Rachat de La Provence : clap de fin ?

Le conseil d’administration du quotidien basé à Marseille, prévu pour se tenir ce 9 mai, signera-t-il la fin de la bataille qui oppose Rodolphe Saadé et Xavier Niel ? Alors que l’offre imaginée par CMA CGM doit être examinée, rien n’est moins sûr. Car les forces en présence – comprendre les administrateurs – penchent majoritairement pour le fondateur de Free, quand du côté de certains syndicats, on appelle à un esprit de « raison », ce qui signifie ne surtout pas rejeter l’offre de l’armateur.

6 mn

(Crédits : DR)

Le 9 mai sera-t-elle la date qui restera dans l'Histoire comme celle où le destin de La Provence se scelle avec celui de CMA CGM ? Peut-être que oui, mais peut-être que non. Et c'est même plutôt le non qui l'emporte, si l'on considère le contexte. Le 9 mai est la date retenue pour la tenue du conseil d'administration de La Provence. Un conseil d'administration hautement stratégique car l'ordre du jour est court mais important : accepter ou pas l'agrément de l'offre déposée par CMA CGM.

Agrément ou pas agrément ?

Or, ce qui pourrait passer pour une « simple » formalité, ne l'est pas. Si l'offre de l'armateur français est certes la seule à avoir été retenue par le liquidateur, rien n'est joué pour autant. Car le conseil est composé de 5 administrateurs. Outre Jean-Christophe Serfati, le PDG du titre, siègent également Virginie Layani, secrétaire générale du groupe, Stéphanie Tapie et deux représentant d'Avenir Développement - AD qui représente les 11% détenus par Xavier Niel -, Anthony Maarek et Anne-Sophie Jahan. Or si Jean-Christophe Sarfati et Virginie Layani sont plutôt pro-Saadé, Stéphanie Tapie s'est déjà prononcé en faveur de Xavier Niel. Ce qui, si l'on fait les comptes, fait donc trois pro-Niel contre deux pro-Saadé.

Toute l'interrogation réside dans cette question : l'offre de CMA CGM sera-t-elle agréée ?

Et la question demeure entière puisque, on le rappelle, la Cour d'Appel d'Aix-en-Provence a rendu le 7 avril dernier, son droit d'agrément à Xavier Niel, droit de véto suspendu par le tribunal de commerce de Marseille en janvier dernier.

Dans ce contexte, les trois administrateurs favorables au patron de Free, vont-ils agréer l'offre de CMA CGM ?

Rien n'est moins certain. Ce qui ne laisse pas la place à la sérénité côté CMA CGM, comme du côté de certains syndicats.

Du côté des soutiens de l'armateur français, on tient à rappeler que certes, le droit d'agrément a été rendu à Xavier Niel mais que ce droit doit être utilisé en tenant compte de l'intérêt social de l'entreprise et hors conflit d'intérêt. Et pour ces soutiens, l'intérêt social de l'entreprise est parfaitement contenu dans l'offre qui a été retenue, au vu par ailleurs des garanties avancées, celle d'un investissement consenti de 50 millions d'euros, du maintien de l'emploi et du remplacement des départs qui s'inscriront - comme à chaque entrée de nouvel actionnaire dans un organe de presse - dans le cadre de la clause de cession.

Du côté des syndicats, FO et CGT Corse Presse précisément, on prend la parole via un communiqué appelant à la « responsabilité des administrateurs » et à « sortie des intérêts particuliers pour préserver l'intérêt collectif ». Rappelant que les 6 CSE (Comité social de l'entreprise NDLR) ce sont prononcés favorablement pour l'offre présentée... Le SNJ détaillant les chiffres et précisant que sur les 32 élus représentants les salariés, 27 ont agréé l'offre de CMA CGM et que Xavier Niel n'a jamais souhaité partager son offre malgré les demandes faites avant la décision du tribunal judiciaire. FO et CGT Corse Presse qui surtout estiment que l'offre de Xavier Niel « n'offre pas les réponses adaptées au développement de l'activité et témoigne d'une totale contradiction avec l'intérêt des salariés ».

Le projet industriel, la vraie question

Un argument qui étonne, l'offre de Xavier Niel n'ayant jamais été officiellement présentée. Hormis des échanges oraux avec Anthony Maarek, le directeur général de NJJ. Ainsi que le rappellent d'une même voix les syndicats CGT, FO Livres, CGC et CFDT, toutes les tentatives pour avoir accès à l'offre de Xavier Niel ont été repoussées, avec l'argument de « ne plus avoir de temps à perdre ». Une première tentative avait été évoquée au moment du CSE extraordinaire le 24 janvier où le liquidateur avait proposé lecture de l'offre de Xavier Niel, avant de changer d'avis. Cela dans un contexte où le tribunal judiciaire s'était prononcé le matin même en faveur d'une seule offre pouvant être consultée, celle de CMA CGM.

Les mêmes syndicats de préciser que si les 6 CSE se sont prononcés favorablement sur l'offre de CMA CGM, on est loin de l'unanimité, comme cela est laissé entendre. Et qu'au sein même de l'entreprise - comme de la rédaction de 180 journalistes - on est loin du consensus.

Des syndicats qui espèrent que l'offre de CMA CGM ne sera pas agréée, et cela pour enfin avoir accès à la l'intégralité du projet porté par Xavier Niel.

Lire aussi 4 mnRachat de La Provence : Saadé veut accélérer, Niel n'a pas dit son dernier mot

Car le volet industriel est tout aussi - si ce n'est pas davantage - important que la somme proposée pour le rachat. Si Rodolphe Saadé promet trois fois plus que Xavier Niel - 81 millions d'euros contre 20 millions d'euros - c'est surtout ce qui est prévu pour l'après qui peut aider à faire un choix. Sur ce volet industriel, les syndicats CGT et CFDT notamment estiment qu'il n'est pas aussi solide qu'il veut bien être présenté et que les promesses notamment d'investissement dans un outil tout neuf ne soit pas tout à fait ce qui a été discuté. Au final, un flou global qui entretient les interrogations et que la comparaison des deux offres pourrait permettre de trancher.

Nice-Matin concerné aussi

Surtout que l'aventure La Provence/ Corse Matin concerne aussi Nice-Matin, le quotidien basé à Nice dont Xavier Niel est propriétaire depuis 2020. Un rapprochement entre les deux quotidiens du sud-est, si Niel devient propriétaire de La Provence, qui n'est pas un secret et qui vise à des mutualisations, notamment en termes d'outils de production comme cette imprimerie commune, annoncée pour prendre place dans le Var. Un rapprochement qui est ardemment attendu du côté des salariés du quotidien azuréen. Pour autant, FO Régie et la CGT Corse disent craindre une « concentration des médias ». On rappellera que Xavier Niel s'est prononcé devant la commission d'enquête du Sénat sur le sujet, contre le rapprochement entre TF1 et M6.

Lire aussi 3 mnXavier Niel (enfin) actionnaire de Nice-Matin : et maintenant ?

Quoiqu'il en soit, si l'agrément est refusé à CMA CGM dans cinq jours, on imagine mal Rodolphe Saadé en rester là. Mais on imagine mal Xavier Niel baisser la garde après avoir ester pour récupérer son droit d'agrément. Xavier Niel qui possède aussi un droit de préemption. Le 9 mai ne devrait - sans doute pas - signer le clap de fin du rachat de La Provence.

6 mn

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.