Recrutement : sans CV, quelles solutions pour les entreprises ?

ÉPISODE 2 – De par leur difficulté à recruter des profils dont le parcours et les qualifications correspondent en tous points à leurs attentes, de plus en plus d’entreprises cherchent à innover en matière de recrutement, laissant de côté le traditionnel CV. Mais cela ne s’improvise pas et demande souvent un accompagnement. Accompagnement qu’un nombre croissant d’acteurs, publics comme privés, sont à même de proposer.

7 mn

(Crédits : DR)

Empathie. Persévérance. Créativité. Adaptabilité. Capacité à travailler en équipe... Pas facile d'évaluer ces qualités humaines pour un recruteur. Elles sont néanmoins au cœur de la démarche de celles qui choisissent de recruter sans CV. Considérant que si les compétences professionnelles peuvent s'acquérir grâce à la formation, la présence de certaines qualités humaines adaptées aux besoins d'un poste sont un prérequis essentiel. Mais comment les évaluer ?

Cela exige des connaissances en psychologie et en gestion des ressources humaines que n'ont pas nécessairement toutes les structures. A Marseille, l'association Cap au Nord Entreprendre, réseau d'entreprises opérant dans le Nord de la ville, constate, de la part de ses adhérents, « un intérêt pour les nouvelles méthodologies de recrutement, sans CV, autour de compétences clés. Mais pour se lancer, elles ont besoin d'un acteur tiers qui les accompagne et les rassure », assure Alexandre Fassi, secrétaire général de la structure.

C'est ce que tente de faire l'association, organisant par exemple des matchs de football entre recruteurs et salariés d'entreprises du territoire, afin de révéler des savoir-être.

Du sport à la place du CV

Le sport : un outil également utilisé par une association nationale implantée en Région depuis 2016 : l'Apels - ou Agence pour l'éducation par le sport qui préfère désormais le nom d'École de l'inclusion par le sport.

Née en 1996, celle-ci milite pour donner à la pratique du sport une valeur de diplôme ; déjà convaincue de l'importance des savoir-être en matière de recrutement.

Parmi les deux principaux dispositifs mis en œuvre par l'association, l'un, dénommé Déclics sportifs, consiste à « répondre à la commande d'une entreprise qui cherche à recruter un certain type de profil », explique Elie Acensi, chargé de mission au sein de l'Apels. L'enjeu est alors de détecter des talents correspondant aux besoins de celle-ci au sein de clubs de sport partenaires. Les jeunes identifiés sont ensuite formés au sein de l'entreprise dans le cadre d'un contrat d'apprentissage de 12 à 18 mois.

Au terme de cette formation, ils obtiennent un diplôme leur permettant d'être embauchés en CDI. L'Apels continue de les suivre pendant deux ans, de même qu'un parrain appartenant à la même entreprise, mais qui n'exerce pas d'autorité directe sur les jeunes recrues.

Parmi les entreprises partenaires : des restaurants, des hôtels, des sociétés du service à la personne, de la grande distribution ou encore du secteur bancaire, à l'image de LCL et du Crédit Agricole, partenaires historiques de l'association. « Ce sont eux qui nous ont permis de mettre le pied à l'étrier. En ce qui concerne LCL par exemple, la banque nous confie 10 % de son recrutement annuel. L'intérêt pour elle est d'apporter de la diversité dans ses effectifs d'autant qu'il y a d'importants enjeux de renouvellement des équipes. Par ailleurs, elle a à cœur de constituer des équipes qui ressemblent davantage à ses publics. Et puis, pour les salariés, c'est valorisant de travailler avec un champion de karaté ou de rugby ».

Le sport fait également partie de l'offre de services du réseau Pôle Emploi Provence-Alpes-Côte d'Azur qui, depuis 2018, multiplie les outils permettant de recruter sans CV.

Pôle Emploi aussi tente de se passer de CV

« Nous avons commencé avec la mise en place de la Méthode de recrutement par simulation (MRS) », assure Marielle Castel, responsable du service entreprises. « Il s'agit d'exercices qui reproduisent, par analogie, les caractéristiques d'un poste et qui sont suivis d'un entretien ». La cible prioritaire : les métiers en tension. « En région, nous nous focalisons sont sept secteurs que sont l'hôtellerie-restauration, le bâtiment, la santé, l'aide à la personne, le transport, la logistique et le commerce ».

S'il s'agit là d'évaluer des compétences techniques, la hausse des besoins en main d'œuvre après l'épidémie de covid a conduit Pôle Emploi à travailler davantage sur l'identification des savoir-être.

« Au niveau national, a été mise en place l'opération Le stade vers l'emploi qui mêle pratique sportive et job dating ». Une opération menée en partenariat avec la Fédération française d'athlétisme, qui permet en à 40-50 % des participants d'obtenir une embauche à l'issue de la journée. En Région, cinq opérations Un stade vers l'emploi sont organisées chaque année, dans presque tous les départements. Et les entreprises recruteuses sont préparées en amont afin de bien identifier leurs besoins et de mieux repérer les profils qui seraient susceptibles d'y répondre.

Pour Pôle Emploi, le recrutement sans CV est une manière d'amener des candidats vers des domaines auxquels ils n'auraient pas pensé, favorisant leur mobilité professionnelle. « C'est essentiel car 50 % des demandeurs d'emploi sont des chômeurs de longue durée qui ne savent parfois plus où chercher et ne peuvent plus exercer le métier qu'ils connaissent. Nous proposons ainsi des escape game pour faire découvrir des métiers peu connus. Nous en avons par exemple organisé un à Draguignan sur le métier d'auxiliaire de vie ».

Pôle Emploi Provence-Alpes-Côte d'Azur est en outre à l'origine d'un dispositif dénommé Détection de potentiel. « Il s'agit d'ateliers de détection déclinés de notre méthode de recrutement par simulation. Ceux-ci concernent un public qui ne connaît pas forcément le secteur d'activité concerné, et permettent de repérer des habiletés en lien avec ce secteur, des savoir-être, des compétences transversales ».

Jusqu'alors expérimental, cet outil de recrutement a vocation à se déployer dans les prochains mois grâce à un financement de la Région Sud. « Nous ouvrons ces ateliers de détection à l'ensemble de nos agences, avec un objectif de 10 000 candidats concernés ».

Un nouveau marché

Si associations et acteurs publics de l'emploi s'y penchent, le recrutement sans CV constitue aussi un nouveau marché pour des entreprises opérants sur le segment des ressources humaines. A l'instar de la startup avignonnaise People In.

Partant du constat que « les process de recrutement sont devenus peu adaptés aux parcours de plus en plus atypiques des candidats », sa fondatrice, Elodie Serfati, propose d'abord un service de recrutement reposant sur divers tests à même de détecter des candidats qui auraient été désavantagés par leur CV. Des tests adaptés pour des postes où les qualités humaines importent plus que des compétences techniques.

« Pour un poste de comptable, le CV reste indispensable. Mais pour de l'assistance client, des commerciaux, de la vente ou encore du management, notre solution est bien adaptée ».

Puis, l'entreprise se solidifiant, elle décide de mettre ces tests directement à la portée des recruteurs, à travers la mise en place d'une plateforme numérique adaptée. En fonction de leurs besoins, les clients de People In peuvent utiliser en leur nom des tests permettant d'identifier des savoir-faire à partir d'un référentiel de compétences via des mises en situation. Ils peuvent aussi détecter des savoir-être. « Nous leur proposons notamment de mesurer la capacité d'écoute des candidats grâce à un exercice dans lequel ceux-ci doivent rendre compte d'une vidéo qu'ils ont regardée. Notre service R&D travaille également sur l'évaluation de la persévérance : il s'agirait en fait de proposer au candidat un test au cours duquel il peut s'arrêter quand il le souhaite. Et ce sont bien sûr les profils qui iront au bout du test qui seront valorisés ».

La startup, qui compte pour l'heure neuf personnes, prévoit une première levée de fonds d'un million d'euros d'ici septembre. Convaincue que, si les entreprises ont encore un peu de mal à franchir le pas du recrutement sans CV, elles n'auront, du fait de l'explosion du nombre de profils atypiques, plus le choix de rompre avec leurs habitudes. Et la cheffe d'entreprise de se référer à ce chiffre de Nouvelle vie professionnelle (site dédié à la reconversion professionnelle) : 9 actifs sur 10 souhaiteraient se reconvertir, sont en train de le faire ou l'ont déjà fait. Se jouant bien de la cohérence de leur CV.

7 mn

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.