« Le Crédit Agricole est la première banque digitale en France en termes d’utilisateurs », (José Santucci, DG Crédit Agricole Provence Côte d’Azur)

Alors que le contexte économique évolue, avec, notamment des taux d’intérêt qui augmentent et une inflation qui interroge, c’est bien de capacité d’adaptation qu’il est question notamment pour les entreprises, rappelle le directeur général de l’établissement bancaire, qui bénéficie d’un territoire assez vaste puisqu’incluant les Alpes-Maritimes, le Var et les Alpes de Haute-Provence. Adaptation donc, RSE et digitalisation comme leviers de croissance.
(Crédits : DR)

Avec des parts de marché qui concernent 1 habitant sur 3, le Crédit Agricole Provence Côte d'Azur évolue sur un périmètre incluant les Alpes-Maritimes, le Var et les Alpes de Haute-Provence. Ce qui lui donne une vision assez large de l'économie dans le Sud. Et pour José Santucci, s'il y a bien sûr des points d'attention à observer, tout n'est pas noir dans l'économie locale.

Anticiper les besoins avant d'y répondre

Certes, reconnaît le directeur général du Crédit Agricole PCA, « les taux d'intérêt dans l'activité bancaire constituent un élément important, nous avons connu des cycles et des variations, avec des taux négatifs et assez brutalement, avec l'arrivée de l'inflation, ces mêmes taux remontent. Cela aura forcément un impact, cette remontée est faite pour faire baisser l'inflation. Et nous, banquiers, devons nous adapter ». José Santucci qui rassure sur le sujet des prêts pour l'habitat, dont les taux sont fixes et donc pas menacés pour les clients déjà engagés, même si, bien sûr, la donne sera différente pour les prochains clients qui souscriront.

Pas davantage d'affolement pour ce qui concernent les entreprises.

« Les chefs d'entreprise ont le moral et s'habituent aux incertitudes. Moi aussi, je suis chef d'entreprise », appuie José Santucci. « Il faut rester souple et adaptable à des conditions qui nous échappent mais qui ont des impacts sur la vie sociale et économique ».

Avoir un rôle sociétal, c'est aussi ce qui a mené l'établissement bancaire à faire du parking situé face à son siège social, à Saint-Laurent du Var, le terrain d'un programme de logements, qui seront bientôt livrés, d'ici la fin 2022, promet José Santucci. Un programme démarré avant la crise mais qui répond, plus que jamais, aux besoins du territoire. C'est cette volonté de répondre aux besoins que met en avant le dirigeant. « Nous connaissons la pression foncière, nous connaissons les problématiques de logements - au chapitre des inégalités sociales, la première est l'accès au logement - cela nous semblait une bonne chose d'y faire un immeuble et nous mettre sur le marché une quarantaine de logements avec une part d'habitat social ».

Le Crédit Agricole qui se dit intéressé par tous les sujets sociétaux et prêt à « amener sa vision ».

Une RSE qui oblige

La responsabilité sociétale et environnementale, qui apparaît clairement comme un levier autant stratégique qu'inévitable. Parce que le sujet touche aussi bien l'accompagnement du client que les critères de financement. Et le Crédit Agricole Provence Côte d'Azur lui-même en interne. « Face à nous nous avons un défi qui est de réinventer l'économie, de réinventer la société. Il existe des solutions techniques. Nous voulons déjà traiter le sujet pour nous, en termes d'exemplarité - bien sûr nous avons réalisé notre bilan carbone et nous regardons comment réduire encore notre empreinte. Mais nous avons décidé d'être responsables aussi des émissions des clients que nous finançons. Soit en leur proposant les solutions que nous mettons en place pour nous-même comme d'autres solutions qui conviennent à leur cas ».

Qui dit évolution, dit aussi digitalisation. Un phénomène qui a vu le secteur bancaire être appétant pour celles que l'on nomme les neo-banques. « Aujourd'hui, la première banque digitale en France est le Crédit Agricole » revendique José Santucci, soulignant que la nouvelle application de l'établissement, baptisée Ma banque, comptabilise 8 millions d'utilisateurs. « Notre approche a toujours été d'être 100% humain et 100% digitaleAujourd'hui nous offrons les deux. Notre offre est très large et nous accompagnons tous types de clients ».

Pas moins atteinte par les difficultés de recrutements, le Crédit Agricole PCA dit cependant ne jamais avoir cessé de recruter, avec un rythme de 180 personnes par an, sur les trois départements couverts. « Tous les collaborateurs que nous recrutons sont mis en école de la relation durant 4 mois. On forme nos managers, nos experts également. De plus, le fait de nous occuper de faits sociétaux est un atout pour le recrutement des jeunes qui se présentent sur le marché du travail ».

Replay ici

Azur Business Crédit Agricole Santucci

Un décideur économique, invité chaque semaine

Pour rappel, depuis ce début novembre, La Tribune et BFM Nice s'unissent pour proposer chaque semaine une chronique éco, baptisée Marseille Business, qui décrypte l'économie du territoire, ses enjeux, ses défis, les réussites et les problématiques. Tous les mardis, un invité vient apporter son éclairage sur une thématique précise.

BFM Nice Côte d'Azur est à retrouver sur le canal 31 de TNT régionale et sur les box au canal 285/518 (SFR) et 360 (Bouygues).

La chronique est animée par Celine Moncel pour BFM Nice et Laurence Bottero, rédactrice en chef du bureau Provence Alpes Côte d'Azur du quotidien économique La Tribune.

A suivre en direct dès 9h15 - Aix-Marseille Zéro Carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.