Pourquoi l’aéronautique et le spatial vont contribuer à la relance dans le Sud

Elle est aussi discrète que puissante, démontrant que l’industrie, méconnue en Provence Alpes Côte d’Azur, est belle et bien un pilier économique. Si les deux figures de proue que sont Airbus Helicopters à Marignane et Thales Alenia Space à Cannes constituent la partie émergée de l’iceberg, la filière comprend aussi des PME et constitue, dans la relance, un levier de croissance, la crise ayant moins impacté le Sud que le reste de la France. Et c’est (beaucoup) grâce aux hélicoptères.

5 mn

(Crédits : Thales Alenia Space)

Elle est une filière de poids et constitue un fort contributeur à l'économie régionale, pas toujours perçue ainsi - notamment en dehors du périmètre de Provence-Alpes-Côte d'Azur - mais les dernières données compilées et publiées par l'INSEE l'attestent : en employant 17.200 salariés via 249 entreprises, l'aéronautique et le spatial représentent bel et bien un levier de croissance.

Et la filière doit évidemment beaucoup à celles qui font son poids :

Lire aussi 2 mnAirbus Helicopters vole vers une commande de 12 Caracal en Irak

, basée à Marignane et Thales Alenia Space (TAS), implantée à Cannes. Deux groupes qui se partagent la spécificité de la filière : à Airbus l'activité aéronautique, à TAS, l'activité spatiale. Et 89% du chiffre d'affaires.

Si on ne présente plus ni l'un ni l'autre, il n'en reste pas moins que chacun de ces groupes agit plutôt discrètement sur le territoire. Pour autant, ils irriguent grandement le tissu économique de Provence Alpes Côte d'Azur, dans des activités connexes, de maintenance, d'ingénierie ou d'activités informatiques. Airbus Helicopters qui est même le premier employeur industriel de la région grâce à ses 8.000 salariés, quand Thales Alenia Space en est le quatrième avec 2.000 employés (entre les deux, se trouvent STMicrolectronics à Rousset et ArcelorMittal Méditerranée).

L'aéronautique et le spatial qui pèsent 6,6% de l'emploi au niveau hexagonal, la filière regroupant à ce niveau, 260.000 salariés. Au niveau régional, c'est une filière qui représente 9,2% de l'emploi industriel total. Et qui coupe, en quelque sorte la région en deux, l'activité aéronautique concernant Marignane et la zone de Salon-Aix-en-Provence ainsi qu'un bout du Var voisin, précisément la zone autour de Brignoles et Toulon. L'activité spatiale, elle, demeure fortement concentrée autour de Cannes.

Lire aussi 4 mnCôte d'Azur : le spatial, cette filière éparse qui pèse 957 millions d'euros, en demande d'innovation

 Des PME spécialisées

Une activité forte donc, qui se concentre en revanche majoritairement autour de la construction, celle-ci concentrant 62% des emplois soit un peu plus de 10.740 salariés. Puis vient la maintenance avec la réparation-installation de machines et équipements et ses 1.530 salariés.

Si le constructeur mondial d'hélicoptères et la co-entreprise franco-italienne servent de locomotives, ils irriguent aussi le tissu régional, en apportant de l'activité à de plus petites entreprises industrielles, dédiées à la filière et spécialisées dans la fabrication informatique, électronique et optique, dans la métallurgie, la fabrication de produits en caoutchouc et plastique. Sont également concernés des activités connexes, du tertiaire, notamment pour ce qui relève de l'ingénierie et du conseil, ce qui revêt un spectre large, allant de l'architecture aux activités juridiques.

Néanmoins, contrairement à d'autres régions et même au comportement national, il existe un tissu de PME moindre en Provence-Alpes Côte d'Azur. Et c'est dû à la spécificité de la production, hyper pointue, qui exige une maîtrise en interne de l'ensemble de la chaîne de production.

Lire aussi 3 mnSpatial : le Belge Rhea Group prend position en France (et c'est depuis Nice)

Levier de la relance économique ?

Si l'aéronautique et le spatial pèsent en termes d'emploi et de contribution à l'écosystème régional, ils constituent aussi un levier fortement contributeur à la relance. Car l'activité a moins souffert qu'ailleurs et elle a été fortement soutenue par l'activité hélicoptères, bien moins impactée par la crise que l'avionique. Certes le chiffre d'affaires global a chuté - de l'ordre de 28% - et l'emploi s'est infléchi de 5%, mais la bonne tenue de la maintenance dédiée aux hélicoptères permet au secteur de se placer dans une perspective de relance. Les différentes aides - notamment le recours à l'emploi partiel - ont évidemment permis cette résistance. On rappelle le plan de soutien à la filière mis en place en juin 2020 par le gouvernement, avec dans la foulée la contribution à hauteur de 200 millions d'euros au fonds Ace Aéro Partenaires qui vise la consolidation des ETI et PME. Dans le Sud, le fonds de modernisation a bénéficié à une vingtaine d'entre elles, principalement des fournisseurs et sous-traitants d'Airbus Helicopters. On notera que le chiffre d'affaires des PME n'a reculé « que » de 2%. Surtout, l'investissement dans les projets, innovants pour la plupart, n'ont pas été stoppés. 33% des entreprises se sont engagées dans un processus de diversification quand d'autres - 33% également - ont opté pour une transformation numérique dont on sait qu'elle est un des éléments de croissance qui ne peut être ignoré. L'industrie qui confirme, plus que jamais, son importance dans l'économie régionale. Et qui gagnerait à être encore plus visible.

5 mn

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.