoins industriels en termes de technologie et de business, besoins ressentis sur le terrain. Et qui s'est appuyé sur Rise Partners pour construire un programme d'accompagnement de 8 mois, baptisé Advans Accelerator, comprenant structuration financière, stratégie entreprenariale, marketing, commercialisation et accès à un pool d'investisseurs, l'objectif étant de faire émerger des solutions suffisamment matures pour devenir des applicatifs rapidement.

Lire aussiSpécialiste de l'accompagnement de l'hyper-croissance, Rise Partners ajoute l'international à son plan stratégique

L'industrie qui retrouve une appétence, qui est gourmande d'innovation et qui doit pallier son retard. Une analyse que partage Jonathan Laroussinie, qui pointe l'enjeu : « compenser des dizaines d'années de dette industrielle, cela prend du temps, face à des pays comme la Chine et l'Inde dont l'avance ne peut être rattrapée facilement. Le seul moyen est de donner à l'industrie française de nouveaux outils capables de lui faire prendre des années d'avance ».

Process, assemblages... l'industrie inventive

Et de fait, rajoute le président de Rise Partners, « beaucoup d'entrepreneurs se lancent sur ce créneau, créant de nouveaux dispositifs, inventant de nouveaux procédés industriels, d'assemblage »... De nouveaux produits français ou d'envergure européenne, avec une capacité de commercialisation dans le monde entier. Un mouvement assez récent « que nous remarquons depuis un an environ. 40 % des dossiers qui nous parviennent relèvent de ce secteur ».

Une appétence qui n'a pas forcément à voir avec un appel d'air des plans de relance industrie mais qui naissent après analyse des besoins, « après avoir fait face à une situation problématique sur un marché donné », explique encore Jonathan Laroussinie. Et désormais, la question d'apporter la réponse innovante à un besoin se fait plus volontiers sur son marché domestique, alors même que les notions d'impact et de RSE sont essentielles. « Les projets innovants qui permettent à une industrie de se moderniser, cela fait du sens ».

Rise Partners, qui s'est forgé une équipe de près de 150 mentors, s'est structuré autour de trois pôles incluant management en stratégie, financement et capital humain. « L'investissement, quoi que l'on en pense, reste un sujet très humain », insiste Jonathan Laroussinie, le cabinet étant sollicité par ailleurs par des startups qui sont établies bien au-delà du territoire de Provence Alpes Côte d'Azur, originaires de Paris, de Bretagne ou du centre.

Lire aussi« Ce n'est pas parce qu'une entreprise n'est pas une startup qu'elle ne fait pas de l'hyper-croissance » (Jonathan Laroussinie, Rise Partners)

Choc de simplification

Où on en vient à poser la question qui peut fâcher : le financement de l'innovation est-il toujours autant fourni ? Ou la crise limite-t-elle, malgré l'effet Startup Nation, les efforts en ce sens ? « Nous entrons dans une conjoncture où le financement continuera à être disponible pour l'amorçage, mais en ce qui concerne le refinancement, nous assistons à un resserrement des critères, les taux qui augmentent en étant l'une des principales raisons ». De quoi donner le glas de la Startup Nation ? « La France est un territoire d'innovation, de créativité, qui possède une capacité à inventer. Le challenge, ce n'est pas créer, c'est vendre », souligne Jonathan Laroussinie qui appelle les investisseurs à changer d'état d'esprit. « Il faut moins d'aversion à financer la commercialisation ». Autrement dit, donner aux jeunes pousses la chance de franchir ce point de basculement. La France, dit le dirigeant de Rise Partners « qui est un pays d'une générosité incroyable mais qui est aussi un pays complexe pour comprendre quelles sont les sources de financement. Il faut mener un vrai travail de simplification. Car cette complexité freine la croissance ».

Où on en revient aussi aux critères de financement pris en considération, dans le contexte de durabilité, qui regardent évidemment de quelle façon les business-modèles intègrent cette notion même de durabilité. « L'hypercroissance doit être l'objectif. C'est ce qui doit catalyser les efforts et les énergies sur le territoire ». Pas seulement dans l'industrie, évidemment.

A suivre en direct dès 9h15 - Aix-Marseille Zéro Carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.