Ce plan de sobriété énergétique qui s’ajoute au plan de décarbonation des Aéroports de la Côte d’Azur

Première plateforme française certifiée 4+, labellisation suprême en matière environnementale, il y a un an pour sa stratégie de transition énergétique, le groupe qui réunit l’Aéroport Nice Côte d’Azur, celui de Cannes-Mandelieu ainsi que celui de Saint-Tropez en rajoute une couche en annonçant diverses mesures visant l’économie de 10% de ses consommations électriques, histoire d’inscrire ses pas dans les recommandations gouvernementales. Une façon de participer à l’effort collectif mais aussi de tester des solutions qui pourraient s’inscrire dans la durée. Car le secteur aérien veut accélérer sa décarbonation.
(Crédits : DR)

3,8, c'est très exactement le montant des gigawattheures qui seront économisée par le plan de sobriété décidé par Aéroports de la Côte d'Azur. Un chiffre qui correspond aux 10% d'économies des consommations électriques fortement recommandées par le gouvernement. Une façon pour le groupe aéroportuaire de montrer qu'il ne vit pas hors-sol ni déconnecté de son environnement... dans tous les sens du terme.

Sobriété, RSE... et la place à l'innovation

« Nous avons travaillé un plan sur des sujets qui n'étaient pas encore intégrés complétement », indique Franck Goldnadel, le président du directoire. Modulation de l'éclairage en milieu de nuit lorsqu'il n'y a plus de trafic, éclairage éteint sur les totems publicitaires, en intérieur et en extérieur, éteint aussi le néon bleu très caractéristique qui figure sur la coupole du terminal 2, balisage des pistes en LED, rampe du parking P6 - le plus proche du T2 - éteinte également. Mais vouloir économiser doit aussi se faire sans remettre en cause une donnée majeure, celle de la sécurité. Et sur ce point, Franck Goldnadel insiste, pas question de transiger et de laisser les voyageurs et le personnel de la plateforme dans une « sensation d'insécurité ». Pas question - pour les mêmes raisons de sécurité - d'éteindre les pistes sauf en cas de déclanchement du plan rouge EcoWatt, qui verrait alors une piste sur deux seulement rester en fonction.

Effort aussi est porté sur les températures à l'intérieur des bâtiments, à 19° l'hiver et 26° l'été... Un effort « collectif » souligne encore le président du directoire.

Côté chauffage justement, le Groupe s'était déjà engagé, aidé par Dalkia, dans une démarche innovante en mettant en place une boucle d'eau tempérée, qui va puiser dans les eaux usées de la station d'épuration Haliotis tout proche, l'énergie nécessaire, permettant de ne plus recourir aux chaudières à gaz et d'engranger en même temps 700 tonnes d'économies de CO2. « Nous avions anticipé le basculement », souligne Franck Goldanel.

Où il est question de fourniture d'énergie

Car, pour le coup, Aéroports de la Côte d'Azur est plutôt en avance de phase en matière de transition. Un plan de sobriété qui est une façon pour la plateforme aéroportuaire de redire sa bonne volonté en matière environnementale, là où elle est encore souvent décriée. Pourtant, le groupe aéroportuaire détient la labellisation suprême - le 4+ - depuis plus d'un an, depuis septembre 2021. Une certification qui vient confirmer son engagement durable et qu'il était alors le seul à avoir obtenu. On rappelle que l'aéroport de Saint-Tropez est le premier aéroport neutre carbone sans compensation, que la plantation de 1.000 essences méditerranéennes a été menée en même temps que l'électrification de la flotte de véhicules. Saint-Tropez où une ferme solaire va être prochainement installée avec une capacité de 6 gigawatts. Un seul gigawatt étant utile pour le fonctionnement de la plateforme et le branchement électrique des avions, voilà Saint-Tropez devenir fournisseur d'électricité décarbonée. Une sorte de préambule à ce qui fera partie des modèles économiques des aéroportes de demain. A Nice et à Cannes Mandelieu, ce sont des panneaux photovoltaïques qui vont être installés d'ici 2025/2026, permettant pour le coup, une autosuffisante totale.

Lire aussiAéroports de la Côte d'Azur : ce 4+ qui valide la stratégie carbone

Et l'intérêt va même au-delà. Car le sujet c'est bien le futur des aéroports, en passe de devenir fournisseurs d'énergie, à l'instar de ce que le directeur général France d'easyJet expliquait dans un entretien à La Tribune. Electricité, hydrogène... tout cela concerne le futur - de moins en moins lointain - de l'aérien. Et l'électrique, Franck Goldnadel y croit fortement notamment concernant l'aviation d'affaires « qui a fait sa mue plus vite ». Un président de directoire qui regarde les innovations ailleurs également. Sur le sujet d'une tractation électrique des avions sur le tarmac, le président du directoire apporte un bémol, expliquant que la solution est parfaite pour les « aéroports de taille conséquente, avec beaucoup de gros roulages » mais que concernant Nice Côte d'Azur, le gain réussit d'un côté serait dépensé de l'autre, « le temps d'allumer les moteurs ».

Aéroports de la Côte d'Azur a annoncé en 2021 sa volonté d'une neutralité carbone atteinte dès 2030. Un horizon qui se rapproche et qui demande d'aller vite. Si le plan sobriété est « notre contribution à l'effort collectif » - la plateforme aéroportuaire, première de France après Aéroports de Paris et positionnée en face de l'Eco-Vallée a un vrai rôle à jouer. De vitrine de ce qui est possible et d'effet d'entraînement. Car la crise n'a annihilé ni le besoin ni le désir de voyager. Reste le bon sens... et les efforts en R&D.

A suivre en direct dès 9h15 - Aix-Marseille Zéro Carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.