Le pari africain de Marseille Innovation

Avec ses 23 ans au compteur, son positionnement qui lui fait être tout autant une pépinière, qu'un incubateur ou un accélérateur selon les profils accompagnés, la structure – récemment choisi par Facebook pour son Startup Garage – ne néglige pas, elle non plus, les liens avec l'autre versant de la Méditerranée. Echange de bons procédés et internationalisation des entreprises sont le fondement du partenariat noué avec le Technopark de Casablanca.
(Crédits : iStock)

Si le rapprochement avec l'Afrique apparaît comme naturel d'un point de vue des institutions et du monde économique, il l'est tout autant quand il s'agit d'internationalisation des jeunes pousses.

C'est exactement ce qui a mené Marseille Innovation à considérer ce qu'il se passe de l'autre côté de la Méditerranée. L'Afrique n'est pas la dernière en matière d'innovation et de numérique. Outre les questions de géographie et de volonté politique, il y a du sens à regarder ce qui peut être noué avec les pays africains francophones. Et ce qui va dans un sens, va aussi dans l'autre, l'idée étant tout autant de contribuer également à l'internationalisation ou à minima à l'européanisation des jeunes pousses issues du Maghreb.

Capitale économique, très tournée vers des pôles attractifs que sont par exemple la logistique ou les finances, Casablanca ne dément pas son positionnement de capitale économique. Elle a aussi structuré un écosystème global qui promeut l'entreprenariat et l'innovation. Il suffit de constater en une année, à quelle vitesse le Technopark de Casablanca s'est lui-même structuré, accueillant les jeunes entreprises innovantes, avec du coworking, des structures d'accompagnement comme Le Réseau Entreprendre Maroc. Et La Factory, son espace dédié à l'accélération des startups, facilitant la relation avec les donneurs d'ordres, installé sur 600 m2 au dernier et huitième étage du Technopark n'en n'est pas la brique la moins avancée.

Echanges de bons procédés

La volonté d'aller voir ce qui se passe au Maroc est venue naturellement. Car comme le rappelle Laurence Olivier, sa directrice générale, dès les années 2000 Marseille Innovation a entamé une démarche vers l'Algérie, la Tunisie et le Maroc. Mais le Printemps arabe va mettre un coup de stop aux rapprochements. C'est récemment, par l'intermédiaire de Samir Abdelkrim, fondateur du sommet Emerging Valey qui se déroule chaque année à Marseille et qui vise justement à la mise en avant des startups africaines et des liens pouvant être noués avec la cité phocéenne, qui va servir de go-between avec le Technopark de Casablanca, désormais bénéficiaire d'une nouvelle gouvernance. De fait, "nous nous ressemblons sur les méthodologies employées, sur les programmes construits", souligne Laurence Olivier. Naît alors le projet d'un rapprochement qui prendrait la forme d'un programme d'accompagnement dédié réciproquement aux startups provençales afin qu'elles explorent le marché africain depuis le Maroc et aux startups marocaines pour qu'elles sondent le marché européen depuis Marseille.

Business développement

Officiellement paraphé la semaine dernière à Casablanca le partenariat est structuré. Cinq startups vont être identifiées, au sein de Marseille Innovation et du Technopark, respectivement, afin de déterminer celles les plus prêtes à se lancer à l'international. "Le programme d'accélération - qui est en phase de finalisation - concerne bien sûr des startups matures, pour lesquelles nous sommes sur du business-développement", poursuit Laurence Olivier. Les jeunes entreprises innovantes seront hébergées dans la structure d'accueil soit dans l'un des quatre sites que possède Marseille Innovation à Marseille, soit dans l'une des quatre implnatations que le Technopark possède à Rabat, Agadir, Tanger et Casablanca. Le tout prévoit des rendez-vous avec des experts, des mentors, l'aide à la recherche de partenaires, le soutien en cas de création d'entité propre de l'autre côté de la Méditerranée. En filigrane bien sûr, l'objectif est la connexion avec les grands groupes. Dès le début du mois de mai, le Technopark sera à Marseille pour peaufiner la collaboration avec Marseille Innovation qui est déjà très avancée, bien avant même la signature du partenariat. Reste désormais à identifier les candidates les plus prometteuses, pour un démarrage officiel en septembre. Un exemple - intelligent - de fertilisation croisée. Pour rappel Marseille Innovation accompagne 50 startups par an pour 150 jeunes pousses suivies au total et un milliard d'euros de chiffre d'affaires généré en 10 ans.

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.