Pourquoi Masshylia crante l’expertise française sur l’hydrogène vert

 |  | 1013 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : DR)
Présenté comme le site de production le plus important de l’Hexagone, conçu, développé et exploité conjointement par Engie et Total, c’est sur le site de ce dernier à La Mède, dans le Sud, qu’il doit prendre forme. Les enjeux sont clairs : massifier les usages, répondre aux besoins de décarbonation de l’industrie et surtout pouvoir, demain, dupliquer à plus grande échelle.

Un électrolyseur de 40 MW capable de produire 5 tonnes d'hydrogène vert grâce à de l'électricité 100 % renouvelable... Un site, La Mède, qui poursuit sa transition énergétique. Deux groupes - Engie et Total - pour le porter. Et des procédés innovants pour gérer, accompagner le tout... Masshylia, par son ampleur et ses promesses, agit comme une sorte d'accélérateur de l'expertise française en termes d'hydrogène vert.

Il a fallu en amont une année de pré-études pour poser, définir les contours, la taille que prendrait le projet. Le choix de La Mède est presque logique. Le site Total, qui a annoncé sa reconversion énergétique en 2015, se positionne comme une plateforme dédiée aux énergies d'avenir. D'ailleurs, il intègre différents plateaux consacrés à la production électrique, aux biocarburants, à l'AdBlue ainsi qu'une plateforme logistique et un centre de formation. Et l'objectif de Masshylia c'est de faire plus que la preuve du concept. L'objectif est bien de tester, de produire et de permettre de dupliquer ailleurs, à plus grande échelle.

Disrupter ce qui est connu

L'un des défis, c'est notamment la gestion de l'intermittence de l'énergie renouvelable produite par les fermes solaires qui « doit...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :