Comment les Hautes-Alpes ont nourri leur stratégie touristique

Avant la période estivale, l'agence départementale de développement économique et touristique des Hautes-Alpes (ADDET) a travaillé avec les professionnels pour mettre en place un protocole sanitaire. Le but étant de rassurer les clients. Des vacanciers qui sont venus en masse puisque la saison d'été s'annonce record.

2 mn

(Crédits : Domaine public)

Difficile de préparer la saison estivale quand le monde entier est à l'arrêt. Dans les Hautes-Alpes, la consommation touristique en été en 2019 se chiffre à 330 millions d'euros. Soit près de 27% du total de l'année, dont la moitié se réalise en hiver. Un moment clef pour le département dont le tourisme représente un tiers de la richesse et de l'emploi.

"Durant le confinement, nous voulions mener des actions pour aider les acteurs économiques de ce secteur que cela soit pour obtenir les aides de l'Etat ou peser sur les décisions de réouvertures", explique Sophie Rey, responsable tourisme au sein de l'agence départementale de développement économique et touristique des Hautes-Alpes (ADDET).

Aider les professionnels

L'objectif est surtout de rassurer les clients. "Nous avions identifié comme frein principal la peur, c'était une préoccupation majeure à ce moment-là même si depuis cela s'est un peu détendu", avance Sophie Rey. Avec les différents acteurs du tourisme local, l'ADDET mène d'abord un travail d'ingénierie pour mettre en place un protocole sanitaire. "Qui est très différents si l'on se trouve dans un commerce, un refuge ou si l'on fait du rafting", souligne Sophie Rey.

Une fois les règles établies, place à la communication. Tous ces mesures se retrouvent sous la bannière commune Impec'Alpes lancée mi-juin. "Il s'agit de kits de communication dédiés aux professionnels pour leur permettre de rassurer avec par exemple une bande de propreté dans les campings pour certifier aux clients qu'ils sont les premiers à rentrer dans un espace nettoyé", précise Sophie Rey. "Nous ne voulions pas nous positionner sur un label car nous estimions que le travail de l'Etat prévalait, ni réaliser de la communication avec un but commercial", ajoute-t-elle. Ce dernier pan sera réalisé par les différents offices de tourisme.

Un été record

L'initiative a-t-elle porté ses fruits ? En tout cas les premières tendances annoncent un été record. "La grande majorité des acteurs du tourisme connaît une croissance d'activité à deux chiffres par rapport à la saison estivale précédente", annonce l'ADDET.

 "Il y a forcément un effet covid-19, même si nous ne dépendions pas beaucoup des touristes étrangers". Habituellement, 81% des visiteurs sont Français, dont un tiers est originaire de la région. Cet été, ces "autochtones" été encore plus nombreux. "C'est le même profil, des familles principalement, mais parfois ce sont des personnes qui n'étaient jamais venus à la montagne et qui viennent chercher un cadre rassurant loin des foules", détaille Sophie Rey.

L'été 2020 est tout de même marqué par une forte présence des résidents secondaires. Du côté des réservations, elles sont plus longues que d'habitude mais aussi prises plus tardivement. La moitié des vacanciers réservent en dernière minute. Reste à attendre la toute fin de la période estivale. Mais Impec'Alpes pourrait bien avoir fait la preuve de son concept...

2 mn

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.