Aix-Marseille : ce rapport qui dit… ce que l’on sait déjà

 |  | 1079 mots
Lecture 6 min.
(Crédits : DR)
Diffusé à grande échelle, le document détaillé qu’a produit l’Institut Montaigne met noir sur blanc les faiblesses (beaucoup) et les forces (présentes mais inexploitées) de la métropole, née aux forceps rappelons-le, ce qui en dit déjà pas mal sur le sujet. En pointant un territoire qui doit absolument rattraper son retard, le rapport émet une piqûre de rappel, pas inutile. Mais surtout il porte une parole qui compte, et qui n’est pas toujours entendue, celle des entrepreneurs.

160 pages, un diagnostic complet - entre manquements et avantages identifiés - des axes pour s'inscrire dans une dynamique de croissance forte... Tel est le rapport édité par l'Institut Montaigne, avec le soutien de l'agence d'influence Stan, basée à Marseille et les témoignages des patrons locaux qui comptent.

Dresse-t-il un état des lieux surprenant ? Non. Mais en revanche, il relaye la parole, les besoins, les desiderata de ceux qui contribuent, de différentes façons, à la métropole : les patrons. Des chefs d'entreprises et dirigeants pas toujours entendus ni écoutés.

Les patrons veulent aller plus vite

Les points noirs, on les connaît : des inégalités avec un centre-ville souffrant davantage de pauvreté que sa périphérie, une mobilité contrariée, un manque de foncier disponible qui freine la croissance des fleurons locaux sans parler de l'habitat, dont on connaît l'état indigne dans certains quartiers, une Métropole encore fragile qui doit trouver son équilibre et des finances qui ne sont pas à la hauteur des enjeux.

Le tableau, dressé ainsi, n'est pas très reluisant. Et pourtant, les atouts sont au moins à la hauteur des faiblesses. Un positionnement géographique qui l'ouvre vers la Méditerranée, sous-entendant de nombreux potentiels, une excellence en...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :