« L’étalement du remboursement du PGE est indispensable pour ne pas annihiler les efforts consentis dans l’aide aux entreprises » (Eric Abihssira, FRHT Nice Côte d'Azur)

Des chiffres de fréquentation record, des entreprises du tourisme qui ont retrouvé des couleurs et leurs chiffres d’affaires avec… Le tourisme et la Côte d’Azur abordent le dernier virage de la saison estivale avec une relative sérénité. Une sérénité que les questions liées à la sobriété énergétique comme au remboursement des PGE pourraient venir ternir. Sans omettre la problématique de la pénurie des saisonniers. Autant de défis portés par le président de la Fédération de l’Hôtellerie, de la restauration et du tourisme Nice Côte d’Azur.
(Crédits : DR)

Avec 7 millions de visiteurs durant la période estivale rien que pour Nice, le tourisme affiche une santé insolente. Qui fait cependant du bien au moral des entrepreneurs du secteur et à leur chiffre d'affaires. D'ailleurs, Eric Abihssira le dit bien, les taux de fréquentation de l'été 2022 sont égaux à ceux de l'année 2019, année de référence, avec des prix moyens qui ont énormément augmenté, dans le domaine du luxe notamment. « Nous faisons souvent un complexe par rapport aux grandes destinations internationales, ou des destinations proches, comme nos voisins varois. Mais si on fait un comparatif avec les tarifs de la presqu'île de Saint-Tropez, on constate que nos prix sont encore plus doux, même si les prix moyens ont augmenté », souligne fermement le président de la Fédération de l'Hôtellerie, de la restauration et du tourisme Nice Côte d'Azur.

Une formation plus courte, avec immersion dans l'entreprise

Si le tourisme s'est globalement bien comporté et même très bien, en revanche la profession n'en est pas moins confrontée à des problématiques autres, de nature à grèver la bonne marche de tout un secteur. Notamment celle du logement pour actifs. Comment permettre l'embauche de salariés et de saisonniers proche de leur lieu d'embauche. « Ceci est une véritable problématique. Nous avons-nous-même essayer d'engager des actions avec le CROUS, il y a quelques années, pour obtenir des logements lors du pic de la saison estivale. Un saisonnier est souvent embauché au début de la saison, qui comment au mois de juin pour se conclure en octobre. Nous avons de réelles difficultés d'hébergement pour nos saisonniers et cela nous handicape. C'est ce qui a fait que nous avons eu cette pénurie de contrats saisonniers qui ont mis nos entreprises en difficultés, avec des équipes amoindries, restreintes ».

Une pénurie qui a mis à mal les établissements, au moment-même où, précisément, la fréquentation touristique était là. Mais un bout de la solution ne réside-t-il pas dans la formation ? « La formation est un élément excessivement important. Aujourd'hui nous devons envisager des formations de plus courte durée, avec des immersions en entreprise, ce qui donnera par la suite, la possibilité de proposer des contrats de travail », suggère Eric Abihssira.

Un étalement du PGE « indispensable »

Qui aimerait aussi beaucoup être entendu du gouvernement sur un sujet non moins engageant pour les entreprises, celui de l'étalement du remboursement du PGE à dix ans. Ce Prêt Garanti par l'Etat - levier du quoi qu'il en coûte, dont les premières échéances de remboursement sont prévues pour le printemps prochain - devait initialement être remboursé en 4 ans. Sauf que la crise actuelle, liée à l'inflation comme à un contexte géopolitique tendu, ne permet d'envisager les mêmes taux de croissance que le monde économique espérait enregistrer en période post-Covid. Toute la question est donc comment rembourser sans mettre à mal le devenir et la capacité d'investissement des PME ? « Nous sommes dans le cadre d'une saison exceptionnelle, les trésoreries ont retrouvé des couleurs. Quand le gouvernement s'appuie sur les chiffres qui lui sont communiqué par la Direction générale des finances publiques, tout paraît merveilleux mais nous arrivons dans une période automne-hiver avec des problématiques qui laissent penser que ce PGE va être compliqué à rembourser et qui vient à contre-courant de tous les efforts fait par le gouvernement pendant la crise sanitaire. Si le PGE devait être maintenu dans son échéance de remboursement initiale, pourrait annihiler tous ces efforts ».

Une responsabilité sociétale élargie

Autre point qui oblige les entreprises du secteur touristique à s'adapter, celui de la sobriété énergétique. « Il est de notre responsabilité de nous engager dans cette voie, de prendre de bons réflexes, ce qui passe souvent par des gestes de bon sens. Peut-être restreindre l'éclairage au-delà d'une certaine heure, nous avons aussi une responsabilité par rapport à nos touristes, que nous devons éduquer, pour que, eux-mêmes, rentrent dans cette attitude éco-responsable... »

L'éco-responsabilité qui est une composante de ce que l'on appelle le tourisme durable. Cette nouvelle façon de faire du tourisme doit-elle devenir une habitude ? Faut-il s'habituer à une clientèle de proximité et ne plus parier sur le grand international ?

« On estime que le marché français représente à peu près 50% du taux d'occupation des hôtels. Penser que l'on puisse se passer des 50% d'occupation, cela me paraît illusoire ».

Replay ici

AZur Business FHRT NCA

Un décideur économique, invité chaque semaine

Pour rappel, depuis ce début novembre, La Tribune et BFM Nice s'unissent pour proposer chaque semaine une chronique éco, baptisée Marseille Business, qui décrypte l'économie du territoire, ses enjeux, ses défis, les réussites et les problématiques. Tous les mardis, un invité vient apporter son éclairage sur une thématique précise.

BFM Nice Côte d'Azur est à retrouver sur le canal 31 de TNT régionale et sur les box au canal 285/518 (SFR) et 360 (Bouygues).

La chronique est animée par Celine Moncel pour BFM Nice et Laurence Bottero, rédactrice en chef du bureau Provence Alpes Côte d'Azur du quotidien économique La Tribune.

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.