Comment Cannes est devenue la meilleure destination événementielle d’Europe

Élue meilleure destination pour les festivals et les événements d’Europe pour la seconde année consécutive par un World Travel Awards, la Cité des Festivals récolte les fruits d’une feuille de route assez exigeante où il est question de capitaliser sur les fondamentaux tout en étant suffisamment innovant et souple pour s’adapter aux évolutions du marché. Le tout dans un contexte concurrentiel. Mais ce qui signifie aussi que le tourisme BtoC comme BtoB, comme la culture, sont toujours des leviers, au-delà des crises.
(Crédits : DR)

Fois deux. Un doublé pour Cannes qui s'octroie (encore) l'Award de la meilleure destination pour les festivals et les événements d'Europe. Un doublé historique, selon la formule consacrée, car cette récompense est accordée pour la seconde année consécutive et que jamais une ville française ne l'avait obtenu auparavant.

Un Award qui, au-delà du côté plaisant de la chose, valide aussi une stratégie touristique que les crises - la crise sanitaire en tête - n'ont pas affaiblie. Bien au contraire.

Structurer l'offre

Historiquement Cannes est une destination touristique. Rien que le Festival du Film lui confère depuis près de 80 ans, une aura particulière. Mais là où d'autres auraient pu s'en contenter, Cannes a développé une vraie expertise, accueillant de nombreux rendez-vous BtoB - MIPIM, MAPIC, Yachting Festival, Lions.... - et BtoC - de CanneSeries aux Plages Electroniques sans oublier le Festival des Jeux. Si, fut un temps, cette offre était pléthore mais pouvait sembler peu structurée, désormais la stratégie touristique et événementielle est davantage dans le choix orienté des thématiques qu'elle souhaite accueillir, plutôt que dans l'opportunisme. Comprendre : Cannes a renforcé sa volonté d'être une terre d'accueil de congrès BtoB notamment autour des thématiques qui comptent. C'est le sens, par exemple, du salon consacré à l'Intelligence Artificielle. Un thème pas vraiment choisi au hasard. Si l'IA est bien évidemment un sujet qui intègre totalement la vie quotidienne et projette dans le futur, la proximité de Sophia-Antipolis, qui possède un des 4 instituts 3 IA de France, lui accorde une certaine logique. 10.000 personnes ont participé à la première édition du World AI Cannes Festival, voué à s'inscrire de façon durable dans le calendrier. De la même façon, Cannes a pris une orientation très santé, une volonté qui se traduit avec l'accueil du congrès des ORL et depuis cette année, celle du Futur of Healthcare Meetings, dédié entre autres à l'innovation technologique et à l'impact économique, qui s'est tenu en juillet. Un nouveau venu également dans le calendrier, avec la même vocation de durabilité. Très axée sur la prévention des risques et la préservation environnementale - elle a par ailleurs annoncé un plan de sobriété énergétique conséquent et lancé également une plateforme de surveillance développée pour partie par Thales Alenia Space, appelée PUMA-X - Cannes accueillera également, ce mois d'octobre, le Cannes International Resilience Forum, consacré à ce sujet fondamental.

Des outils pour s'adapter au marché

Structurer une offre c'est nécessaire, y associer les outils pour en faire de réels leviers, c'est indispensable. Et c'est aussi ce qui a fait la différenciation de la destination. Evidemment déstabilisée par les conséquences de la crise sanitaire, la SEMEC - la société d'économie mixte qui gère le Palais des Festivals et des Congrès et actionne la stratégie décidée - s'est assez rapidement posé la question de l'après. Après sera-t-il comme avant ? La dématérialisation de l'événementiel allait-il s'inscrire dans le temps long voire définitif ? Des questionnements qui ont eu une réponse : Hi5. Du nom du studio de 150 m2 positionné au sein du Palais, doté des technologies qui vont bien pour répondre à un possible besoin des organisateurs de créer des événements soit hybrides soit intégralement digitaux. Un outil côté organisateurs, qui leur offre l'opportunité de capitaliser sur leurs événements et d'élargir l'audience. Pas anodin dans les contextes d'économie nationale et internationale tendues. Tout comme en termes d'anticipation. Hi5 qui s'appuie sur l'expertise des techniciens son et lumière du Palais et sur celle de Novelty, en tant que production audiovisuelle. Novelty qui a, par ailleurs, choisi Cannes pour s'installer sur les terrains dits Ansaldo Breda, apportant sa pierre à l'édifice de la constitution d'une vraie filière d'industries créatives.

Le contexte naturel et le dialogue

La réussite de la destination est aussi celle des socio-professionnels. David Lisnard, le premier magistrat de la commune le rappelle régulièrement, c'est du dialogue que naît une vision partagée. Les plans stratégiques le sont en amont avant toute présentation officielle. Le studio Hi5 n'a pas dérogé à la règle. C'est après discussion avec les parties prenantes économiques de Cannes qu'il a été décidé de faire de cet outil, un outil permanent.

Un autre élément - bien indépendant de toute stratégie celui-ci - valide aussi le modèle Cannes. Et c'est celui d'un terrain de jeu à taille humaine. Ce « Village mondial », selon la formule préférée de David Lisnard qui résume assez bien ce qu'est la Cité, une ville où les déplacements peuvent se faire sans recours à la voiture, dans un environnement qui accueille les plus grands décideurs et événements internationaux. Une certaine idée du glocal avant l'heure.

Lire aussiCannes On Air : l'apport de Novelty-Magnum-Dushow (1/2)

Une certaine idée de la durabilité

Un second Award, c'est donc bon pour le moral et pour valider une stratégie. C'est aussi très bon pour l'attractivité et conforte Cannes face à des concurrentes telles Londres, Barcelone, Budapest ou Dublin. Cela devrait forcément se traduire par des intérêts concrets et nouveaux. D'autant que la SEMEC continue d'être dans le temps d'après et de dérouler sa feuille de route. Un événement dédié au gaming devrait prendre place dans le calendrier dès octobre 2023, pour une durée de 5 ans. Ce qui en fera un rendez-vous qui s'inscrit dans la même logique expliquée plus haut, un peu dans la continuité du Festival des Jeux avec un touche de World AI. L'arrivée, toute récente, dans l'été, de Bruno Desloques au poste de directeur général de la SEMEC était déjà un signe de la volonté de conforter la stratégie. L'arrivée de l'ancien directeur de Palais des Expositions Paris Nord Villepinte et Le Bourget en est le signe visible. Un Bruno Desloques qui a, notamment, géré l'aspect environnemental de la préparation des événements, pilotant une expérimentation qui a lié Viparis (le gestionnaire des deux infastructures notamment) à GL Events pour une démarche bas carbone. En clair, comment mieux organiser le bal des camions notamment. Une problématique à laquelle Cannes est confrontée, elle qui est signataire du programme « Destinations Internationales Responsables » alors que le Palais des Festivals veut devenir une entreprise à mission selon la volonté de son président, Jean-Michel Arnaud. A cela s'ajoute la jolie cerise sur le gâteau : le programme de rénovation de la Croisette qui va mobiliser un investissement de 160 millions d'euros pour en faire un écrin à la hauteur de son aura. De quoi rendre la destination encore plus belle. Ou comment avoir le fond et la forme. Et un troisième Award ?

A suivre en direct dès 9h15 - Aix-Marseille Zéro Carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.