Renaud Muselier : « La Région Sud va donner cette visibilité tant attendue par le monde économique »

 |  | 1732 mots
Lecture 8 min.
(Crédits : Claude Almodovar)
Aux manettes de l’économie dont il ne se prive pas pour rappeler qu’il est le chef de file, le président de la Région n’y va pas par quatre chemins et annonce investissements et soutien en monnaie sonnante et trébuchante. De quoi rassurer les chefs d’entreprises, inquiets, et de quoi aussi rassurer en matière d’attractivité. Où l’industrie tient sa place et où la COP d’avance prend de l’ampleur.

LA TRIBUNE - Un an après le début de la crise, comment se porte l'économie régionale ?

RENAUD MUSELIER - Nous avons été confrontés à une crise sanitaire avec rebond qui a entraîné une crise économique d'une extrême violence, avec une crise sociale que l'on est en train de mesurer et avec une quatrième crise qui pointe à l'horizon et qui nous frappe de façon insidieuse, c'est la crise psychologique. L'ensemble est lié. Juste avant le début de la crise, nous avions une progression dans tous les domaines de compétences, à l'international, au niveau européen, au niveau des industries, du petit commerce, du tourisme... La totalité du système économique était en progression en 2019. Tous les indicateurs étaient passés au vert, avec une accélération, que ce soit concernant la nouvelle économie, le volet industriel, tout était en ordre de marche. Nous sommes aujourd'hui un an après, après un exercice où la région a réinjecté 1,8 milliard d'euros dans l'économie. Ça a permis d'apporter aide et assistance à près de 700 000 entreprises. Et nous sommes venus en soutien, de façon très concrète, aux aides du gouvernement. Au-delà de toute cette aide, on constate dans les premiers chiffres publiés aussi bien au national qu'en local, à un effondrement de la croissance.

Comment comptez-vous supporter l'économie régionale, fragilisée ?

Plusieurs choix stratégiques vont être engagés. Lors de la plénière de ce mois de février, nous allons donner suite à la demande faite à Nice, lors de la réunion du monde économique, d'apporter de la perspective, de la visibilité pour 2021. Je dois donner de la visibilité dans le cadre de mon action économique, dont je suis le moteur. Nous avons déjà programmé de réinjecter concernant le Prêt Rebond, le Prêt Défensif, le Prêt Région Sud Investissement Covid et le Prêt Essor, 22 millions d'euros. La totalité de nos outils seront maintenus. On a déjà fléché une vingtaine de millions d'euros sur un ensemble de prêts et outils. Nous allons apporter des moyens complémentaires aux aides décidées par l'Etat pour les aides en fonds propres, pour les aides aux loyers... 600 000 euros vont être injectés pour la digitalisation des entreprises ou des collectivités, au titre de la Smart Région. Pour tout ce qui est commerce et artisanat, on maintient et on abonde de 600 000 pour le coach digital. On mettra le paquet pour financement de l'innovation, pour le PIA et pour la réindustrialisation via 12 millions d'euros. La commande publique - soit 400 millions d'euros - sera maintenue, sachant que 70 % bénéficient directement aux PME régionales. Ça c'est l'action de la Région, qui s'appuie aussi sur le Contrat d'Avenir, signé en début d'année avec le premier ministre, qui s'élève à 5,1 milliards d'euros. Sachant que du temps mon prédécesseur, Michel Vauzelle, le Contrat de plan signé avec Manuel Valls, alors premier ministre était 1,8 fois moins important. Nous avons également déployé un pacte Sud Relocalisation pour aider les entreprises des filières stratégiques à trouver les partenaires nouveaux et de proximité. On crée un fonds de participation et de reconquête industrielle pour nous permettre d'investir dans les nouvelles filières industrielles, 17 millions d'euros y sont consacrés avec un objectif de 60 millions d'euros. On a des résultats, avec Sanofi qui vient s'installer à Sisteron, soit un investissement de 60 millions d'euros de leur part, 4 millions d'euros de la part de la Région.

Justement, vous travaillez à renforcer l'image de l'industrie. Comment se porte-t-elle dans ce contexte de crise qui dure ?

Je le rappelle, l'industrie c'est 1/3 des emplois régionaux, soit 426 000 emplois exactement dont 174 000 emplois directs, avec une progression enregistrée de 6,5% entre 2016 et 2019. On a une industrie diverse, donc plus résiliente. C'était la faiblesse avant, c'est la force aujourd'hui. Quand on a fait nos Opérations d'Intérêt Régional on a ciblé les écosystèmes. Quand un investisseur international veut s'installer, il regarde où il existe des écosystèmes qui résistent. Je compare la situation de trois présidents de région qui ont Airbus sur leur périmètre. Sauf que moi j'ai Airbus Helicopters et les autres, ils ont Airbus Aviation. Et que l'Etat passe des commandes pour rattraper ce retard sur les hélicoptères militaires, les hélicoptères d'aviation civile, les hélicoptères du ministère de l'Intérieur. J'ai donc des commandes successives qui me permettent de sauver la filière, les ingénieurs, les chaudronniers, les électriciens, les apprentis... On a certes réduit la voilure mais nous n'avons pas perdu de compétences. C'est pour cela qu'une entreprise comme Satys vient s'installer ici. Nous avons des écosystèmes pour recevoir. Nous avons bien travaillé en amont. Un entrepreneur reste un entrepreneur. Il fait ses paris, il fait ses choix, il va dans les endroits où il est bien reçu, où c'est structuré, organisé, où tout ne s'écroule pas comme un château de cartes. Le soutien à l'industrie est une priorité régionale depuis 2016. Sur nos OIR Industries du futur, on a 14 projets qui ont été accompagnés pour 100 millions d'euros. On est zones de pilotage - que j'ai arraché à Bruno Le Maire - pour huit Territoires d'Industrie. Dans cette crise on a essayé en permanence d'avoir une stratégie de développement économique et industrielle. On a 20 entreprises en cours d'accompagnement pour la relocalisation industrielle. Ce sont des entreprises qui viennent pour l'écosystème, encore une fois. Tout ce que l'on a mis en place depuis longtemps fait que l'on des actions concrètes se réalisent aujourd'hui.

Le récent rapport publié par l'Institut Montaigne ne fait que redire ce que l'on sait déjà. Qu'en pensez-vous ?

Ce rapport a un avantage : tout ce que l'on répète en permanence vient d'être validé par l'Institut qui donne une dimension de visibilité nationale de quelque chose que l'on connaissait tous, mais que, peut-être, les uns ou les autres ne voulaient pas regarder en face. Ce rapport ne nous apprend rien mais c'est une vraie piqûre de rappel pour tout le monde. J'ai rencontré l'Institut, qui mélange beaucoup de choses en termes de compétences, mais c'est souvent le cas sur ce territoire, on ne sait plus qui fait quoi. Il faut remettre de l'ordre en termes de modalités opérationnelles. Il faut rappeler quelles sont les compétences des uns et des autres, se fixer des priorités et trouver des moyens financiers si on les a. Mais ce n'est pas la peine de rêver de dossiers que l'on ne peut pas faire, que l'on fera tous ensemble, quand on n'a ni les moyens ni les compétences. C'est une question de méthode et d'ordre. Et ça, c'est quelque chose qu'il faut répéter en permanence aux chefs d'entreprises qui pensent que tout peut se faire facilement, que tout le monde est d'accord pour le faire et que leurs priorités doit être celles des autres. Ou l'inverse.

Revenons sur un point, qui distingue la Région, celui de la coopération engagée avec le Costa Rica. Pourquoi cet engagement ? Avec quels faits concrets ?

Quand j'étais secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, j'avais été très impressionné par ce pays, qui est en Amérique centrale, avait fait le choix de la démocratie, de fermer son armée et de mettre le paquer sur les parcs. A une époque, qui plus est, où ce n'était pas dans l'air du temps. Au fil du temps, j'avais remarqué que c'était devenu un pays stable et j'avais été impressionné par ce choix stratégique qui était très ambitieux. Le Costa Rica est devenu la première destination d'éco-tourisme au monde et la biodiversité, la principale source d'économie. Et donc, quand je me suis lancé dans la Cop d'Avance, j'ai demandé au gouvernement français de jumeler - c'est assez rare et banal - un pays avec une région. Nous avons signé un accord de coopération en février 2019. Nous avons de nombreux points communs. Nous avons tous les deux 5 millions d'habitants, 30% de parcs naturels, 50% d'espace boisé, 1 000 km de côtes, 6 % de la biodiversité, mondiale pour le Costa Rica, nationale pour la région Sud et quand on a lancé notre Plan Climat, le Costa Rica lançait son plan décarbonnation. On a une ambition commune : zéro plastique en 2030. Ça a donc un sens. On travaille sur la gestion de l'eau. La SCP a signé un accord avec l'agence de l'eau costaricienne. On a un projet ensemble de financement déposé à l'AFD, pour un montant de 2 millions d'euros. On s'inspire du leur traitement du tourisme de masse pour le reproduire chez nous. Ils ont plus de difficulté sur la formation hôtelière, un accord a été conclu avec l'Ecole hôtelière de Nice. Nous voterons la suite dans quelques jours de notre plan climat, avec désormais non plus 30 % mais 40 % de budget alloué, ce qui fait 600 millions d'euros par an.

Cette COP d'avance - peu y croyait - se révèle un point de différenciation et une vision que vous continuez d'affirmer. Pourquoi ce choix alors ?

C'est grâce à TrumpLorsque les Accords de Paris sont signés, je suis impressionné et admiratif. Quand Trump s'en va, je ne peux plus supporter. Je me demande alors ce que je peux faire à mon niveau. J'ai alors le premier geste du citoyen, le tri sélectif à la maison, la voiture hybride, mais on voit bien la limite de l'exercice. Si en tant que citoyen je suis limité, en tant que président de région je peux faire. J'organise, je réorganise, je recadre, j'arbitre et je pilote. Et je m'inscris dans les Accords de Paris. Sauf que je ne peux pas porter le nom de Paris. Et on se dit après la COP 21, il y aura la COP 22, 23... Je me dis alors que je veux une COP d'avance. C'est comme ça que tout commence. Au moins, on a fait des économies de marketing... Aujourd'hui personne ne peut me dire grand-chose sur le sujet environnemental.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/02/2021 à 9:08 :
Une photo devant la victime de ces patrons, ils n'ont vraiment aucune décence ces gens là.

"région sud"

ALors que le sud ouest descend plus au sud que le sud est, vraiment une région de mythos surtout hein mais surtout, gardez bien vos requins !
Réponse de le 16/02/2021 à 9:35 :
J'ai vécu dans votre région croyez vous que vos élus ont mieux respecté la population. J'ai été abasourdi que Toulouse et sa proche banlieue ait accaparé toute l'industrie au détriment des villes moyennes à moins de 100km. L'arrière pays toulousain a été laissé à l'abandon industriel par les politiques locales et régionales. Un leurre de croire que les politiques tant au niveau national que régional peu importe la couleur politique pensent à l'ensemble de la population. Chacun tire pour lui par pour les citoyens. Souvenez vous des promesses d'un ancien maire de Bordeaux vite oubliées. Aujourd'hui casé pour remerciement d'avoir soutenu M. Macron nous avons eu les mêmes actes sous la gauche. Nous avons une classe politique de parlottes bien loin de la compétence que l'on pourrait attendre.
Réponse de le 16/02/2021 à 10:04 :
"J'ai vécu dans votre région croyez vous que vos élus ont mieux respecté la population."

Non je dis juste qu'on est plus au sud que ceux qui veulent se nommer sud et que du coup partir d'un mensonge pour générer un phénomène reste profondément douteux vous ne trouvez pas franchement ?

Et ne pas parler de la pollution majeur de la médittéranée alors qu'ils s'en servent comme produit de vente expose comme ils ne pensent pas une seconde à la nettoyer et ne sont pas prêt de le faire, tant que cela ne se voit pas sur les photos tout va bien.

Ensuite c'est pas moi qui défendrait un quelconque politicien qu'il soit allemand ou périgourdin, leur cupidité et leur bêtise font des dégâts partout c'est évident, et je suis bien placé pour le savoir tandis que nos tout petits élus se sont vendus à une entreprise polluante pour autoriser l'installation d'une usine polluante.

On est tous égaux dans la pathologique bêtise que nous subissons de part nos décideurs tels qu'ils soient.
a écrit le 16/02/2021 à 9:03 :
Attention nous sommes en campagne pour les régionales. Nous avons eu des promesses lors des dernières élections vite jetées aux orties après l'élection. Les promesses sont plus dans le discours que dans les actes. Ce Monsieur avec son compère niçois avaient promis lors de la campagne des régionales, jusqu’à poser la première pierre, la construction d’un lycée dans le pays de Fayence . Les élections ont porté nos deux compères à la tête de la région et la promesse c’est envolée. Une insulte et un manque de respect à nos jeunes. Le niçois a fait mieux il est reparti dans sa ville de Nice. Autre point notre autocrate régional qui ose décider seul sans aucune consultation de la population de nommer cette région SUD un mot sans image tellement commun qu’il ne représente pas nos paysages, nos villes connues dans le monde entier comme Nice, Cannes, Marseille, St Tropez, la ville des parfums Grasse des lieux comme la Ste Victoire …… mais aussi à ses artistes autant peintre M. Cézanne, qu’écrivain, cinéaste M. Pagnol…., le Rosé, la Croisette, la Promenade des Anglais, nos Alpes, les calanques oui on peut citer des centaines d’exemples comme nos villages perchés….. Cet autocrate a insulté par ce nom insipide de sud qui ne veut rien dire car le sud de la France va bien au-delà de la région. Je n’oublie pas bien sur la kermesse qu’il nous a faite sur l’hydroxychloroquine là encore avec son compère niçois. Je ne comprends pas d’ailleurs que l’ensemble des élus de cette région n’est pas rué dans les brancards lorsque l’autocrate a décidé cette insulte à cette région. Attention aux discours et aux promesses il faudra attendre le bilan le vrai pas celui des élus mais celui de la Cour Régionale des comptes qui je l‘espère fera un contrôle. J’ai voté pour ce duo en croyant bêtement aux promesses d’un lycée pour nos enfants, enfin la fin de deux heures de bus par jour pour étudier. et sans connaitre cette décision de sud, en juin 2021 le bulletin ne pourra en aucun cas être de la même couleur. Les abstentions et les votes pour un autre personnage pèseront en 2021 même si aujourd’hui les sondages sont favorables à ce personnage. Jamais un journaliste a enquêté sur cette promesse de lycée jetee aux orties juste après les élections dommage ou de connaitre la pensée de la population sur ce nom insipide de sud.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :