Ces chiffres qui prouvent que dans le Sud, l'artisanat n'a (presque) pas connu la crise

Malgré le contexte économique tendu en 2020, les entreprises artisanales ont créé de l'emploi en Provence-Alpes-Côte d'Azur. C'est même la région de France où la hausse est la plus importante. Les secteurs du BTP et de l'alimentation ont été les plus actifs, alors que les soins à la personne peinent encore à retrouver leur rythme d'avant Covid.

2 mn

(Crédits : DR)

"C'est une bonne surprise", reconnaît Catherine Elie. La directrice d'études de l'institut supérieur des métiers (ISM) craignait l'impact de la crise sanitaire et de ses confinements sur les métiers de l'artisanat en 2020. Mais le baromètre IMS-MAAF indique qu'en Provence-Alpes-Côte d'Azur, les emplois salariés y ont mieux résisté (+3% par rapport à 2019) que dans l'ensemble du secteur privé (-0,6%). Cette tendance inattendue mais néanmoins positive se vérifie à l'échelle nationale, mais c'est bien dans le Sud que l'augmentation est la plus forte.

Le Sud est depuis longtemps l'un des territoires où l'artisanat marche fort. Mais ce n'est pas ce qui lui a permis de bien sortir la crise. "Il faut se souvenir que lors du second trimestre l'économie était complètement à l'arrêt avec des chantiers bloqués par exemple. Les entreprises de l'artisanat ont d'ailleurs réduit les embauches lors de cette période, embauches qui ont chuté de 33%, puis quand la reprise a été possible c'est revenu à la normale", explique Catherine Elie.

BTP et Alimentation comme moteur

Le BTP et l'alimentation ont particulièrement accompagné cette reprise avec respectivement des créations d'emplois en hausse de 5% et 3%. Pour la première catégorie, c'est lié "aux personnes sont restés chez elles et qui ont eu envie de faire des travaux" estime Catherine Elie. Les sociétés de l'artisanat de ce secteur interviennent plutôt sur des réalisations pavillonnaires et non pas sur les gros marchés publics qui, comme souvent en année d'élection locale, ralentissent.

Enfin, pour l'alimentation, là encore, le fait de rester à la maison plus souvent que d'habitude conduit les consommateurs à manger chez eux. "Ils ont plus souvent privilégiés les commerces locaux", note Catherine Elie. La directrice d'études de l'institut supérieur "parie sur la poursuite de la dynamique de reprise pour ces deux secteurs".

Moins de mouvements de salariés

En revanche, les coiffeurs n'ont pas retrouvé leur activité d'avant Covid. "Il y a plusieurs facteurs, les gens se coupent les cheveux chez eux, la clientèle plutôt âgée reste prudente dans ses déplacements et les évènements comme les mariages n'ont pas totalement repris", s'avance Catherine Elie. L'artisanat de fabrication, en difficulté depuis 20 ans, qui concerne des sous-traitants de métaux, dans la réparation navale ou le textile, a aussi connu un coup d'arrêt brutal mais les effectifs sont restés stables.

L'incertitude liée à la crise a également touché le turnover des effectifs. Car si les emplois ont augmenté, les embauches elles ont chuté de 9%. La baisse est même de 14% dans les Alpes-Maritimes, le département le plus touché. "Les embauches sont souvent liées aux remplacements or ce n'était pas vraiment le moment de quitter son poste, il y a eu moins de mouvements", décrypte Catherine Elie. Et ce alors que la difficulté à recruter est toujours aussi importante. Preuve que le retour total à la normale se fait encore attendre.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.