Régionales : les experts-comptables interrogent les candidats, ces réponses parfois étonnantes

Soumis à la question par Colette Weizman, présidente de l’Ordre des experts comptables PACA, les candidats au scrutin régional – ou plutôt leurs représentants – ont évoqué leur programme économique sur les thématiques de consommer local, de relance, de jeunesse, de transition numérique et écologique. Avec des prises de position parfois surprenantes, hors sujet voire en dehors des compétences d’un conseil régional…

6 mn

(Crédits : DR)

L'exercice n'est jamais aisé mais il est souvent parlant. Comme nombre d'organisations professionnelles, l'Ordre des experts-comptables Sud a choisi d'interroger les candidats à la présidence de la Région Provence Alpes Côte d'Azur sur des sujets précis, en lien évidemment avec l'économie et avec des thématiques centrales. « Les experts-comptables sont au cœur de l'économie et de la société » redit Colette Weizman, histoire de rappeler le rôle de la profession pour ceux qui l'ignoreraient encore et d'autant plus, souligne la présidente de l'Ordre régional que « nous sommes dans une période charnière, les conseils régionaux ont des compétences importantes en matière d'économie », donc il apparaît logique de s'interroger sur la politique économique que mènera le futur président de la Région.

Si les sujets d'intérêt sont nombreux, vastes et variés, les réponses l'ont été tout autant, les représentants comme les têtes de liste officielles (seul Jean-Laurent Felizia, candidat pour le « Rassemblement écologique et social » a déclaré forfait) n'y allant pas parfois par quatre chemins pour marquer leur approche et leur différenciation.

La culture, enjeu économique

La culture et l'aide à cette filière fortement touchée a par exemple permis à Franck Allisio, pour le Rassemblement national de redire qu'il fallait absolument un Comité régional du tourisme pour les Alpes et que concernant les grands événements tels le Festival d'Avignon ou le Festival de Cannes, il était indispensable que les communes en périphérie en profitent... Ce qui est, tout de même, déjà un peu (beaucoup) le cas.

Hervé Guerrera, chef de file de Oui Provence, n'en démord pas, il faut un référendum pour en finir avec la dénomination peu seyante de PACA (ce qui lui fait un point commun avec Renaud Muselier) et « l'imbécile nom de Sud ». Le mieux approprié ? « Provence » clame-t-il. Pas sûr que les Alpes et la Côte d'Azur partagent le même avis...

Quoiqu'il en soit, il faut un « rééquilibrage et en finir avec le tertiaire hypertrophié », comme avec le phénomène de « bronze-cul du monde en matière touristique ».

Jean-Marc Governatori, tête de liste de la liste « Ecologie au centre » entend s'inspirer de ce que fait la voisine Occitanie et créer une plateforme de financement participatif baptisée par exemple PACA Epargne qui permettrait à « tous ceux qui aiment la région et à la Région elle-même, de soutenir les entreprises du territoire ».

Bernard Kleynhoff, candidat LR et représentant du président sortant a eu une pensée pour les patrons de boîtes de nuit, « pour qui il n'y a pas de vente à emporter et qui vivent un drame absolu » avant de dire que c'est l'accompagnement des entreprises dans leurs différentes phases qui doit être l'outil majeur, notamment via un contrat de développement mis en œuvre après les Etats régionaux de la relance, prévus en cas d'issue favorable du scrutin, pour août prochain.

Novice et il le revendique, Carol Boulanger, tête de liste « Un Nôtre Monde » reconnaît que « l'on n'a pas d'antériorité, on n'a jamais vécu la politique » et même « on n'a pas vraiment de programme, notre programme c'est le citoyen, que l'on veut consulter ».

Le numérique divise, l'écologie non

Sur la thématique très très axée relance de la transition écologique et de la transition numérique, le représentant de la liste RN prévoit la création d'un campus IA et blockchain dédié à la formation des futurs actifs. Hors-sujet mais au moins c'est dit, Henri Guerrera ne veut surtout pas de la future LGV, « qui va massacrer le vignoble varois » mais souhaite « un vrai service public ferré régional » et se demande pourquoi il n'y a pas de pôle de compétitivité dédié au transport.

« La transition numérique, c'est dangereux », estime Jean-Marc Governatori, en revanche, « il faut développer les énergies renouvelables à outrance ». Bernard Kleynhoff mise beaucoup sur le coach digital pour ne laisser aucune entreprise dépourvue d'accompagnement. Et Carol Boulanger dit qu'il faut « mettre l'argent sur la table » sans dire combien et comment.

Le choc de consommation, un concept diversement perçu

Favorable à un choc de la consommation pour activer réellement la relance, l'Ordre des experts-comptables a interrogé sur l'un des sujets mis encore plus en évidence par la crise : la promotion du savoir-faire local. Côté Rassemblement national, on annonce la création d'un label 100% PACA pour tout produit fabriqué dans la région. Hervé Guerrera dit d'entrée ne pas aimer l'expression choc de consommation et en appelle à favoriser les productions locales et au « consom'acteur dans une prise de conscience globale ».

« La solution ce n'est pas la croissance mais c'est d'avoir une activité économique en accord avec la biosphère dans un objectif de plein emploi et de pleine santé » commente Jean-Marc Governatori. Bernard Kleynhoff rappelle que l'on ne décrète pas la consommation locale mais qu'il faut « donner envie », notamment en développant les circuits courts, en agriculture comme en industrie. Carol Boulanger veut que l'effort de promotion local soit partagé avec le citoyen ce qui n'est « pas le cas du tout ».

Les jeunes, sujet d'avenir... et d'intérêt

Sur le sujet des jeunes et de l'accès à l'emploi comme aux petits boulots, on notera que pour Hervé Guerrera, les jeunes ce « n'est pas un monolithe » et que tout dépend du contexte social, qu'il faut travailler sur les filières de formation. Franck Allisio veut introduire une clause apprentis dans les marchés publics, « comme en Auvergne-Rhône-Alpes » et aider les jeunes créateurs d'entreprises en prenant en charge 100% du prêt contracté pour se faire. Jean-Marc Governatori envisage la création d'un revenu universel en échange d'une activité d'intérêt général à temps partiel. Bernard Kleynhoff rappelle que la Région a déjà mis en place des dispositifs d'aides aux entreprises qui embauchent un stagiaire, un apprenti ou un CDI... et qu'il faut continuer. Carol Boulanger dit qu'il ne faut pas contraindre les jeunes à prendre un chemin particulier et que donc un état des lieux des compétences des jeunes est indispensable avant tout.

Un partage d'idées très variées, parfois en dehors des clous mais Colette Weizman l'a dit : « le président de la Région élu aura très vite des nouvelles des experts-comptables »...

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 14/06/2021 à 21:32
Signaler
Aucun intérêt. Dans six ans, les experts-comptables seront remplacés par des IA dopées aux algorithmes dans des ERP cloudisés 😁 une des nombreuses professions amenée à disparaître.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.