« Pour réussir la transition énergétique, l’enjeu des métropoles est de savoir s’appuyer sur l’Europe » (Magali Altounian)

Si on a souvent parlé d’une réponse européenne à la crise, l’accompagnement à la relance passe aussi par l’Europe. Une relance qui passe par les territoires, lesquels doivent cependant oser aller chercher la monnaie sonnante et trébuchante accordée par l’Union. Ce qui signifie aussi encourager les entreprises à s’emparer d’une manne qui a vocation à accompagner la croissance. C’est ce qu’explique l’adjointe à la Ville de Nice en charge de l’Europe et du rayonnement de la Ville. Un sujet abordé lors du Transition Forum ce 1er octobre, en présence de Clément Beaune.

4 mn

(Crédits : DR)

LA TRIBUNE - On a évoqué, durant la crise, la nécessité d'une réponse européenne. On appelle également à une réindustrialisation qui se pense au niveau de l'Europe. Qu'en est-il en termes de transition écologique et énergétique ? Faut-il aussi compter sur l'Europe ? Et comment ?

MAGALI ALTOUNIAN - Nous sommes dans une période de reprise et il est évident que la relance doit être s solidaire et durable. C'est tout le sens du Green Deal présenté par la Présidente Ursula Von der Leyen, en début de mandat, qui vise une neutralité carbone à horizon 2050, et cela pour les 27 Etats membres. Cela signifie agir sur des sujets comme l'efficacité énergétique, l'économie sociale et solidaire ou le développement des énergies renouvelables. Un premier paquet de 12 propositions dit Fit for 55, a été annoncé cette année pour accélérer la réduction des émissions de gaz à effet de serre de 55 % à l'horizon 2030. Et cela concerne tous les secteurs économiques, de l'industrie, des transports, du bâtiment, de l'agriculture...  Il est aussi important de rappeler que le budget du plan de relance européen, qui est de l'ordre de 750 milliards d'euros, consacre 37% à la transition écologique. Cela doit se traduire concrètement sur le terrain. En France, ce sont les Régions qui sont « autorité de gestion » des programmes européens et notamment du programme REACT-EU (du plan de relance européen) dont l'un des axes est d'accompagner un reprise écologique, numérique et résiliente. Quatre priorités ont été déterminées par la Région Sud : le numérique, la santé, l'aide à l'entreprenariat et l'aide à la transition énergétique. Saisir les opportunités proposées par l'Union européenne dans le cadre de la relance, en plus de la politique de cohésion, sera essentiel pour accompagner la croissance verte sur les territoires.

Concrètement, cela se traduit de quelle façon ?

Tout l'enjeu, encore une fois, pour les territoires est d'identifier le programme le plus pertinent pour accompagner leurs ambitions environnementales et économiques. La rénovation énergétique des bâtiments de l'Université NCA est un exemple concret d'opportunité liée à la relance. De même que d'accompagner le financement des pistes cyclables dans le cadre des 117 millions d'euros du programme REACT UE. D'autres projets à dimension européenne sont portés directement par la Métropole NCA comme le programme de recherche IRIS, autre programme européen, qui découle du programme H2020, qui est piloté par la Métropole Nice Côte d'Azur, avec 43 partenaires européens et un budget de 18 millions d'euros avec comme objectif de déployer des solutions innovantes dans les éco-quartiers. On peut aussi citer Nature for City Life, programme régional qui vise à développer la nature en ville afin d'adapter l'urbain aux changements climatiques.

Si les collectivités semblent relativement sensibilisées, les entreprises le sont peut-être moins, ou si elles le sont, ne savent pas toujours comment administrativement parlant, aller vers ces programmes

L'objectif, si on souhaite que la transition énergétique se concrétise vite, est en effet que les collectivités et les entreprises s'en emparent. C'est le rôle du Centre Europe Direct, piloté par la Métropole NCA pour le compte de la Commission européenne, qui s'est installé il y a quelques mois au cœur de Nice parce que nous le voulions accessible au plus grand nombre. Ce Centre est dédié aux entreprises comme aux collectivités pour les aider, les accompagner dans la constitution de dossiers, pour faciliter notamment l'accès à l'information européenne pour plus d'efficacité. Il est temps que les collectivités comme les entreprises prennent conscience de l'importance de l'Europe et du rôle qu'elle peut jouer concrètement pour les citoyens. C'est la condition sine qua non pour créer une Europe tournée vers davantage de social, vers les transitions, écologique, énergétique, numérique...

La présidence de l'Europe sera française dans un peu moins de trois mois. Que peut-on en attendre en termes d'appui à la transition énergétique ?

La France prend en effet la présidence de l'Europe pour six mois, à partir de janvier 2022. Et parmi les thématiques majeures figurent le climat, le numérique, le social. Cela fait treize ans que la France n'a pas assumé la présidence de l'Union européenne. La dernière fois, c'était en 2009, la France avait alors été à la manœuvre après la crise des subprimes. La France sera au cœur cette fois-ci d'une relance post crise et donc être à nouveau au rendez-vous pour soutenir nos entreprises et emplois.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 27/09/2021 à 17:34
Signaler
Et pourquoi ces informations de subventions ne seraient elles pas accessibles sur internet en détail ? Ils mettent nos données de santé sur internet, qu'ils perdent d'ailleurs, mais pas comment récupérer des capitaux étant donné qu'en néolibéralisme ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.