« Une entreprise innovante doit aussi faire preuve de bon sens » (Laurence Olivier – Marseille Innovation

Si l’innovation prend moult formes et si elle n’est évidemment pas que technologique, elle est encore meilleure quand elle répond à un vrai besoin, dit la directrice générale de l’incubateur-accélérateur basé à Marseille. Lequel accompagne les startups sur le temps long, la meilleure façon d’assurer pérennité et création de valeur. Ce qui contribue aussi à l’attractivité du territoire.

4 mn

(Crédits : DR)

L'objectif : « faire grandir les startups le plus vite possible ». Et en 25 années d'existence, Marseille Innovation a largement vu le sujet de l'innovation évoluer, le profil des startups changer... Ce qui forcément lui a demandé, à elle aussi, de s'adapter. « Nous accélérons avec elles la mise sur le marché de leur solution et notre but est de faire de ces entreprises des réussites entreprenariales », rappelle Laurence Olivier, sa directrice générale.

Qui, parce que justement le contexte de l'innovation a changé, a créé un fonds pour aider ces pépites à renforcer leurs fonds propres.

L'enjeu des premiers clients

Et évidemment, tout est né d'un constat. « Le profil des startupeurs a changé. On voit arriver de jeunes entrepreneurs, qui créent leur startup après leurs études ou même pendant leur cursus, mais ils arrivent avec un manque de fonds propres avérés. C'est ce manque que nous sommes venus combler car avoir des fonds propres suffisants au démarrage permet de faire effet de levier sur les financeurs existants ». Et cela, même si « la palette des financements en région est plutôt bien dotée. Mais un entrepreneur qui crée avec peu de fonds propres n'aura pas accès à l'ensemble du financement, donc pour pouvoir avoir accès à toute la palette qui existe, nous venons combler ce manque », explique Laurence Olivier.

Ce sont 30.000 euros qui sont ainsi mobilisés pour aider les jeunes pousses à faire ce qui est finalement indispensable à leur réussite : « trouver leurs premiers clients ».

Une réussite sur le temps long

Généraliste, quand d'autres structures sont thématisées, Marseille Innovation a pris ce parti d'avoir pour fil rouge l'innovation, sous toutes ses applications finalement. « Nous sommes aussi une structure de territoire, notre mission est de coller au plus près des filières d'excellence », rappelle cependant Laurence Olivier. Ce qui donne un joli melting-pot de 150 startups évoluant dans l'industrie du futur, l'industrie du numérique, la santé, le tourisme ou le maritime.

Des startups dont l'enjeu est de les aider à grandir pour qu'elles deviennent des PME, puis, peut-être des ETI. Car le principe de la startup nation ne fait pas tout. « C'est pour cela que nous avons déployé des programmes d'accompagnement sur un temps long. Nos 25 ans d'expérience nous permettent de dire qu'une startup ne connaît pas la réussite en 6 mois, en un an ou même en deux ans. La moyenne des réussites entreprenariales, chez Marseille Innovation, se situe entre 8 à 10 ans. Miser sur le temps long est important, miser sur l'accès au marché est aussi l'un de nos objectifs. On pourrait penser que nous sommes à contre-courant de la startup nation, ce qui n'est pas le cas. Nous les accompagnons pour qu'elles créent du business et de la valeur ».

75% des entreprises restent sur le territoire

Si on estime le territoire métropolitain attractif, est-il assez séduisant pour conserver les startups et éviter un éventuel exode ? « 75% des entreprises innovantes que nous avons accompagné restent sur le territoire », indique Laurence Olivier, qui précise instruire 300 à 400 dossiers par an, quand 50 startups sont au final sélectionnées pour rejoindre l'incubateur-accélérateur. Ce sont « celles qui répondent aux critères de l'innovation, aux critères de la faisabilité, qui ont envie d'être challengées, et qui font preuve de bon sens. Créer une entreprise c'est répondre à un besoin ».

Et tant qu'à évoquer le temps long, comment projeter Marseille Innovation dans 25 ans ?  « Il faut continuer en ce sens. Se placer dans le temps long et faire grandir les startups car c'est aussi faire du bien au territoire en les aidant à être pérennes. Il y a une forte demande de centralité de la part des entrepreneurs, nous réfléchissons donc à un cinquième site qui serait placé en hypercentre. Et nous souhaitons également consolider notre fonds, parce qu'on y croit. C'est tout cela qui rendra le territoire le plus attractif et le plus fort possible ».

Replay ici

Marseille Business, Marseille Innovation

Un acteur économique chaque semaine

Pour rappel, depuis ce début novembre, La Tribune et BFM Marseille s'unissent pour proposer chaque semaine une chronique éco, baptisée Marseille Business, qui décrypte l'économie du territoire, ses enjeux, ses défis, les réussites et les problématiques. Tous les mardis, un invité vient apporter son éclairage sur une thématique précise.

La chronique est animée par Sophie Hebrard pour BFM Marseille et Laurence Bottero, rédactrice en chef du bureau Provence Alpes Côte d'Azur du quotidien économique La Tribune.

BFM Marseille Provence : canal 30 de TNT Régionale, les box canal 284/516 (SFR), 375 (Orange), 362 (Bouygues), 916 (Free), sur bfmmarseille.com, en replay sur la plateforme gratuite VOD "RMC BFM PLAY" et l'application dédiée à télécharger.

4 mn

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.