Renaud Muselier : "Nous devons imposer notre territoire comme référence européenne en matière de transition écologique"

Alors que son plan Marshall dédié aux entreprises et aux filières a mobilisé 1,4 milliard d'euros et s'est concentré sur l'aide urgente, vient le temps d'après. Culture, tourisme, industrie… comment accompagner la reprise économique ? Comment conserver la compétitivité ? Pour le président de la Région Sud et président de Régions de France, la réponse est aussi et surtout dans la réussite de la transition écologique.

6 mn

(Crédits : DR)

La Tribune - La plateforme de mise à disposition des masques fonctionne-t-elle comme prévu ?

Renaud Muselier - Notre plateforme d'achat a bien fonctionné, sa mise en ligne a permis à 208 entreprises de commander des masques pour 170 000 employés ! C'est une bonne chose pour la reprise de l'économie régionale. En plus des entreprises, les Départements 83 et 06 ont commandé 1 million de masques pour leurs habitants et 50 collectivités, dont 12 EPCI, ont profité de la plateforme pour commander 500 000 masques. En plus de cette plateforme, dont le minimum de commande était de 10 000 masques, nous avons distribué gratuitement 650 000 masques aux plus petites entreprises, afin de leur permettre de reprendre leur activité dans le respect des gestes barrières. En effet, ces dernières ne sont pas en mesure de s'approvisionner faute, notamment, de moyens financiers. Dans ces 650 000 masques, on dénombre 250 000 masques pour le secteur du Bâtiment et des Travaux Publics en partenariat avec la CAPEB, la FRTP et la FRB et 400 000 pour les petits artisans et commerçants en partenariat avec la CMAR. Parallèlement à cela nous soutenons sur le territoire régional des initiatives comme le cluster FASK ou l'entreprise PROTECTO qui assurent la fabrication et la distribution de masques sur le territoire et permettent ainsi d'apporter une réponse complémentaire et en fonction des demandes.

Quid du Plan de relance du tourisme ? Une entente avec tous les acteurs locaux n'est-elle pas nécessaire ?

La pandémie de Covid-19 constitue pour la filière touristique un désastre économique sans précédent, avec 5 milliards d'euros de perte et 98 % des professionnels de notre région directement touchés. Face à une situation historique, il faut savoir mettre en place des dispositifs à la hauteur. Ils doivent être concertés, adaptés à la situation et faire l'objet d'une entente entre tous les acteurs concernés par la question du tourisme. Aussi, en plus de nos mesures économiques, nous avons souhaité ajouter un budget complémentaire de 6,6 millions d'euros pour la relance de l'économie touristique. Avec le CRT, Atout France et les collectivités partenaires, nous construisons une première réponse pour envisager l'après-crise. Elle correspond à la demande de tous les professionnels du tourisme, poumon de l'économie de notre région. Nous avons notamment, avec les Départements 83, 84, 04, 05 et 06, proposé des chèques vacances à utiliser exclusivement dans notre région. Ce chéquier vacances "au secours du tourisme" est attribué aux salariés du secteur privé domiciliés dans la région, bénéficiant d'un quotient familial ne dépassant pas 700 € et ayant travaillé au contact direct du public durant la période de confinement. Les Départements seront également libres de l'attribuer à des publics ciblés. Au regard du lourd impact que subit l'économie touristique, nous déploierons bien évidemment de nouveaux dispositifs en cohérence avec les avancées gouvernementales en la matière.

Concernant la culture : comment accompagner les professionnels ?

Notre région est une véritable terre de culture. Le secteur culturel a été touché de plein fouet par la crise sanitaire. C'est pourquoi, nous avons choisi de maintenir nos subventions culturelles, à hauteur de 30 M€, même en cas d'annulation des opérations prévues et nous allons proposer à de nombreux opérateurs une contractualisation sur 3 ans pour nous engager avec eux dans la durée. Par ailleurs, nous avons voté, le 10 avril dernier, un budget de 5 M€ en faveur d'un Plan de soutien exceptionnel intitulé "Pour que notre région reste terre de culture". Ce Plan nous permet d'accompagner les compagnies et les artistes les plus fragiles, de renforcer le soutien aux structures permanentes et aux festivals, de renforcer nos aides à la diffusion artistique dans nos six départements et d'abonder dans les dispositifs d'Etat dans les domaines des musiques, du livre, du cinéma ou des arts plastiques. Le 10 avril dernier, nous avions également décidé d'augmenter de 30 % notre budget pour le cinéma et l'audiovisuel afin que la Région Sud renforce son soutien à toute la filière, depuis l'écriture jusqu'à la diffusion.

Que pensez-vous des annonces d'Emmanuel Macron sur ce sujet culturel ?

Concernant les annonces d'Emmanuel Macron, majoritairement, nous les saluons.  La mise en place d'un fonds d'indemnisation temporaire créé par l'Etat en lien avec les assureurs pour favoriser la reprise des tournages est une très bonne initiative. Celle de prolonger d'1 an la période d'indemnisation des artistes et techniciens intermittents aussi. Avec Christian Estrosi, nous en avions d'ailleurs fait la demande. Nous attendons maintenant que soient annoncées des modalités concrètes de mise en œuvre : quel calendrier ? Quel financement ?  Pour notre part, nous continuerons de veiller à ce que toutes les femmes et les hommes du secteur culturel qui enrichissent notre territoire retrouvent dès que possible leur capacité de travail et d'invention. Nous travaillerons avec les théâtres, les cinémas, les centres d'art et tous les lieux de culture à préparer leur réouverture. Nous devons continuer de conjuguer nos efforts pour que la relance bénéficie à tous les métiers et à tous les publics, partout en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Après le soutien au tissu entrepreneurial dès les premiers jours de la crise, quel accompagnement est envisagé pour la suite ?

Dès le début de cette crise sanitaire, notre priorité a été de faire face à l'urgence. Avec le fonds de solidarité national, les fonds de la Région et avec le soutien des collectivités et de nos partenaires économiques, ce sont une dizaine d'outils financiers que nous avons déployés au service de toute l'économie régionale, pour tous type d'entreprises, associations et quel que soit leur besoin : Fonds COVID Résistance avec la Banque des Territoires et les collectivités partenaires, Fonds ESS'Or, nous avons abondé dans le Fonds de solidarité national.... Personne n'est laissé sur le bord du chemin. A ce jour, ce sont plus de 372 millions d'euros qui ont été mobilisés et injectés, dont 30 millions de fonds européens, pour venir en aide à plus de 210 000 entreprises ou associations. Nous devons désormais envisager la relance de notre économie. Cette crise aura des conséquences majeures sur "l'après". Le monde de demain ne sera plus celui d'hier. Il nous faut maintenant préparer les outils adaptés aux besoins de nos entreprises pour redémarrer et relancer l'économie. Dans le cadre du Plan d'urgence, de solidarité et de relance d'1,4 milliard d'euros, dont 1,2 milliard d'euros sont dédiés à la relance, nous avons d'ores et déjà dévoilé la mise en place de deux outils clefs. Tout d'abord la création d'un Fonds de participation et d'innovation stratégique post-COVID pour accompagner la relance des entreprises dans nos grandes filières clefs et dans un objectif de relocalisation industrielle, 17 M€ y seront consacrés ; et un Plan de relance de l'industrie touristique, 2,6 M€.  Parallèlement à cela, j'ai demandé à notre agence Rising Sud de travailler sur un Plan de relance global à destination des entreprises régionales qui soit adapté à la situation et aux filières stratégiques de notre territoire. Ce Plan, dont les contours seront prochainement dévoilés, doit nous permettre d'imposer notre territoire comme terre de reconquête industrielle, de bien vivre tout en étant la référence européenne en matière de transition écologique. Ce dernier point est pour nous une priorité et le fil rouge de notre engagement à la tête de la région. La transition écologique a été la grande absente de la crise de 2008, elle sera la grande gagnante de la crise du Covid-19 en région Sud.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 13/05/2020 à 10:44
Signaler
Faut dire qu'avec tous les vieux riches que vous avez vous avez intérêt à les garder le plus longtemps possible maintenant il faut aussi se dire que s'ils décèdent prématurément leurs enfants, plus dépensiers, vont hériter et l'état prendrait égaleme...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.