Face à la crise, le Crédit Agricole Alpes-Provence affirme sa proximité avec le territoire

 |  | 916 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : DR)
Affichant des résultats en baisse mais pas catastrophiques pour 2020, l’établissement bancaire envisage l’année 2021 avec un mélange de prudence et de volontarisme. Ce qui signifie poursuivre ses mesures d’aide d’urgence, avec toujours plus de souplesse et de proximité avec les acteurs locaux. Mais aussi soutenir l’investissement au service du développement des entreprises et des collectivités.

Rares sont les banques à s'exprimer publiquement en ce début d'année tant 2020 a été éprouvante. Le Crédit Agricole Alpes-Provence fait figure d'exception, organisant même une conférence de presse, qui plus est en présentiel. Signe que la situation n'est pas si catastrophique pour la caisse régionale Alpes-Provence qui couvre les territoires des Hautes-Alpes, du Vaucluse et des Bouches du Rhône. Malgré un résultat net en chute de 35,6 %, elle enregistre une hausse des encours de crédits de +7,6 %. Cette croissance des encours s'élève même à +9,5 % pour les professionnels et les entreprises. « C'est le signe d'une économie du territoire étonnamment résiliente », se réjouit Serge Magdeleine, directeur général du CAAP.

Un territoire qui a néanmoins beaucoup souffert. En témoigne le haut niveau de PGE accordés, comparativement au reste de la France. Peut-être du fait de la place importante du tourisme et de l'événementiel dans l'économie locale, particulièrement en difficultés, comme le suppose le directeur général.

Répondre à l'urgence

Pour accompagner les entreprises qui souffrent, dans ce secteur mais pas seulement, la caisse régionale a mis en place une série de mesures d'urgence.

Ainsi, en plus de dons à l'Agence régionale de santé, à l'AP-HM ou à diverses actions via la Fondation CAAP, la banque a distribué 590 millions d'euros de Prêts garantis par l'État, ce qu'elle compte poursuivre encore cette année. Elle a par ailleurs octroyé 21 000 pauses de mensualités de crédits pour permettre aux entreprises et professionnels de réduire un tant soit peu leurs charges.

Pour répondre aux besoins de ses clients, elle a tenu à maintenir ses agences ouvertes dès le premier confinement, convaincue que le modèle basé sur les agences est « extrêmement résilient » -, tout en digitalisant la totalité de ses services et en gagnant en souplesse.

« Nous nous engageons dans une démarche « agile à l'échelle » », assure Serge Magdeleine. « Dans le monde des technologies d'où je viens, on fonctionne sur des cycles de trois mois. C'est un peu ce qui vit l'ensemble des entreprises aujourd'hui. On ne sait pas ce qu'il se passera dans trois mois. Il faut avoir une capacité à se transformer en interne pour faire face à tout type de situation. Quand on met en place une offre, il faut désormais le faire en 2 jours, contre 3 ou 4 mois auparavant ». C'est dans cette volonté d'agilité qu'a été mis sur pied un plan dédié aux professionnels de la montagne. « Nous avons un réseau d'élus qui sont nos vigies du territoire et de l'économie de ses filières », explique Franck Alexandre, président du Conseil d'administration. « C'est ainsi que les besoins des saisonniers nous sont remontés depuis les caisses locales. Pour les aider à passer le cap de la fermeture des stations de ski, nous avons mis en place un PGE saisonnier ». Et ce, en deux jours.

Accompagner aussi les entreprises dans leurs transitions

Mais si répondre à l'urgence est une chose, il faut aussi accompagner le développement, notamment dans les secteurs porteurs des technologies, des services et de l'innovation, très présents sur le territoire. « Nous accompagnons nos clients qui sont dans le développement de leurs projets de transition ou d'installation », affirme Serge Magdeleine. « La crise catalyse les besoins de transformation, qu'elle soit environnementale, digitale, dans l'habitat.... Nous essayons de proposer des solutions innovantes d'investissement pour réussir ces mutations ».

Des solutions qui peuvent également être proposées aux collectivités locales, avec un appel du pied à la Ville de Marseille dont le maire a souligné il y a peu l'épineuse situation financière. « En 10 ans, la Ville a beaucoup évolué », se réjouit Serge Magdeleine. « Je suis positif sur sa capacité à se développer, avec sa Métropole. Nous sommes prêts à travailler avec la municipalité sur des solutions innovantes, y compris en fonds propres. Marseille a depuis 1257 une devise qui dit que c'est par ses hauts faits qu'elle rayonne. Je souhaite que la nouvelle municipalité fasse des hauts et on l'accompagnera pour les financer ».

10,6 millions d'euros d'investissement

Pour relever les défis qui l'attendent, le Crédit Agricole Alpes-Provence souhaite investir 10,6 millions d'euros dans son propre développement, c'est-à-dire dans ses murs, notamment via un flagship à Aix-en-Provence, mais aussi dans ses ressources humaines. « Nous allons recruter 230 personnes dont 100 alternants. Les jeunes sont sur le carreau, sans job, sans stage, sans alternance, et nous voulons être une banque citoyenne qui les forme pour ensuite les embaucher ». A noter que 130 départs sont prévus dans le même temps.

Mais cette politique volontariste ne se fait pas sans prudence. Le CAAP a conscience que si le taux de défaillance des entreprises n'a jamais été aussi bas qu'en 2020 (-31 % de faillites), c'est probablement parce que les aides d'urgence gouvernementales ont anesthésié les risques, reportant à 2021 ou 2022 certaines faillites. L'enjeu est donc de réduire le niveau de risque de ses clients via un apurement des dettes ou une consolidation des besoins de fonds de roulement, mais aussi de se constituer un bon matelas de sécurité. « Nous avons augmenté notre niveau de provisions de plus de 87 millions d'euros, contre 41 millions en 2019. Nous avons aussi renforcé notre ratio de liquidités LCR qui est de 153,8 %, soit 44,2 points de plus qu'en 2019 ». De quoi affronter avec plus de confiance les mois à venir, dans un état d'esprit « positif et volontariste, pour que 2021 soit l'année du rebond ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :